Un rapport de l’USAID montre que des groupes terroristes sont financés par l' » aide humanitaire  » des États-Unis

isis-696x366

Un récent rapport d’audit de l’USAID a révélé que certains de ses programmes humanitaires pour la Syrie et l’Irak déchirés par la guerre auraient pu aider des groupes terroristes. L’aide en question s’élève à près de 700 millions de dollars.
L’agence en charge de l’aide étrangère fournie par Washington a fait un mauvais travail pour atténuer les risques que ses projets se retrouvent entre de mauvaises mains, selon le Bureau Officiel de l’Inspecteur Général (OIG) de l’USAID. Ce document, qui met en lumière le risque que des terroristes bénéficient de l’aide étrangère des États-Unis, entre autres vulnérabilités, a été publié le 25 septembre.

Pour apporter son aide, l’USAID attribue des prix à des organisations internationales publiques (OPI) qui s’occupent ensuite des zones en difficulté. Toutefois, la façon dont les organisations utilisent les fonds pourrait présenter certaines lacunes et ne respecte pas entièrement les directives du département d’État de 2008. Selon le rapport, ce dernier vise à s’assurer que l’argent provenant des programmes d’aide ne tombe pas entre de mauvaises mains en aidant les groupes terroristes.

« Le risque n’a pas été évalué de manière exhaustive[par les OPI], comme le risque que des terroristes bénéficient de l’aide étrangère des États-Unis.

Sur les 19 adjudications examinées par l’agence, seuls 6 employés de l’USAID ont suivi les directives avec « diligence raisonnable ». Le reste des bourses « a été rigoureusement évalué », car l’organisme a évalué le risque potentiel comme étant « faible ou sans objet ». Dans certains cas, il n’avait tout simplement pas de normes pour y accéder. Ces 13 projets d’aide potentiellement risqués s’élèvent à un montant faramineux de 697 millions de dollars.

Les États-Unis participent à la campagne militaire en Irak et en Syrie depuis des années, dans le but déclaré d’enrayer la montée des terroristes d’État islamiques. Sur le sol syrien, cela s’est fait sans le feu vert de Damas, qui a soutenu que la campagne militaire de Washington constituait une violation de sa souveraineté.

Washington a également tenu à soutenir ce qu’il a appelé l' » opposition modérée  » en Syrie avec des armes. Cet appui ne s’est pas toujours déroulé comme prévu, certaines armes ayant apparemment fini entre les mains de terroristes.
En 2016, le commandant de l’unité de Jabhat al-Nusra, Abu Al Ezz, a déclaré qu’ils recevaient un soutien américain par l’intermédiaire de pays tiers. De plus, les militants ont reçu des missiles TOW directement des Etats-Unis, a-t-il révélé.

Damas lui-même a accusé Washington d’armer des terroristes. Le diplomate syrien Alaa Saeed Din Hamdan a déclaré en septembre que « des centaines de tonnes d’armes » ont été transportées « pour finir entre les mains de terroristes dans le sud du pays ».

Traduit par Dr.Mo7oG

 

Source : THEFREETROUGHTPROJECT

Please follow and like us:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

RSS