Voici tout ce qui va changer au 1er septembre : impôt, éducation, prix du gaz…

Découvrez toutes les nouveautés de ce 1er septembre qui peuvent avoir un effet sur votre porte-monnaie.

1 – Le taux de prélèvement à la source réévalué

Le taux de prélèvement à la source sera réévalué pour les contribuables dont les revenus ou la situation familiale ont évolué. Le taux nouvellement calculé est automatiquement transmis à l’employeur et effectif jusqu’au mois d’août 2020. Durant l’été, trois millions de foyers ont touché leur crédit d’impôt a posteriori.

Financial chart and data with calculator and pen on wooden desk

2 – La prime à la conversion revue à la baisse

La hausse des demandes de prime à la conversion, pour passer à un véhicule électrique, coûte trop cher à l’Etat. Les conditions d’attribution de cette prime évoluent. Son montant sera calculé en en fonction du revenu fiscal de référence, et les véhicules dont le prix est supérieur à 60 000 euros ne seront plus éligibles. 

Pour pouvoir la toucher, il faudra acheter un véhicule émettant moins de 117 grammes de CO2/km, et non plus 122 comme précédemment.

3 – Les nouveautés à l’école

Drapeaux français et européen ainsi que la devise « Liberté, Egalité et Fraternité » et les paroles de l’hymne national devront obligatoirement être affichés dans les salles de classe. 

Le droit a une scolarité sans harcèlement est maintenant inscrit comme un principe du droit à l’Education. Sensibilisation, prévention et sanctions sont donc au programme pour faire respecter ce droit.

L’homoparentalité entre autre reconnue par l’Education nationale avec désormais la mention « autre représentant légal » en plus de celles de « père » et « mère ».

4 – L’instruction obligatoire dès 3 ans

L’âge de la scolarité obligatoire est abaissé de 6 à 3 ans : une première depuis 1882. Même si la plupart des élèves entrent à l’école à 3 ans (près de 98 %), l’instruction devient obligatoire pour les plus petits.

5 – Effectif dans les classes réduit

Les effectifs seront limités à 24 élèves maximum par classe pour toutes les grandes sections de maternelle et pour les CP et les CE1.

Et  les classes de grande section de maternelle dans les écoles REP (Réseau d’éducation prioritaire) et REP+ (Réseau d’éducation prioritaire renforcée) seront dédoublées comme les CP et les CE1. Les effectifs baisseront d’une vingtaine à une douzaine d’élèves. 

6 – Le nouveau baccalauréat

Les filières générales L, ES et S vont disparaître laissant place à trois « spécialités » à partir de la Première et jusqu’à la Terminale. Ainsi une douzaine d’enseignements (Arts, Biologie & écologie, Histoire-géographie, géopolitique et sciences politiques, Humanités, littérature et philosophie, Langues, Littérature, Langues et cultures de l’Antiquité, Mathématiques, Numérique et sciences informatiques, Physique-chimie, Sciences de la vie et de la Terre, Sciences de l’ingénieur, Sciences économiques et sociales) seront proposés mais attention pas dans tous les lycées.

Donc cette année les élèves qui entrent en Terminale passeront le bac comme avant, mais ceux qui entrent en Première vont connaître les changements.

7 – Baisse du prix du gaz

Les tarifs réglementés du gaz, appliqués par Engie à des millions de foyers français, vont baisser en moyenne de 0,9% au 1er septembre, a annoncé mardi la Commission de régulation de l’énergie (CRE).

« Cette baisse est de 0,2% pour les clients qui utilisent le gaz pour la cuisson, de 0,5% pour ceux qui ont un double usage, cuisson et eau chaude, et de 1,0% pour les foyers qui se chauffent au gaz », détaille le régulateur.

8 – Fin de la sécurité sociale étudiante

Tous les étudiants encore affiliés à une mutuelle seront automatiquement rattachés au régime général de l’Assurance maladie à partir du 1er septembre, signant ainsi la fin d’une Sécu étudiante créée après-guerre et longtemps restée dans le giron des mutuelles.

L’extinction était programmée : la loi de mars 2018 sur l’accès à l’université avait acté la suppression en deux temps du régime étudiant de sécurité sociale.

L’an dernier, la cotisation forfaitaire de 217 euros avait été abrogée pour tous les étudiants et l’inscription à la Sécu étudiante abrogée pour les nouveaux entrants dans l’enseignement supérieur, le plus souvent déjà affiliés au régime de leurs parents.

Cette année, ceux qui avaient entamé leurs études avant le vote de la loi et étaient restés « provisoirement » affiliés à une mutuelle étudiante vont basculer « automatiquement et gratuitement » au régime général, explique la Caisse nationale d’assurance maladie.

Source : MIDILIBRE

Please follow and like us:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

RSS