Une députée LREM donne raison à Robert Ménard sur la «concentration» d’enfants immigrés dans les écoles

Une députée La République en Marche de Toulouse soutient le maire de Béziers s’agissant du nombre d’élèves d’origine immigrée. Sandrine Mörch parle d’un « problème de concentration ».

« – Deux tiers des enfants sont d’origines dans mes classes »

– Je connais très bien votre ville, c’est votre concentration qui pose un problème à Béziers ».

L’échange s’est déroulé jeudi, lors d’un débat télévisé consacré à l’Immigration. L’évaluation des « deux tiers » émane du très médiatique maire de Béziers.

France’s ‘La Republique en Marche’ political party local candidate for the upcoming parliamentary elections (legislative elections) for the 9th district of the Haute Garonne region, Sandrine Morch poses on May 12, 2017 in Toulouse. – of the party ‘La Republique en Marche’ Sandrine Morch (Photo by PASCAL PAVANI / AFP)

La qualification de « problème de concentration » est celle de la députée En Marche de Toulouse, Sandrine Mörch. La députée toulousaine a ensuite ajouté :

« J’ai la même chose à Toulouse, au Mirail dans un quartier sensible. On prend des élèves dans un collège pour les mettre dans des collèges plus huppés et les mamans ne demandent que ça, un anniversaire avec des petits Français ». (Sandrine Mörch)

Ce rapprochement n’a pas été le seul lors d’un débat qui a duré une quinzaine de minutes. A différentes reprises, le présentateur de l’émission, David Pujadas, a ponctué les échanges d’un « elle (NDLR Sandrine Mörch) est d’accord avec vous (NDRL Robert Ménard) ».

La députée toulousaine met en avant son passage (10 ans) dans les rangs de Médecins Sans Frontières. « Je sais ce que c’est un réfugié » affirme Sandrine Mörch. Elle plaide également pour « une immigration positive » et le « potentiel » des immigrés.

Mais la parlementaire affiche toutefois des points de « rencontre » avec le maire de Béziers, notamment s’agissant de « plus de fermeté » pour les reconduites à la frontière ou encore le fait que les « bourgeois ne croisent pas les immigrés alors que les classes populaires vivent avec ».

Un « constat » qui a été exprimé, lundi soir, par Emmanuel Macron.

A noter que, dans le même temps, Sandrine Mörch se revendique comme appartenant l’aile gauche d’En Marche. La députée toulousaine a notamment signé une tribune  « éviter une hystérisation inversement proportionnelle à la réalité migratoire ».

Un débat, sur l’immigration, est prévu à l’Assemblée et au Sénat fin septembre et début octobre.

Source : FRANCE3

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

RSS