Tencent App pourrait avoir divulgué des chiffres réels sur les coronavirus en Chine : 400 millions de personnes enfermées et 24000 morts

Un site web chinois appelé Tencent a affiché une page web intitulée « Epidemic Situation Tracker », montrant brièvement des données sur le nouveau coronavirus (2019-nCoV) en Chine qui étaient beaucoup plus élevées que les estimations officielles, avant de passer soudainement à des chiffres plus bas à plusieurs reprises, a rapporté Taiwan News.

Beaucoup pensent que Tencent divulgue par inadvertance les « vrais » chiffres de ceux qui ont été tués et infectés. Le 26 janvier, le site web a commencé à afficher des estimations beaucoup plus élevées sur le nombre de personnes tuées et infectées, selon Hiroki Lo, un propriétaire de magasin de boissons taïwanais de 38 ans qui a pris une capture d’écran du site web. Lo a publié les prétendues « vraies » statistiques sur Facebook en écrivant ce qui suit en chinois.

今天騰訊跟網易新聞還誤發了未修飾的統計人數 (雖沒法證明誤發~當作BUG參考)沒多久修正下來了⋯第3張截圖是剛剛刷的數據

Publiée par Hiroki Lo sur Dimanche 26 janvier 2020

Au cours du week-end du 1er février, la page web de Tencent a présenté un autre mélange de statistiques énumérant les cas confirmés de virus de Wuhan en Chine à 154 023, soit 10 fois le chiffre officiel de l’époque. Le nombre de cas suspects s’élevait à 79 808, soit quatre fois le chiffre officiel de l’époque, tandis que le nombre de cas guéris n’était que de 269, bien en dessous du chiffre officiel de 300 ce jour-là. De plus, le nombre de morts recensé était de 24 589, un chiffre choquant, bien plus élevé que les 300 officiellement recensés ce jour-là.

Left to right are "nationally confirmed cases," "suspected cases," "cured," and "deaths." (Internet photo)

Depuis lors, le nombre de décès s’élève officiellement à 630 personnes et le nombre de personnes infectées à plus de 31 000 dans le monde, selon le traqueur du coronavirus de Johns Hopkins au moment de la rédaction de ce rapport. Bien que les experts aient contesté les chiffres en Chine et dans le monde, affirmant que plus de 100.000 personnes pourraient avoir été infectées par le virus au 26 janvier, date à laquelle Tencent a pu se tromper en publiant les « vraies » statistiques, a rapporté le Guardian.

Un autre utilisateur de Twitter, qui déclare dans sa biographie être un analyste politique basé à Taïwan, a partagé une capture d’écran censée montrer le nombre de morts à 12 781 aux alentours de 20h30 le 27 janvier. Le bilan officiel de cette journée était de 80 morts.

Un employé de crématorium dans l’épicentre de l’épidémie de coronavirus a révélé les longues heures de travail que lui et ses collègues consacrent au transfert des corps des hôpitaux et des maisons privées, ajoutant que cela représente jusqu’à 100 sacs mortuaires par jour. Selon le dénonciateur, les corps sont collectés dans les trois principaux hôpitaux de Wuhan ainsi que dans d’autres petits hôpitaux et dans des résidences privées.

« Depuis le 28 janvier, 90 % de nos employés travaillent 24 heures sur 24, 7 jours sur 7… nous ne pouvions pas rentrer chez nous », a déclaré Yun au Epoch Times.

Une équipe d’experts en santé publique, dirigée par le professeur Neil Ferguson, a déclaré qu’elle pensait que le taux de reproduction de la propagation était de 2,5-3, ce qui signifie que chaque personne infectée pourrait potentiellement la transmettre à trois autres. C’est alors que les statistiques officielles ont indiqué que le nombre de personnes infectées était de 2 000. Ce chiffre a ensuite augmenté rapidement.

« Ma meilleure estimation est peut-être de 100 000 cas à l’heure actuelle », a déclaré le 26 janvier le professeur Neil Ferguson, expert en santé publique à l’Imperial College. Il a ajouté : « Bien qu’il pourrait être entre 30 000 et 200 000. « Il est presque certain que plusieurs dizaines de milliers de personnes sont infectées. »

Plusieurs médecins prétendument en Chine ont dit à peu près la même chose, comme l’a rapporté l’Activist Post précédemment, affirmant que la Chine dissimulait la véritable statique et qu’au moins 100 000 personnes avaient été infectées par le nouveau virus de type grippal. Au-delà de cela, la Chine a maintenant enfermé 400 millions de personnes dans son pays, dans 60 villes au total, depuis une quarantaine initiale de 60 millions de personnes au cours des premiers jours où le virus a été signalé.

