Sibeth Ndiaye pense que la pénibilité du métier de chauffeur de bus, ce n'est pas forcément aussi pénible que ce que l'on peut avoir -

Sibeth Ndiaye pense que la pénibilité du métier de chauffeur de bus, ce n’est pas forcément aussi pénible que ce que l’on peut avoir

Pas question de battre en retraite. Du côté des Français opposés à la réforme à venir comme du côté du gouvernement, on compte bien rester mobilisé pour défendre ses positions. La journée d’action de jeudi a réuni 806 000 manifestants selon le ministère de l’Intérieur et 1,5 million d’après la CGT

Deux membres du gouvernement, invités de « Vous avez la parole » sur France 2 jeudi soir, ont reconnu la mobilisation des Français sans être surpris. »La mobilisation a été forte et il faut l’entendre », a affirmé Gérald Darmanin, le ministre de l’Action et des Comptes Publics. Quand on touche au patrimoine des Français et la retraite c’est le patrimoine des Français (…), il y a toujours des mobilisations ». De son côté, la porte-parole du gouvernement Sibeth Ndiaye a reconnu : « De toute évidence, nous n’avons pas réussi depuis quelque temps que nous discutons de cette réforme, à rassurer et à convaincre les Français ». Et d’ajouter : « Le mot retraite génère de l’angoisse chez nos compatriotes. C’est bien normal et cette angoisse-là se traduit par des manifestations importantes ».

« Une grande réforme sociale »

Pour autant, au lendemain de cette première mobilisation, Gérald Darmanin affiche sa fermeté. « Le gouvernement est ouvert mais il fera cette réforme notamment parce que c’est une grande réforme sociale ».

Les syndicats à l’origine de la journée de grève de jeudi doivent se réunir ce vendredi pour décider de la suite du mouvement, a annoncé la CGT dans un communiqué. La date du mardi 10 décembre pourrait être choisie.

C’est justement la semaine prochaine que le Premier ministre dévoilera « l’architecture de la réforme ». De nombreuses questions restent en effet à arbitrer sur cette réforme des retraites : âge de départ, nombre d’années de cotisations, âge pivot, critères de pénibilité ou encore date de mise en œuvre de la réforme.

« Mettez-vous à la place de ceux qui travaillent ! »

La pénibilité au travail a justement donné lieu à une virulente passe d’arme entre la porte-parole du gouvernement Sibeth Ndiaye et le leader de la CGT Philippe Martinez. « La pénibilité que l’on peut avoir dans certains types de métier, comme chauffeur de bus à la RATP ou chauffeur de bus n’importe où ailleurs, ce n’est pas forcément aussi pénible que ce que l’on peut avoir… » a expliqué Sibeth Ndiaye avant d’être coupée par Philippe Martinez. « Mais passez un mois à conduire un bus, vous verrez ! Allez dire qu’un chauffeur de bus, c’est la vie de château, mettez-vous à la place de ceux qui travaillent un peu ». Réponse de la porte-parole du gouvernement : « Je ne dis pas que chauffeur de bus, c’est la vie de château mais je pense aussi que l’on peut avoir de la fierté au travail ». Une phrase qui a vivement irrité Philippe Martinez : « Ça n’a rien à voir, la fierté et la pénibilité, c’est deux choses différentes ! »

Ce vendredi, de nombreux services publics vont continuer à tourner au ralenti. Si les écoles ont rouvert et qu’à Toulouse les transports en commun circulent normalement, la SNCF a annulé 90 % des TGV et 70 % des TER au niveau national. À Paris dix lignes de bus sont fermées et les RER vont circuler au compte-gouttes. De nombreux vols ont aussi été annulés. La Direction générale de l’aviation civile a réduit le programme des vols de 20 %. Air France, Easy Jet et Ryanair sont touchées.

Source : LADEPECHE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

RSS