Un radiologiste qui était "si excité" de recevoir un vaccin contre le covid meurt quelques jours après une "réaction sévère" -

Un radiologiste qui était « si excité » de recevoir un vaccin contre le covid meurt quelques jours après une « réaction sévère »

Un technicien en radiologie qui partageait son excitation à l’idée de recevoir son vaccin contre le coronavirus est mort quelques jours plus tard après ce que sa femme prétend être une réaction à ce vaccin.

Tim Zook, de Santa Ana en Californie, a écrit : « Je n’ai jamais été aussi excité à l’idée de me faire vacciner avant. Je suis maintenant complètement vacciné après avoir reçu ma deuxième dose de Pfizer » sur Facebook le 5 janvier.

Le sexagénaire a téléchargé une photo de son bras avec un pansement, ainsi qu’un cliché de sa carte de vaccination. Mais quelques heures plus tard, Zook a souffert de maux d’estomac au travail et a commencé à avoir du mal à respirer.

Ses collègues l’ont emmené aux urgences du South Coast Global Medical Center, où la femme de Zook, Rochelle, lui a envoyé un message pour lui demander : « Dois-je m’inquiéter ?

Il a répondu : « Non. Absolument pas. Zook a également dit à Rochelle qu’il ne pensait pas que ses symptômes étaient liés au vaccin Pfizer. Mais Rochelle craint maintenant que les injections aient pu causer la mort prématurée de son mari.

Tim Zook Excitedly Shared News Of His Covid Vaccine On Facebook – But The Update Ended Up Being The Last He Ever Made

Elle a expliqué : « Nous ne blâmons aucune entreprise pharmaceutique. Mon mari a adoré ce qu’il a fait. Il a travaillé dans des hôpitaux pendant 36 ans et demi. Il croyait aux vaccins. Je suis sûre qu’il reprendrait ce vaccin, et qu’il voudrait que le public le prenne.

Mais quand quelqu’un présente des symptômes deux heures et demie après un vaccin, c’est une réaction. Qu’est-ce qui aurait pu se passer d’autre ?

Nous aimerions que le public sache ce qui est arrivé à Tim, pour qu’il ne soit pas mort en vain. Les réactions graves sont rares. En réalité, le Covid est une force bien plus mortelle que les réactions du vaccin potentiel lui-même ».

Rochelle a ajouté : « Le message est : soyez prudent, prenez le vaccin – mais les responsables doivent faire plus de recherches. Nous devons en connaître la cause. Les vaccins doivent être aussi sûrs que possible. Chaque vie compte ».

Après la maladie initiale de Tim, on le soupçonnait de souffrir de Covid, ainsi que d’une insuffisance cardiaque congestive.

De multiples tests de Covid sont revenus négatifs, et Zook a reçu de l’oxygène. Il a été mis sous respirateur environ 36 heures plus tard, et transféré au centre médical de l’Université de Californie à Irvine pour un traitement spécialisé.

Rappelant le terrible diagnostic qu’elle a reçu peu après, Rochelle a déclaré au Orange County Register : « Vendredi, je reçois un appel : « Ses reins sont défaillants. Il doit être sous dialyse. Sinon, il pourrait mourir – mais il y a aussi un risque de crise cardiaque ou d’accident vasculaire cérébral s’il est sous dialyse parce que sa pression sanguine est si basse ».

Zook a subi trois « codes bleus » d’urgence dans les heures qui ont suivi, mais il a été sauvé de la mort. Les médecins ont alors averti Rochelle qu’il « aurait des lésions cérébrales et serait un légume » s’ils parvenaient à sauver son conjoint d’un quatrième code bleu. Tim est mort quelques heures plus tard.

La veuve a raconté que son défunt mari était généralement en très bonne santé. Il souffrait d’hypertension artérielle, contrôlée par des médicaments, et était légèrement en surpoids.

A lire également : 181 Américains sont morts des suites de la vaccination par COVID-19 en seulement 2 semaines, y compris le bébé à naître après que la mère ait été piquée

Rochelle a déclaré : « Il n’avait jamais été hospitalisé. Il prenait froid et se remettait deux jours plus tard. La grippe, et il s’en remettait trois jours plus tard ».

La mort de Zook a été signalée au système de notification des effets indésirables des vaccins, géré par les Centres de contrôle des maladies et la Food and Drug Administration du gouvernement américain.

Traduit par Dr.Mo7oG pour NSF

Source : HUMANSAREFREE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *