Un procès révèle qu'une ville a donné des enfants à des pédophiles pour voir si le sexe était "bon pour eux" -

Un procès révèle qu’une ville a donné des enfants à des pédophiles pour voir si le sexe était « bon pour eux »

Une enquête est en cours à l’hôtel de ville de Berlin pour savoir pourquoi les autorités ont placé des enfants sans abri et en difficulté chez des parents adoptifs pédophiles connus.

Deux des victimes sont en attente d’une indemnisation de la part du Sénat de la ville, qui a accepté un règlement à l’amiable, rapporte Der Tagesspiegel.

La logique tordue qui sous-tend l' »expérience Kentler » – du nom du sexologue de renom Helmut Kentler qui en a été le fer de lance – est que la pédophilie peut avoir des « conséquences positives » pour les jeunes enfants.

L’expérience sociale, qui s’est déroulée à Berlin, en Allemagne, entre 1969 et 2003, a placé des garçons sans-abri âgés de six à 14 ans entre les mains de pédophiles – parce qu’on pensait que les enfants vulnérables pourraient bénéficier de leur « attention ».

Il est troublant de constater que Kentler a réussi à persuader le Sénat de Berlin-Ouest que les jeunes garçons sans abri allaient sauter sur l’occasion d’être élevés par des pères pédophiles. Il a fait valoir que les garçons seraient « follement amoureux » de leur nouvelle figure paternelle.

À cette époque, Kentler faisait publiquement pression pour la dépénalisation des relations sexuelles entre adultes et enfants en Allemagne de l’Ouest.

Le rapport du Sun : L’universitaire a fait valoir que les enfants sont « presque toujours plus gravement blessés » par les poursuites engagées contre leurs agresseurs que par l’abus sexuel lui-même.
ILS APPRENDRONT À VIVRE CORRECTEMENT

Mais malgré ses opinions ouvertement positives sur la pédophilie, Kentler a reçu la bénédiction officielle pour un pilote qui a ouvert la voie à l’expérience.

Celui-ci a permis à des garçons d’emménager avec trois pédophiles connus de Berlin-Ouest afin qu’ils puissent ensuite « apprendre à vivre correctement et sans se faire remarquer ».

Plus tard, il a expliqué qu’il pensait que « les trois hommes feraient beaucoup pour aider « leurs » garçons parce qu’ils avaient une relation sexuelle avec eux ».

Il n’est pas clair si le Sénat de Berlin-Ouest a voté sur l’expérience ou s’il l’a approuvée à huis clos.

Trois hommes feraient tant pour aider « leurs » garçons parce qu’ils ont eu une relation sexuelle avec eux.

Mais les détails de cette politique grotesque commencent à être connus, car les victimes demandent justice pour leur épreuve.

Selon Der Tagesspiegel, deux des victimes accueillies sont en attente d’une indemnisation de la part du Sénat de la ville, qui a accepté un règlement à l’amiable.

Elles ont été tellement défigurées émotionnellement par leur épreuve qu’elles sont incapables de travailler

L’un des avocats de la victime aurait fait pression pour obtenir une somme forfaitaire de 100 000 euros (113 895 dollars) plus une pension mensuelle de 2 500 euros (2 847 dollars).

La procédure judiciaire concerne un garçon appelé Marco, qui avait été pris en charge en 1989 après avoir fui son père violent.

À l’âge de six ans, il a été placé chez son père adoptif, Fritz H, a commencé à entrer dans la chambre pour un « câlin » qui annonçait des années d’abus

Dans une interview accordée à Der Spiegel, Marco a déclaré que pendant dix ans, il a été battu et violé à plusieurs reprises par Fritz H, jusqu’à ce qu’il grandisse et se défende.

Une autre de ses victimes, connue sous le nom de Sven, a été abandonnée par ses parents à l’âge de sept ans et a contracté l’hépatite B dans les rues de Berlin.

Les autorités l’ont alors remis au pédophile en 1990 et il a subi des agressions sexuelles répétées qui auraient été filmées.

Les garçons confiés à Fritz, qui est mort depuis, ont été maintenus isolés du monde extérieur.

Tant de questions – notamment pourquoi l’expérience de Kentler a été autorisée – restent sans réponse.

Le gouvernement de la ville dit qu’il n’a aucune idée de qui, au sein de l’agence d’aide sociale de Berlin-Ouest, a accepté la soi-disant expérience Kentler.

Elle a depuis mis en place une ligne téléphonique pour les anciens enfants.

Il y a quatre ans, le Sénat de Berlin a commandé une enquête publique sur le scandale, menée par des experts de l’université de Göttingen.

Mais cette enquête est toujours en cours et le rapport final est loin d’être publié

Lorsque Kentler est mort en 2008, il a laissé derrière lui des documents décrivant l’ensemble de l’expérience comme un « succès », mais il a admis de façon choquante que le placement de jeunes avec des pédophiles était contraire à la loi.

Article traduit par Dr.Mo7oG pour No Signal Found

Source : NEWSPUNCH

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

RSS