Vente des animaux de compagnie des particuliers à des laboratoires: le décret de la discorde en France

Depuis plusieurs jours, la modification d’un décret concernant les animaux de laboratoire fait grand bruit en France.

Il y a quelques jours, la Fondation « 30 Millions d’amis » a partagé une information selon laquelle le gouvernement français avait profité du confinement pour faire évoluer la loi concernant les animaux de laboratoires en France : « Alors que les Français vivaient leur tout premier jour de confinement, le 17 mars 2020, le gouvernement profitait du contexte de crise sanitaire pour passer – en toute discrétion – un décret « modifiant certaines dispositions relatives à la protection des animaux utilisés à des fins scientifiques ».

Jusqu’à présent, les animaux utilisés dans des procédures expérimentales devaient « avoir été élevés à cette fin et provenir d’éleveurs ou de fournisseurs agréés ». Des dérogations n’étant possibles que « lorsque la production des éleveurs agréés est insuffisante ou ne convient pas aux besoins spécifiques du projet » (art. R. 214-90 du code rural)… une condition désormais supprimée », pouvait-on lire dans un communiqué de l’association.

Suite à cette publication, de nombreuses interprétations ont circulé sur la toile, dont celle qui affirmait que les particuliers pouvaient désormais vendre leur animal à des laboratoires sans condition : « Ce décret, c’est la porte ouverte au pire ! Élevages de chiens de chasse, particuliers, n’importe qui peut vendre son animal à un laboratoire », déplore « 30 Millions d’amis ».

Démenti

Sauf que, s’il y a bien eu une modification du décret en question, l’interprétation qu’il faut en faire n’est pas si claire. Et les autorités ont démenti les affirmations de « 30 millions d’amis » : « Les animaux de compagnie ne sont en rien concernés par l’expérimentation animale, et cela ne sera jamais le cas ; les fausses informations relayées récemment à ce sujet desservent la cause de la protection animale. »

Ce samedi, la fondation Brigitte Bardot, que l’on sait amoureuse des animaux, a été dans le même sens pour mettre fin à la « peur » ambiante qui grimpait, notamment sur les réseaux sociaux : « Évidemment que NON, le décret adopté en mars dernier n’autorise pas la vente par des particuliers, chasseurs, etc. d’animaux aux laboratoires ! ».

Bref, s’il est toujours interdit de vendre des animaux de compagnie à des laboratoires, l’interprétation de ce décret n’est toujours pas claire, et que celui-ci devrait être adapté.

Source : SUDINFO

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

RSS