Comme le rapporte Zerohedge :

Guangzhou, la capitale de la province de Guangdong, au sud-ouest de la Chine, et la cinquième plus grande ville du pays avec près de 15 millions d’habitants, vient de rejoindre les rangs des villes qui imposent un confinement obligatoire à tous les citoyens, enfermant de fait les résidents à l’intérieur de leurs maisons, avec seulement une autorisation limitée de s’aventurer à l’extérieur pour acheter des fournitures essentielles. Cette décision signifie que 3 provinces, 60 villes et 400 millions de personnes sont maintenant confrontées au niveau de confinement le plus strict de la Chine alors que Pékin s’efforce de contenir l’épidémie de coronavirus, le virus s’étant déjà propagé dans plus de 2 douzaines de pays. Cela représente plus de 400 millions de personnes enfermées de force dans leurs maisons pour 638 morts ? Pensez-y : S’il y avait une raison de croire que Pékin ment sur les chiffres (et pas seulement parce que Tencent a accidentellement divulgué les vraies données), c’est bien celle-là.

La Chine est également accusée de mentir au public sur les chiffres des personnes infectées par de nombreuses sources comme le Wall Street Journal, et même les médias chinois qui ont été censurés pour avoir propagé cette pensée. La Chine a récemment censuré un média appelé Caijing, qui est l’un des plus réputés du pays. Dans l’article, les auteurs affirment que la Chine a considérablement sous-déclaré à la fois les cas et les décès, en particulier chez les personnes âgées. (archives) (traduction)

Le Wall Street Journal a également publié un rapport selon lequel les médecins chinois affirment que les cas de coronavirus sont des pneumonies ou d’autres maladies pour cacher le décompte officiel. Yahoo News rapporte également que les fonctionnaires de Wuhan incinèrent les victimes de coronavirus décédées avant qu’elles ne puissent être ajoutées au bilan officiel.

Le Dr Francis Boyle, professeur de droit international à la faculté de droit de l’université de l’Illinois et l’homme qui a rédigé le Biological Weapons Act de 1989, a récemment déclaré dans une interview explosive avec Geopolitics and Empire que l’épidémie de coronavirus à Wuhan provenait probablement du laboratoire BSL-4 de la ville.

Boyle a déclaré dans l’interview qu’il pense que le virus est potentiellement mortel et qu’il s’agit d’une arme biologique offensive ou d’un agent de guerre biologique à double usage génétiquement modifié avec des propriétés fonctionnelles. Boyle a également évoqué un fait que ce journaliste a déjà mentionné, à savoir que des agents de guerre biologique chinois travaillant au laboratoire canadien de Winnipeg ont été impliqués dans la contrebande de coronavirus vers le laboratoire de Wuhan en juillet de l’année dernière.

https://twitter.com/Jkylebass/status/1221065421874397185

Autre fait amusant, le Washington Times a rapporté que Wuhan est également le site de deux laboratoires biologiques chinois selon Dany Shoham, un ancien officier de renseignement militaire israélien qui a étudié la guerre biologique chinoise. Le rapport suggère que le virus a été soit accidentellement libéré, soit délibérément. Si c’est vrai, cela expliquerait comment le coronavirus a évolué si vite pour passer des animaux aux humains.

Lorsque le Washington Times a demandé à M. Shoham si le nouveau coronavirus pouvait avoir fui, M. Shoham a répondu

En principe, l’infiltration du virus vers l’extérieur peut se faire soit sous la forme d’une fuite, soit sous la forme d’une infection inaperçue à l’intérieur d’une personne qui sortait normalement de l’installation concernée. Cela aurait pu être le cas avec l’Institut de virologie de Wuhan, mais jusqu’à présent, il n’existe aucune preuve ou indication d’un tel incident.

De plus, le laboratoire travaillait officiellement avec différentes souches de coronavirus, ainsi qu’avec d’autres maladies mortelles comme le virus Ebola, à partir de 2018. Ce laboratoire est situé à seulement 30 km du marché de Huanan où le premier cas de coronavirus est supposé avoir été transmis.

Avant l’ouverture du laboratoire, des scientifiques du monde entier ont exprimé leurs inquiétudes quant aux dangers potentiels. Un article a même été publié dans la revue scientifique Nature en 2017, détaillant les plans du laboratoire et partageant les avis d’experts sur la façon dont un dangereux microbe pourrait s’échapper de l’installation. En fait, le virus du SRAS s’est échappé à plusieurs reprises des installations de confinement de haut niveau de Pékin.

Il est intéressant de noter qu’en 2004, la Chine a puni cinq hauts fonctionnaires du Centre chinois de contrôle et de prévention des maladies (CDC) pour l’épidémie de SRAS. L’enquête a révélé que la libération du virus était due à la négligence de deux employés du CDC qui ont été infectés et qu’elle n’était pas délibérée, rapporte China Daily.

La revue médicale Lancet a récemment publié une étude qui a révélé que bon nombre des premiers cas du nouveau coronavirus, y compris le patient zéro, n’avaient aucun lien avec le marché humide, ce qui a conduit bon nombre d’entre eux, dont Boyle, à spéculer avec les preuves grandioses énumérées ci-dessus que le virus pourrait avoir été un accident biologique. D’autres détectives du New England Journal of Medicine et des National Institutes of Health continuent d’enquêter sur l’ADN.

Y a-t-il vraiment plus de 100 000 personnes infectées aujourd’hui rien qu’en Chine ? L’origine du virus était-elle une arme biologique ou un accident qui s’est échappé du laboratoire ? La vérité est que nous ne le savons pas ; ce que nous savons, c’est que les gens devraient être autorisés à partager librement des informations et être préparés à ne pas être effrayés par l’intimidation et à être arrêtés, comme ce fut le cas en Chine, en Malaisie et en Thaïlande. De plus, les journalistes – en particulier ceux d’entre nous qui travaillent dans les médias alternatifs – devraient rapporter les preuves qui sont présentées, et s’il s’agit de spéculation, les appeler comme telles ; ne pas effrayer le public, utiliser votre plateforme pour informer et non pour susciter la peur.

Il n’y a rien de mal à remettre en question le récit, surtout s’il vient de Chine. Il y a un problème à garder le silence et à boire le kool-aid du Parti communiste chinois sur les chiffres officiels, alors que les preuves pointent ailleurs. Cela dit, les chiffres présentés ci-dessus auraient pu être modifiés numériquement à l’aide d’éléments d’inspection, comme l’a rapporté le Daily Mail. Mais si plusieurs personnes le signalaient, et elles l’ont fait, cela devient moins probable.

Si les chiffres de la prétendue fuite de Tencent s’avèrent exacts, cela porterait le taux de mortalité par coronavirus à près de 16%. En comparaison, le taux de mortalité du SRAS était de 9,6 %.

Le fait que quelqu’un soit arrêté pour avoir diffusé des informations non sanctionnées par les gouvernements, alors que tout le monde est sur les nerfs et se demande ce qui se passe, est en soi de la folie – bienvenue au ministère de la vérité. Surtout si la Chine ment sur le nombre officiel de cas et de décès … et c’est une forte probabilité si l’on considère qu’elle a déjà menti sur le SRAS, qui était un accident biologique 3 fois sur 4 selon l’Organisation mondiale de la santé.

Les symptômes du coronavirus comprennent une fièvre, une toux, un essoufflement et des difficultés respiratoires. Cependant, selon les médias d’État chinois, certains ne présentent aucun de ces symptômes et souffrent plutôt de nausées, de diarrhées, de fatigue, de mauvaise concentration, de maux de tête, de battements de cœur irréguliers, de douleurs thoraciques, d’inflammation de la cornée et de douleurs musculaires dans les membres, le dos et la taille. Selon le CDC, les meilleures mesures préventives consistent à se laver les mains et à éviter les lieux publics où une personne peut être malade.

Article traduit par Dr.Mo7oG pour No Signal Found // Tous droits réservés

Source : ACTIVISTPOST

Please follow and like us:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

RSS