Une première exécution en public en deux ans en Iran

L’Iran a procédé samedi à sa première exécution en public en plus de deux ans, avec la pendaison d’un homme condamné pour le meurtre d’un policier, a rapporté une ONG, alors que l’inquiétude grandit face à la répression croissante dans le pays.

Illu

Illu – Belga

Iman Sabzikar, un ouvrier reconnu coupable du meurtre d’un policier en février 2022 dans la ville de Shiraz (sud de l’Iran), a été pendu tôt le matin sur les lieux du crime, a détaillé l’ONG norvégienne Iran Human Rights, s’appuyant sur des informations relayées par des médias d’État iraniens.

Sa peine avait été confirmée par la Cour suprême début juillet.

«La reprise de ce châtiment brutal en public est destinée à effrayer et à intimider les gens pour qu’ils ne manifestent pas», a estimé Mahmood Amiry-Moghaddam, directeur de l’IHR.

Il a appelé la communauté internationale à réagir avec fermeté et à protester contre cette pratique «médiévale».

Les exécutions publiques sont utilisées comme moyen de dissuasion, en particulier quand il s’agit du meurtre d’un membre des forces de sécurité, a relevé l’ONG, indiquant que la dernière exécution publique en Iran remontait au 11 juin 2020.

L’ONG redoute que quatre hommes, également condamnés à mort pour le meurtre de policiers dans des affaires distinctes mais similaires, ne subissent le même sort, et note que le nombre d’exécutions dans la République islamique a doublé au premier semestre par rapport à la même période de 2021.

Ces dernières semaines, des militants ont exprimé leur inquiétude face à une répression croissante en Iran alors que la crise économique suscite des manifestations inhabituelles.

Des intellectuels et des réalisateurs de films renommés ont été arrêtés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *