Un Gilet jaune perd son patrimoine pour payer les dégâts qu'il aurait causés -

Un Gilet jaune perd son patrimoine pour payer les dégâts qu’il aurait causés

Un homme et son complice ont été mis en examen et écroués le 15 mai pour des destructions de radars automatiques le long de l’autoroute A8 dans le Var.

L’enquête a été menée par la brigade de recherches de Draguignan. Entre le 26 décembre et le 8 mars, elle a dénombré huit équipements publics incendiés et détruits le long de l’autoroute A8, dont une station-service Hyper U aux Arcs et des radars automatiques de contrôle de vitesse. Après l’ouverture d’une information judiciaire pour destruction par incendie en bande organisée, les enquêteurs ont pu identifier précisément deux Gilets jaunes. Ils ont été interpellés le 13 mai.

C’est grâce à la vidéosurveillance de la station-service que l’un des suspects a pu être identifié, il était déjà connu de la police pour recel. Sa présence sur les lieux des délits a été confirmée par son ADN retrouvé par les limiers varois. Grâce à la téléphonie et à la géolocalisation, les gendarmes ont pu relier le premier auteur à d’autres délits. Ses contacts ont ensuite été remontés, les pandores tombent enfin sur son complice. Il ne restait plus qu’à les cueillir.

Patrimoine estimé à 175 000 euros

À l’issue de leur garde à vue, ils ont été mis en examen et écroués le 15 mai. Ils sont en détention provisoire depuis mercredi. Le juge d’instruction a ensuite requis au parquet une ordonnance de saisie à la valeur du patrimoine de l’un des mis en cause. Elle est estimée à 175 000 euros. Le suspect est propriétaire de trois appartements achetés à crédit. La valeur des dégâts a, elle, été estimée à 233 000 euros.

C’est la première fois qu’une telle mesure est décidée depuis l’apparition du mouvement des Gilets jaunes. Jusqu’à présent, les indemnisations liées aux dégâts et aux violences étaient prises en charge par les assurances ou les collectivités. La Fédération française de l’assurance a estimé à 200 millions d’euros le coût des destructions liées aux Gilets jaunes depuis le 17 novembre, date de leur première manifestation.

Source : LEPOINT

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

RSS