Salut hitlérien à l’aéroport de Charleroi: la police évoque des images sorties de leur contexte, «il s’agit d’une très jeune collègue…» -

Salut hitlérien à l’aéroport de Charleroi: la police évoque des images sorties de leur contexte, «il s’agit d’une très jeune collègue…»

Henrieta Chovancová se bat depuis deux ans. Selon elle, son mari a été tué « dans des circonstances similaires à celles de Georges Floyd » par la police fédérale à l’aéroport de Charleroi. L’affaire a rebondi, ce mercredi, avec la diffusion d’images choquantes : des policiers qui rigolent et qui s’assoient sur le torse de l’homme enfermé en cellule, et une agente qui effectue un salut hitlérien. Depuis lors, aucune sanction n’avait été prise contre la policière, mais les choses bougent…

Salut hitlérien à l’aéroport de Charleroi: la police évoque des images sorties de leur contexte, «il s’agit d’une très jeune collègue…»

Cela peut paraître incroyable, mais depuis deux ans, en interne, rien ou presque n’avait évolué. Tout simplement parce que la haute hiérarchie de la police fédérale n’était pas au courant, selon elle. Une investigation va d’ailleurs avoir lieu pour comprendre comment cela est possible.

En attendant, ce mercredi, les choses ont très vite bougé. « Nous avons pris connaissance de ces images dans la presse », confie la porte-parole de la police fédérale. « Bien entendu, une enquête disciplinaire aura lieu en interne pour déterminer ce qui s’est passé. Dès ce jeudi, cette collègue ne sera plus en service. »

Un soulagement sans doute pour Henrieta Chovancovà. Pour rappel, le 24 février 2018, ne trouvant plus son billet d’embarquement, son époux Jozef était monté dans l’avion de force. Par crainte d’autres problèmes, l’équipage l’avait fait sortir de l’appareil et appelé la police. Il avait été placé en cellule où il avait, selon le parquet à l’époque, fait un arrêt cardiaque. Hospitalisé, il a sombré dans le coma à l’hôpital Marie Curie, où il a perdu la vie le lendemain.

Que s’est-il passé ? Selon nos collègues du Het Laatste Nieuws, les images de vidéosurveillance montrent que l’homme a eu un comportement étrange durant plusieurs heures, en cellule. L’avocate d’Henrieta, Ann Van De Steen indique : « Un docteur a été envoyé pour vérifier son état mais il est arrivé 3 heures plus tard et n’est pas rentré dans la cellule pour l’examiner ».

Ensuite, les événements ont pris une autre ampleur. Plusieurs agents ont dû entrer dans la cellule pour maîtriser Jozef qui se frappait la tête contre le mur. Sur les images, on voit que la victime a été maîtrisée « dans des circonstances similaires à celles de la mort de Georges Floyd. » Un des inspecteurs est resté 16 minutes en appuyant sur sa cage thoracique. Un policier a mis une couverture sur son visage pour le calmer, sans oublier le salut hitlérien d’une agente.

Source : SUDINFO

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

RSS