Schiappa : "J'ai très souvent été traitée de sale juive, parce que les gens, avec ma tête, pensent que je suis juive" -

Schiappa : « J’ai très souvent été traitée de sale juive, parce que les gens, avec ma tête, pensent que je suis juive »

Ce jeudi, sur le plateau de Balance ton post sur C8, face à Cyril Hanouna, Marlène Schiappa a révélé avoir déjà été victime de racisme et d’antisémitisme sur les réseaux sociaux et dans la rue.

La toile, ton univers impitoyable. Marlène Schiappa en sait quelque chose. La secrétaire d’Etat chargée de la lutte contre les discriminations sait combien les internautes peuvent être insultants les uns envers les autres puisqu’elle en a elle-même déjà été victime. Sur le plateau de Balance ton post sur C8 jeudi 6 février, face à Cyril Hanouna, elle rappelle jusqu’où a pu aller la bêtise des gens à son égard.

« Quand j’ai été élue au gouvernement, beaucoup de gens ont tapé ‘Marlène Schiappa origines’. Ils se sont dit ‘qu’est-ce que c’est que cette fille, elle a des cheveux un peu frisés, elle a une tête comme ça’… Certains ont dit que j’avais la peau mate. J’ai un nom en ‘Sch-‘, alors il y a aussi des gens qui tapent ‘Marlène Schiappa juive’, je ne sais pas ce que ça peut leur rapporter de savoir si je suis juive ou pas. Moi j’ai très souvent été traitée de sale juive, parce que les gens, avec ma tête, pensent que je suis juive« , explique Marlène Schiappa.

Et ce n’est malheureusement pas la seule insulte discriminante dont la femme politique a été victime dans sa vie. « J’ai aussi été traitée de ‘sale arabe’ quand j’étais plus jeune, j’avais les cheveux plus frisés, plus foncés, il m’est souvent arrivé que l’on me traite dans la rue de ‘sale arabe’, » continue-t-elle.

Les femmes, premières victimes du racisme

« J’ai une famille assez métisse avec beaucoup d’origines différentes, donc ça peut aussi générer un certain nombre de commentaires, notamment des voisins à une époque, on disait ‘Les gens qui défilent chez vous, ils sont un peu… voilà, ils ont des casquettes…’ Et c’est un peu une manière de dire ‘Vous avez des amis noirs, métis, de la famille maghrébine’, ça provoquait quelque chose chez ces gens« , relève Marlène Schiappa.

La militante féministe regrette que les premières victimes de discriminations liées aux origines, ce sont les femmes. « Ce que j’observe, c’est que quand on est une femme, on est encore plus victime du racisme. Il y a une étude parue aux Etats-Unis qui montre queles personnes qui se font le plus insulter et menacer sur les réseaux sociaux, ce sont les femmes noires. Quand on est une femme noire, chaque minute, chaque seconde, sur Twitter, on reçoit une insulte. Parce qu’on est une femme, parce qu’on est noire, ce sont des discriminations croisées« , détaille Marlène Schiappa.

Source : CLOSER

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

RSS