Un médecin spécialisé a utilisé son propre sperme pour féconder des patientes -

Un médecin spécialisé a utilisé son propre sperme pour féconder des patientes

Le Dr McMorries, qui dirige une petite clinique à Nacogdoches, au Texas, a maintenant défendu ses actions, affirmant qu’elles étaient  » acceptables  » dans les années 1980.


doctor-sperm-impregnate-patients-678x381.jpg
L’importance du désir d’un enfant de connaître son identité biologique. À l’époque, l’anonymat était censé être permanent « , a-t-il ajouté.
Le monde d’une femme du Texas a été chamboulé lorsqu’elle a fait un test d’histoire génétique et qu’elle a appris qu’un donneur de sperme qu’elle croyait être son père, n’était pas son père – le médecin de sa mère pour la fertilité l’était.

Eve Wiley, 31 ans, a passé des années à chercher son père après avoir appris qu’elle avait été conçue par insémination artificielle en 1987. Il y a quatorze ans, elle a retracé le donneur de sperme de sa mère, Steve Scholl – connu sous le nom de donneur no 106 – et au fil du temps, ils ont établi une relation père-fille aimante.
Mais cette relation a été bouleversée lorsqu’elle a passé des tests génétiques sur 23andMe et Ancestry.com et qu’elle a appris que son véritable père était le Dr Kim McMorries, médecin spécialiste en fertilité.
McMorries s’était discrètement mélangé à son sperme avec celui du donneur après que le sperme du donneur n’ait pas réussi à féconder Margo Williams, la mère de Wiley après cinq essais.

Il a utilisé son propre sperme qu’il a donné à une banque de sperme de l’époque où il était étudiant en médecine – et a réussi à la mettre enceinte.

12932598-6978769-image-a-2_1556672826920

Mais il n’en a parlé à personne.

Mais la vérité a finalement été révélée lorsque Wiley a décidé d’en apprendre davantage sur ses antécédents familiaux et médicaux et a subi les tests génétiques 23andMe et Ancestry.com.

 

Cependant, les résultats ne correspondaient pas à ceux de son père Scholl, donneur de sperme, avec qui elle a passé des années à développer une relation étroite.

Je l’appelle papa. Nous disons que je t’aime « , a dit Wiley au Dallas Morning News, en parlant de Scholl,  » Nous passons nos vacances ensemble et il a officié à mon mariage « .

Les hits de son arbre généalogique génétique l’ont comparée à quelqu’un dans l’est du Texas – où ni Scholl ni sa famille n’ont jamais vécu. Après avoir trouvé un cousin germain biologique et échangé des informations, elle a appris la vérité.

J’ai un oncle « , a dit son cousin germain quand Wiley lui a posé des questions sur sa famille. « Il vit à Nacogdoches, Texas, et son nom est Kim McMorries.

13074496-6991273-image-a-28_1556942360969

J’ai dit « Oh s**t. C’est le docteur en fertilité de ma mère. » Je pense qu’à ce moment-là, c’était – j’étais en état de choc. J’étais sous le choc « , a déclaré Wiley à l’occasion du 20/20 de l’ABC.

Ni Wiley ni sa mère ne savaient que McMorries avait utilisé son sperme dans l’intervention.
On dirait qu’il me tient comme un prix. On le voit sourire à travers son masque avec ses yeux, et il me retient… C’est son petit secret « , dit Wiley sur la photo.

Partager la dure nouvelle avec Scholl et sa mère a brisé le cœur de Wiley.

Devoir le dire à Steve et à ma mère. Ce sont les deux conversations les plus difficiles que j’aie jamais eues dans ma vie « , a-t-elle dit.

J’étais en état de choc. J’étais en train de trembler. Je n’arrivais pas à y croire. Je lui faisais vraiment confiance « , dit sa mère Margo Williams.
Finalement Wiley a confronté McMorries dans une lettre expliquant leur lien génétique.

McMorries a ensuite répondu dans une lettre que le donneur 106 n’avait pas fécondé la mère de Wiley six fois, ce qui l’a obligé à mélanger l’échantillon du donneur 106 avec un autre échantillon local.

Le mélange était une pratique qu’il prétendait avoir apprise à l’école de médecine pour augmenter les chances de conception. Le médecin a affirmé que Williams était d’accord avec le plan de mélange.

Lorsqu’on demande à Williams si elle savait qu’il utilisait du sperme de donneur local, elle secoue la tête et répond :  » Absolument pas. Ça n’est jamais arrivé.

Elle a dit qu’elle ne voulait pas se mélanger pour éviter que Wiley grandisse et découvre qu’elle avait un demi-frère ou une demi-sœur en ville.

Néanmoins, McMorries a récupéré son propre sperme de ses jours de donneur à l’école de médecine et a continué avec le traitement de fertilité.

Bien que McMorries ait refusé d’être interviewé pour l’émission spéciale de l’ABC, il maintient qu’il ne pouvait pas dire à Williams qu’il utilisait son propre sperme à cause d’une entente d’anonymat qu’il avait signée lorsqu’il a fait le don.

Il a fait valoir qu' »il n’existe aucune loi qui exige la divulgation de l’identité du donneur ».

Au Texas, l’acte n’est pas considéré comme un crime puisque l’État n’inclut pas le viol par tromperie.

Mais Wiley n’était pas satisfait et a demandé s’il avait par inadvertance engendré d’autres enfants de la même manière.

Le médecin a dit qu’il connaissait une ou deux autres femmes qui sont tombées enceintes après avoir mélangé son sperme avec un donneur.

Il est facile de jeter un regard en arrière et de juger les protocoles/normes utilisés il y a 33 ans et de supposer qu’ils étaient erronés dans l’environnement actuel « , a écrit le Dr McMorries. Cependant, ce n’était pas une erreur il y a 33 ans, car c’était une pratique acceptable à l’époque.

Le Dr McMorries dirige toujours une clinique d’obstétrique, de gynécologie et d’infertilité à Nacogdoches, le Women’s Center. Son site web dit que la clinique offre des’valeurs conservatrices avec la santé personnelle’.

Son avocat l’a défendu en disant :  » Le Dr McMorries est un homme bon et bon qui est un excellent gynécologue-obstétricien très respecté. Il a la réputation d’essayer d’aider ses patients autant qu’il le peut.

Traduit par Dr.Mo7oG

Source : NEWSPUNCHNEWSPUNCH

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *