Tensions entre Macron et Philippe : "il a laissé croire à une régionalisation" du processus, obligeant ses services à corriger aussitôt" -

Tensions entre Macron et Philippe : « il a laissé croire à une régionalisation » du processus, obligeant ses services à corriger aussitôt »

Edouard Philippe travaille actuellement sur l’organisation du déconfinement du 11 mai prochain. Une lourde tâche à laquelle se sont ajoutées les décisions parfois contradictoires du président Emmanuel Macron, au grand dam de son Premier ministre.

L’heure est grave pour Edouard Philippe. Ce mardi 28 avril, le Premier ministre s’adressera à l’Assemblée nationale pour détailler les conditions du déconfinement fixé au 11 mai prochain. Un travail de longue haleine, épuisant et casse-tête que le Premier ministre se devait de réaliser après l’allocution d’Emmanuel Macron le 13 avril dernier.

Au cours de son discours, le Chef d’Etat affirmait que des détails seraient livrés dans une quinzaine de jours : « Le président a voulu mettre une tension forte dans la machine, analyse un ministre important. Résultat : le gouvernement va tenir les délais, apprend-on dans le Journal du dimanche. Il y a eu trop de bazar depuis qu’il a annoncé la date du 11 mai pour que Macron tolère un retard dans le calendrier. Cette fois, il fallait que sa commande soit respectée ».

Des contradictions dans les discours

Si Edouard Philippe espérait obtenir plus de temps pour dévoiler le plan global en dépit de l’annonce d’Emmanuel Macron, le mari d’Edith Chabre n’a pas obtenu gain de cause. Déterminé à respecter le délai qu’il avait annoncé aux Français, le président de la République a tapé du point sur la table pour être dans les temps. Ce qui a généré quelques tensions entre les deux chefs :

« Edouard Philippe lui-même, jusqu’à ces derniers jours, espérait obtenir un répit pour peaufiner son plan. Le scénario d’une présentation à l’Assemblée puis au Sénat, les 5 et 6 mai, avait même été envisagé. Une divergence sur le calendrier qui a suscité quelques tensions inédites entre les deux têtes de l’exécutif ».

Après avoir tout donné pour ne pas dépasser la date imposée, Edouard Philippe a dû faire avec les difficultés rajoutées, bien malgré lui, par Emmanuel Macron :

« Les sorties publiques de Macron ont elles aussi alimenté la confusion. En insistant, dès le lendemain de son allocution, sur le caractère “progressif” du déconfinement, le chef de l’Etat a semblé hésiter. Puis lors d’un déplacement dans le Finistère, en évoquant une reprise “graduée selon les secteurs et les régions”, il a laissé croire à une “régionalisation” du processus, obligeant ses services à corriger aussitôt » informe le JDD.

Des contradictions qui ont compliqué un peu plus le dur casse-tête du déconfinement.

Source : VOICI

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *