Une chute de 21 millions d’utilisateurs de téléphones portables en Chine pourrait suggérer un nombre élevé de décès dus au coronavirus

Le nombre d’utilisateurs de téléphones portables chinois a chuté de 21 millions au cours des trois derniers mois, ont annoncé les autorités de Pékin le 19 mars. Les décès dus au virus du PCC pourraient avoir contribué au nombre élevé de fermetures de comptes.

Les téléphones portables sont un élément indispensable de la vie en Chine.

« Le niveau de numérisation est très élevé en Chine. Les gens ne peuvent pas survivre sans un téléphone portable », a déclaré Tang Jingyuan, un commentateur des affaires chinoises basé aux États-Unis, au Epoch Times le 21 mars. « Traiter avec le gouvernement pour les retraites et la sécurité sociale, acheter des billets de train, faire des achats … peu importe ce que les gens veulent faire, ils sont obligés d’utiliser des téléphones portables. »

« Le régime chinois exige que tous les Chinois utilisent leur téléphone portable pour générer un code de santé. Ce n’est qu’avec un code de santé vert que les Chinois sont autorisés à se déplacer en Chine maintenant. Il est impossible pour une personne de résilier son abonnement et jeter son téléphone portable ».

Le 1er décembre 2019, la Chine a introduit l’obligation de procéder à des scanners faciaux pour confirmer l’identité de la personne qui a enregistré le téléphone. Dès le 1er septembre 2010, la Chine a exigé de tous les utilisateurs de téléphones portables qu’ils enregistrent leur téléphone avec leur véritable identification, ce qui permet à l’État de contrôler la parole des gens grâce à son système de surveillance à grande échelle.

De plus, les comptes bancaires et les comptes de sécurité sociale des Chinois sont regroupés avec leurs forfaits de téléphonie mobile ; les applications des téléphones chinois vérifient les cartes SIM dans la base de données de l’État pour s’assurer que le numéro appartient bien à l’utilisateur.

Pékin a lancé les premiers codes de santé basés sur les téléphones portables le 10 mars. Tous les habitants de Chine doivent installer une application pour téléphone portable et enregistrer leurs informations de santé personnelles. L’application peut ensuite générer un code QR, qui apparaît en trois couleurs, pour classer le niveau de santé de l’utilisateur. Le rouge signifie que la personne a une maladie infectieuse, le jaune signifie qu’elle pourrait en avoir une et le vert qu’elle n’en a pas.

Pékin a affirmé que les codes de santé sont destinés à empêcher la propagation du virus du PCC, communément appelé nouveau coronavirus.

21 millions d’utilisateurs de téléphones portables

Le ministère chinois de l’industrie et des technologies de l’information (MIIT) a annoncé le 19 mars le nombre d’utilisateurs de téléphone dans chaque province en février. Par rapport à l’annonce précédente, qui a été publiée le 18 décembre 2019, pour les données de novembre 2019, le nombre d’utilisateurs de téléphones portables et fixes a chuté de façon spectaculaire. Au cours de la même période l’année précédente, le nombre d’utilisateurs a augmenté.

Le nombre d’utilisateurs de téléphones portables a diminué de 1,600957 milliard à 1,579927 milliard, soit une baisse de 21,03 millions. Le nombre d’utilisateurs de lignes fixes a diminué de 840 000, passant de 190,83 millions à 189,99 millions.

Au mois de février précédent, le nombre avait augmenté. Selon le MIIT, le nombre d’utilisateurs de téléphones portables a augmenté en février 2019, passant de 1,5591 milliard à 1,5835 milliard, soit 24,37 millions de plus. Le nombre d’utilisateurs de téléphones fixes est passé de 183,477 millions à 190,118 millions, soit 6,641 millions de plus.

Selon le Bureau national des statistiques de Chine, la population du pays à la fin de 2019 était supérieure de 4,67 millions à celle de 2018, atteignant 1,40005 milliard d’habitants.

La diminution du nombre d’utilisateurs de téléphones fixes en 2020 pourrait être due à la quarantaine nationale de février, au cours de laquelle les petites entreprises ont été fermées. Mais la baisse du nombre d’utilisateurs de téléphones portables ne peut pas s’expliquer de cette façon.

Selon les données d’exploitation des trois opérateurs de téléphonie mobile chinois, le nombre de comptes de téléphonie mobile a augmenté en décembre 2019, mais a fortement baissé en 2020.

China Mobile est le plus grand opérateur, détenant environ 60 % du marché chinois des téléphones portables. Elle a déclaré avoir gagné 3,732 millions de comptes supplémentaires en décembre 2019, mais en avoir perdu 0,862 million en janvier 2020 et 7,254 millions en février 2020.

La performance de China Mobile au cours des mêmes mois en 2019 a été sensiblement différente ; elle a gagné 2,411 millions de comptes supplémentaires en janvier 2019 et 1,091 million de plus en février 2019.

China Telecom est le deuxième opérateur, détenant environ 21 % du marché. Elle a gagné 1,18 million d’utilisateurs en décembre 2019, mais a perdu 0,43 million d’utilisateurs en janvier 2020 et 5,6 millions d’utilisateurs en février 2020.

En 2019, elle a gagné 4,26 millions d’utilisateurs en janvier et 2,96 millions en février.

China Unicom, qui n’a pas encore publié les données pour février, partage la même expérience que les deux autres télécoms en janvier 2020 et début 2019. La société a perdu 1,186 million d’utilisateurs en janvier 2020, mais a gagné 1,962 million d’utilisateurs en février 2019 et 2,763 millions d’utilisateurs en janvier 2019.

La Chine autorise chaque adulte à demander au maximum cinq numéros de téléphone portable. Depuis le 10 février, la majorité des étudiants chinois ont suivi des cours en ligne avec un numéro de téléphone portable en raison de l’ordre de fermeture de leurs écoles. Les comptes de ces étudiants sont au nom de leurs parents, ce qui signifie que certains parents ont dû ouvrir un nouveau compte de téléphone portable en février.

Analyser les chiffres

La grande question est de savoir si la chute spectaculaire des comptes de téléphonie mobile reflète les fermetures de comptes de ceux qui sont morts à cause du virus du PCC.

« Il est possible que certains travailleurs migrants aient eu deux numéros de téléphone portable auparavant. L’un est celui de leur ville d’origine et l’autre celui de la ville où ils travaillent. En février, ils pourraient fermer le numéro de la ville dans laquelle ils travaillent parce qu’ils ne pouvaient pas s’y rendre », a déclaré M. Tang. En général, les travailleurs migrants se rendent dans leur ville d’origine pour le Nouvel An chinois en janvier, puis des restrictions de voyage les empêchent de retourner dans la ville où ils travaillent.

Cependant, comme il y a des frais mensuels de base pour posséder un compte de téléphone portable en Chine, la majorité des travailleurs migrants – le groupe aux revenus les plus faibles – n’ont probablement qu’un seul compte de téléphone portable.

La Chine comptait 288,36 millions de travailleurs migrants en avril 2019, selon le Bureau national chinois des statistiques.

Le 17 mars, Meng Wei, porte-parole de la Commission nationale chinoise pour le développement et la réforme, a déclaré lors d’une conférence de presse mensuelle à Pékin qu’à l’exception du Hubei, toutes les provinces ont indiqué que plus de 90 % de leurs entreprises avaient repris leurs activités. Dans le Zhejiang, Shanghai, le Jiangsu, le Shandong, le Guangxi et Chongqing, presque toutes les entreprises ont repris la production.

Si le nombre de travailleurs migrants et le niveau d’emploi sont exacts, plus de 90 % des travailleurs migrants sont retournés travailler.

Les bouleversements économiques provoqués par les fermetures d’entreprises en Chine ont peut-être aussi conduit certaines personnes disposant d’un téléphone portable supplémentaire à l’annuler. Les entreprises étant en difficulté ou ayant cessé leurs activités, elles ne veulent peut-être pas supporter les dépenses supplémentaires.

« Pour l’instant, nous ne connaissons pas les détails des données. Si seulement 10 % des comptes de téléphones portables étaient fermés parce que les utilisateurs sont morts à cause du virus du PCC, le bilan serait de 2 millions de morts », a déclaré M. Tang.

Le nombre de morts rapporté en Chine ne correspond pas à ce que l’on peut déterminer sur la situation dans ce pays.

Une comparaison avec la situation en Italie suggère également que le nombre de décès en Chine est nettement sous-estimé. L’Italie a adopté des mesures similaires à celles utilisées par le régime chinois. Le nombre de décès dus au virus du PCC en Italie s’élève à 4 825, ce qui correspond à un taux de mortalité de 9 %. En Chine, où une population beaucoup plus importante a été exposée au virus, le nombre de décès rapporté de 3 265 s’est traduit par un taux de mortalité de seulement 4 %, soit moins de la moitié de celui rapporté en Italie.

Les activités dans l’épicentre de l’épidémie de la province du Hubei semblent contredire le nombre de décès rapporté en Chine. Les sept salons funéraires de la ville de Wuhan auraient incinéré des corps 24 heures sur 24, sept jours sur sept, à la fin du mois de janvier. La province du Hubei a utilisé 40 incinérateurs mobiles, chacun capable de brûler cinq tonnes de déchets médicaux et de corps par jour, depuis le 16 février.

En l’absence de données, le véritable nombre de morts en Chine est un mystère. L’annulation de 21 millions de téléphones portables fournit un point de données qui suggère que le nombre réel pourrait être bien plus élevé que le nombre officiel.

Epoch Times qualifie le nouveau coronavirus, à l’origine de la maladie COVID-19, de virus du PCC parce que la dissimulation et la mauvaise gestion du Parti communiste chinois ont permis au virus de se propager dans toute la Chine et de créer une pandémie mondiale.

Source: The Epoch Times, le 23 mars 2020Traduction par Aube Digitale

Please follow and like us:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

RSS