Soros voit de grandes opportunités après la pandémie de coronavirus -

Soros voit de grandes opportunités après la pandémie de coronavirus

Le milliardaire George Soros salue la pandémie de Covid-19 comme la « crise de sa vie ».

En fait, l’investisseur bave pratiquement sur la possibilité de refaire la société après la pandémie en disant qu’il n’y a pas moyen de revenir à l’économie mondialisée qui l’a précédée. Selon M. Soros, c’est la seule chose qui est certaine, tout le reste est à saisir.

Il s’inquiète également de la montée en puissance de la Chine, du sort des États-Unis et de la survie de l’Union européenne.

Soros a déclaré à Project Syndicate lundi : « Même avant que la pandémie ne frappe, j’ai réalisé que nous étions dans un moment révolutionnaire où ce qui serait impossible ou même inconcevable en temps normal était devenu non seulement possible, mais probablement absolument nécessaire, …….Et puis vint Covid-19. »

Rapports de la RT : Reconnaissant que « l’événement sans précédent qui ne s’est probablement jamais produit dans cette combinaison… met réellement en danger la survie de notre civilisation », le philanthrope a averti « nous ne reviendrons pas là où nous étions lorsque la pandémie a commencé ».

Tout le reste est à prendre. Je pense que personne ne sait comment le capitalisme va évoluer.

Bien qu’il n’ait pas précisé ce qui définissait exactement le « moment révolutionnaire » pré-coronavirus auquel il faisait référence, Soros a, ces derniers mois, consacré un milliard de dollars de sa prodigieuse fortune à la mise en place d’un réseau universitaire de lutte contre le « nationalisme » et le changement climatique, qualifiant cette initiative de « projet le plus important de ma vie ».

Et il est revenu sur ce sujet dans l’interview de lundi, laissant entendre que la vie politique du président chinois Xi Jinping et du président américain Donald Trump – qu’il a qualifiés respectivement de « dictateur » et d’aspirant dictateur – touchait à sa fin. La crise allait rapprocher les nations « à long terme », a-t-il prédit, même si à court terme elles se « blessaient » par peur.

La bataille de la Chine contre le coronavirus avait laissé Xi « peut-être vulnérable », spéculait Soros, se déclarant « du côté de ceux qui croient en une société ouverte ». Et il y a beaucoup de gens en Chine qui sont aussi très favorables à une société ouverte ». Les Fondations pour une société ouverte de Soros ont joué un rôle de premier plan dans la promotion des « révolutions de couleur » dans les sociétés qui ne sont pas déterminées par Soros, ajoutant une couche potentielle de menace à ce qui semblait bénin à première vue.

Mais bien qu’il soit essentiellement d’accord avec Trump sur le fait que « nous devons protéger notre société démocratique ouverte » en ne travaillant pas trop étroitement avec la Chine, Soros a maintenu sa répulsion pour le leader américain. « Je dirai aussi que j’ai fait confiance à Trump pour se détruire lui-même, et qu’il a dépassé mes attentes les plus folles », a-t-il déclaré.

Les groupes financés par Soros ont travaillé pour écarter Trump du pouvoir pratiquement depuis qu’il a pris ses fonctions. Plus récemment, ils ont concentré leurs efforts sur une campagne de vote par correspondance qui, selon les républicains, ouvrirait la porte à des niveaux de fraude électorale sans précédent. Soros lui-même avait accusé le PDG de Facebook, Mark Zuckerberg, d’être de connivence avec la campagne de Trump pour aider ce dernier à se faire réélire, allant jusqu’à exiger qu’il soit destitué de la plateforme de médias sociaux s’il ne mettait pas fin à toute publicité politique.

En fait, Soros voit des dictateurs partout, en particulier menacer l’UE. Dans sa Hongrie natale, il a déclaré : « Viktor Orban a déjà utilisé l’urgence de Covid-19 et un parlement capturé pour se nommer lui-même dictateur ». Il semble également peiné par l’idée d’une contestation judiciaire de l’Allemagne à Bruxelles sur l’assouplissement quantitatif, exprimant sa crainte que d’autres pays ne « suivent son exemple » et commencent à placer leurs propres lois au-dessus de celles de l’UE si l’alliance ne s’attaque pas immédiatement à des arrivistes comme la Hongrie et la Pologne lorsqu’ils « violent le droit européen ».

« Si le verdict du tribunal allemand empêche l’UE de résister à ces développements, ce sera la fin de l’UE telle que nous la connaissons », a-t-il averti. Le départ de l’Italie de l’UE tuerait également l’alliance, a-t-il ajouté.

Traduit par Dr.Mo7oG pour No Signal FOund

Source : NEWSPUNCH

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *