Vidéos : Des manifestants de Hong Kong utilisent des catapultes, des flèches enflammées et des javelots dans leur combat contre la police

Les manifestants de Hong Kong s’en prennent aux autorités avec des moyens du Moyen Âge en combinant un mélange de tactiques de protestation militantes modernes telles que les cocktails Molotov avec des arcs et des flèches flamboyantes, des javelots et même des catapultes.

Alors que les manifestations et les affrontements deviennent de plus en plus violents dans le territoire autonome chinois, Pékin a continué d’avertir sévèrement les autorités centrales de l’imminence d’une répression.

Jeudi, le dirigeant chinois Xi Jinping a déclaré que les troubles continus à Hong Kong devaient prendre fin, décrivant les actions des manifestants comme des  » crimes radicaux et violents persistants qui ont… gravement bafoué l’Etat de droit et l’ordre social « , rapporte South China Morning Post.

Quelques heures plus tard, une deuxième personne est décédée lors d’affrontements entre des manifestants réclamant une plus grande autonomie du gouvernement du Parti communiste chinois (CPC) et des manifestants pro-Pékin. La victime âgée de 70 ans, une femme de ménage travaillant dans le secteur, est morte après avoir été frappée par une brique, selon les responsables de l’hôpital.

La mort a eu lieu une semaine après la mort d’un autre étudiant qui manifestait après être tombé d’un immeuble. Lundi, un homme de 57 ans qui criait des slogans en faveur de Pékin aux manifestants a été aspergé de carburant avant d’être incendié en disant aux manifestants qu’ils « ne sont pas chinois ».

Cependant, les menaces de répression et la montée de la violence n’ont pas dissuadé les manifestants, qui continuent d’ériger des murs de fortune de type Stonehenge sur les routes tout en stockant des armes de fortune alors qu’ils se préparent à affronter les forces de sécurité fidèles à Carrie Lam, directrice générale de Hong Kong soutenue par Pékin, rapporte l’AFP.

Les universités sont devenues de facto le quartier général et la caserne des manifestants étudiants militants, qui ont amassé un arsenal impressionnant rempli d’équipements sportifs provenant des réserves de l’université, y compris du matériel de tir à l’arc, des javelots et même des raquettes de tennis utilisées pour faire tomber les bombes lacrymogènes.

La métropole ultramoderne d’Asie de l’Est connaît même un renouveau des armes et des méthodes de défense plus adaptées à la guerre de siège médiévale.

Il s’agit notamment de gigantesques catapultes en bois fabriquées à partir de zéro et même d’armes à crampons à calottes disposées sur le sol pour empêcher l’avancée de l’infanterie et de la cavalerie faites de tuyaux et de clous en PVC, que les étudiants ont utilisés pour empêcher l’accès aux charges contre la police qui contrôle la foule.

Mercredi, les manifestants qui luttaient contre la police ont introduit le canon alors qu’ils tentaient de boucler le tunnel de Cross Harbor qui mène de la péninsule de Kowloon, qui relie la Chine continentale, et le centre financier de l’île de Hong Kong.

Un manifestant de 23 ans qui s’est identifié comme Ah Fai l’a dit à l’AFP :

« S’ils viennent plus tard, on le chargera de briques, de cocktails Molotov et de flèches inflammables. »

Dans les images filmées par l’AFP, la catapulte est mise à l’épreuve alors que des foules de manifestants masqués et vêtus de noir l’acclament.

Les forces de sécurité publique ont qualifié d’intolérable l’utilisation de telles armes de bricolage, la destruction de biens municipaux et la transformation de plusieurs campus universitaires en ce qu’elles qualifient d' »usine d’armes », appelant les citoyens de Hong Kong à rejeter les tactiques des manifestants.

Le réseau de télévision d’État chinois CGTN a cité Kong Wing-cheung, surintendant principal de la Direction des relations publiques de la police de Hong Kong, qui a déclaré :

« La police a pris des mesures actives et s’est rendue dans les universités pour procéder à la dispersion. Certaines personnes se sont interrogées sur le fait que la police n’a pas le droit d’entrer à l’école pour l’application de la loi. Je souligne solennellement que nous ne permettrons à aucun endroit à Hong Kong de devenir un endroit où les criminels peuvent se cacher. »

Mais un étudiant protestataire de 23 ans s’identifiant lui-même comme Josh, qui regardait les manifestants s’entraîner à tirer des flèches pendant qu’il parlait à Reuters, a déclaré que de telles tactiques sont nécessaires pour l’autodéfense, surtout étant donné la réaction brutale de la police aux approches non-violentes.

Josh a dit :

« Ça n’a jamais été une zone de guerre équitable. Nous n’avons rien, seuls les masques et la police ont des armes. Nous essayons seulement de nous défendre. »

Article traduit par Dr.Mo7oG pour No Signal Found // Tous droits réservés

Source et crédits : THEMINDUNLEASHED

Please follow and like us:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

RSS