Scandale aux USA : Des soupçons d’abus sexuels contre des milliers d’enfants migrants

Washington (CNN)Le ministère de la Santé et des Services sociaux a reçu plus de 4 500 plaintes d’abus sexuels contre des mineurs non accompagnés de 2014 à 2018, selon des documents internes publiés mardi par le Florida Democratic Rep. Ted Deutch.
De plus,1 303 plaintes ont été signalées au ministère de la Justice au cours de la même période, selon les documents.

Résultat de recherche d'images pour "US MIGRANTS ABUSED"
M. Deutch s’est adressé aux documents lors d’une audition très médiatisée mardi à la Chambre sur la politique de « tolérance zéro » de l’administration Trump, qui a abouti à la séparation de milliers d’enfants immigrés de leurs parents.

Il a déclaré que les documents  » démontrent qu’au cours des trois dernières années, il y a eu 154 employés sur des mineurs non accompagnés, permettez-moi de le répéter, sur des allégations d’agression sexuelle concernant des mineurs non accompagnés « .
« Cela correspond en moyenne à une agression sexuelle par le personnel du HHS sur mineur non accompagné par semaine « , a-t-il ajouté.
Axios a d’abord rapporté les documents.
« Je suis profondément préoccupé par les documents qui ont été remis par le ministère de la santé et des services sociaux qui enregistrent un nombre élevé d’agressions sexuelles sur des enfants non accompagnés confiés à la garde du Bureau des réfugiés et de la réinstallation, a déclaré M. Deutch. « Ensemble, ces documents décrivent un environnement d’agressions sexuelles systémiques commises par le personnel sur des enfants non accompagnés. »
Jonathan Hayes, directeur par intérim du Bureau de la réinstallation des réfugiés, a accusé Deutch de mentir dans une déclaration jeudi soir.
« Le membre du Congrès Deutch a mal interprété les données sur les allégations d’abus sexuel, de harcèlement sexuel ou de comportement sexuel inapproprié formulées par des mineurs dans des établissements de soins gérés par des bénéficiaires du HHS. Il est même allé jusqu’à affirmer sans fondement que des membres du personnel fédéral du Bureau de la réinstallation des réfugiés (ORR) du Département de la santé étaient la cible d’allégations d’abus sexuels. C’était totalement faux « , a dit M. Hayes.
« Le fait qu’il ait mal interprété les données et qu’il ait contesté le personnel fédéral de l’ORR était une insulte immorale et indécente à tous les fonctionnaires de carrière qui se consacrent à assurer la santé, la sécurité et le bien-être des enfants du programme des enfants étrangers non accompagnés (UAC) « , a ajouté Hayes. « Nous lui demandons de s’excuser auprès de ces fonctionnaires de carrière pour ses commentaires fâcheux et infondés. »
Hayes a déclaré que la grande majorité des incidents se sont produits entre des mineurs non accompagnés. Il a dit qu’il y a eu 178 incidents d’abus sexuels présumés concernant des cas d’inconduite de la part d’employés d’établissements sur des mineurs au cours des quatre dernières années, mais que ces employés n’étaient pas des employés fédéraux.
« Aucune des allégations ne concernait le personnel fédéral de l’ORR, a dit M. Hayes. « Ces allégations ont toutes fait l’objet d’une enquête approfondie et des mesures correctives ont été prises le cas échéant. »
La porte-parole du HHS, Caitlin Oakley, s’est adressée aux rapports dans une déclaration, affirmant que la sécurité des mineurs est une  » préoccupation majeure « , et a noté qu’il existe des  » normes rigoureuses  » en place pour les employés, qui comprennent des vérifications obligatoires des antécédents.
« Il s’agit d’enfants vulnérables dans des circonstances difficiles, et ORR comprend parfaitement sa responsabilité de veiller à ce que chaque enfant soit traité avec le plus grand soin. Lorsque des allégations d’abus, d’abus sexuel ou de négligence sont faites, elles sont prises au sérieux et ORR agit rapidement pour enquêter et réagir « , a déclaré M. Oakley.
Lors de l’audience de mardi, Jonathan White, commandant du US Public Health Service Commissioned Corps du HHS, a défendu son agence contre les accusations d’abus sexuel lorsque Tom McClintock, un républicain calomniateur de Californie, lui a demandé de répondre aux allégations selon lesquelles ils étaient tous « sauf des agresseurs d’enfants en série » pendant une « calomnie en voiture il y a quelques minutes ».
« Nous partageons l’inquiétude que je pense que tout le monde dans cette pièce ressent. Chaque fois qu’un enfant est maltraité sous la garde d’ORR, c’est un enfant de trop « , a dit Mme White.
Il a ajouté que  » la grande majorité des allégations s’avèrent infondées lorsqu’elles font l’objet d’une enquête de la part des forces de l’ordre de l’État et des autorités fédérales chargées de l’application des lois, ainsi que des autorités des États auxquelles nous les renvoyons « .

« Il est important de noter que je n’ai connaissance d’aucun cas d’allégation contre le personnel fédéral du RRO pour avoir maltraité un enfant, a dit M. White.
Certains des incidents signalés au Département de la justice comprenaient des allégations contre des fonctionnaires accusés d’avoir eu des relations avec des mineurs, d’avoir des attouchements sexuels non désirés et de montrer des vidéos pornographiques de mineurs, selon Axios. Axios a également rapporté que des milliers de plaintes, 178 accusations ont été portées contre le personnel adulte.

Geneva Sands de CNN a contribué à ce rapport.

Traduit par Dr.Mo7oG

Source : CNN

Please follow and like us:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

RSS