Sibeth Ndiaye confirme ne pas vouloir la peine de mort pour les djihadistes français en Irak -

Sibeth Ndiaye confirme ne pas vouloir la peine de mort pour les djihadistes français en Irak

Le porte-parole du gouvernement, Sibeth Ndiaye, a réaffirmé ce dimanche que la France, opposée à la peine capitale, intervenait « au plus haut niveau », après la condamnation à mort dimanche en Irak d’un 9e Français pour appartenance au groupe djihadiste Etat islamique (EI).

« La position de la France a toujours été constante. (…) Dès lors que nos concitoyens à travers le monde sont, après une condamnation, potentiellement soumis à la peine de mort, nous intervenons au plus haut niveau de l’Etat », a déclaré le porte-parole lors du Grand rendez-vous Europe 1-Les Echos-Cnews.

Ils « ont le droit comme les autres à la protection consulaire »

« Le ministre des Affaires étrangères a eu l’occasion de le dire : la justice irakienne se fait dans de bonnes conditions, avec une défense qui est présente », a-t-elle poursuivi, alors que les avocats des familles dénoncent une justice expéditive en Irak et réclament leur jugement en France.

« Les Français qui ont quitté leur pays pour prendre les armes contre leur pays à travers des actions terroristes – il faut toujours rappeler de quoi on parle – ont le droit comme les autres à la protection consulaire. Ils sont accompagnés sur place par notre ambassade, y compris pour avoir une bonne connaissance du droit irakien et de leur propre droit », a ajouté Sibeth Ndiaye.

Un tribunal antiterroriste de Bagdad a condamné à mort dimanche Vianney Ouraghi, 28 ans, 9e Français à recevoir cette peine pour appartenance au groupe Etat islamique (EI) en Irak depuis le 26 mai. Paris souhaite que les djihadistes français soient jugés sur le lieu de leur crime et s’oppose à leur retour en France.

Source : 20MINUTES

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

RSS