Un ancien commandant de l’OTAN : Il faut sanctionner les principaux dirigeants, y compris le président Poutine

Les Etats-Unis sont trop « faibles » à l’égard de la Russie à la suite du rapport Mueller, selon un article du TIME écrit par l’ancien commandant de l’OTAN James Stavridis.
Il suggère que Washington aille au-delà des sanctions pour cibler les civils russes et même le président Poutine lui-même.

L’éditorial de l’amiral de la marine à la retraite, directeur d’une société de capital-investissement, soutient que des « Russes » non spécifiés se sont engagés dans une « attaque directe contre le cœur de notre système démocratique ». Pour empirer les choses, Washington a fait « peu de choses » à ce sujet, en ne répondant que par « quelques gestes symboliques ».
Ces « quelques gestes symboliques » incluent certes les sanctions de représailles de 2018 contre de nombreuses personnalités politiques et militaires accusées d' »ingérence » dans les élections présidentielles de 2016, et les sanctions en attente qui viseraient des industries clés de l’économie russe. M. Stavridis estime toutefois que, même si les nouvelles mesures sont mises en place, cela ne suffirait pas à dissuader la Russie de tenter de s’ingérer dans les élections de 2020.

Les États-Unis ne devraient toutefois pas se contenter d’entraver les entreprises russes. Ils devraient également envisager des sanctions à l’encontre des entités publiques (équipes sportives, symphonies internationales, institutions académiques, délégations diplomatiques) – et même inclure des sanctions spécifiques à l’encontre des dirigeants clés en Russie, jusqu’à et y compris[le président russe Vladimir] Poutine.

Bien qu’il soit possible que son inimitié envers les équipes sportives russes soit motivée par l’angoisse de la compétition, il est difficile d’imaginer ce que l’Orchestre national russe a fait pour susciter la colère d’un ancien Commandant suprême allié de l’OTAN en Europe. Blagues mises à part, les demandes de Stavridis s’inscrivent très probablement dans le droit fil de la stratégie de sanctions de punition collective du secrétaire d’État Mike Pompeo,  » faites ce que nous disons si vous voulez que votre peuple mange « .
Malheureusement, poursuit l’ancien commandant de l’OTAN, les Etats-Unis semblent éprouver une certaine « lassitude des sanctions », selon les termes de Marco Rubio. Le Congrès en a apparemment un peu marre des efforts constants pour dominer les pays étrangers par des sanctions économiques… heureusement, nous assure-t-il, il existe des moyens encore plus directs de faire pression.

Si les sanctions économiques et personnelles ne parviennent pas à contraindre Poutine, il y a toujours la possibilité de punir directement les Russes ordinaires. Par exemple, les États-Unis pourraient « imposer des restrictions de voyage plus larges aux citoyens russes qui cherchent à venir aux États-Unis pour quelque raison que ce soit ». Les États-Unis pourraient également refuser de participer à la reconstruction de la Syrie et renoncer à aider à sécuriser les prix du pétrole, suggère-t-il.

« Au-delà de cela, nous devrions également éduquer nos enfants dès leur plus jeune âge sur ce qui est réel et ce qui est faux, en particulier dans un environnement numérique « , ajoute l’amiral à la retraite, plutôt effrayant.

Curieusement, Stavridis ne mentionne jamais ce qui a été révélé dans le rapport Mueller et qui justifie une réponse aussi dramatique en premier lieu. En fait, il appelle même à une enquête plus approfondie afin de comprendre « plus en détail » exactement comment « les réseaux cybernétiques et sociaux » ont été utilisés et « qui, au sein de la chaîne de commandement russe, a ordonné les attaques » ainsi que si d’autres actions étaient en cours ou non.

Mais il se peut que ce genre de détails ne soit pas important si votre cible est « les Russes » dans leur ensemble plutôt que les personnes soupçonnées de participer à l’ingérence toujours insaisissable de la Russie.

Traduit par Dr.Mo7oG (toute reprise se doit de citer la source)

Source : NEWSPUNCH

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

RSS