Rocade de Strasbourg: des opposants en grève de la faim se déshabillent -

Rocade de Strasbourg: des opposants en grève de la faim se déshabillent

Edition numérique des abonnés

AFP

«Au début, on perd les graisses, puis on perd les muscles», explique Michel Dupont, un de ces opposants à la construction du grand contournement ouest (GCO), qui a perdu 6,5 kilos. «On est extrêmement fatigués, amaigris, ça se voit sur notre corps. On ne sort presque plus, et encore, moi je suis celui qui a le moins perdu».

M. Dupont et les quatre femmes qui jeûnent avec lui depuis le 22 octobre se sont dévêtus aux abords de la préfecture; Sur leur ventre était inscrit au feutre le nombre de kilos que chacun a perdu, de -6,5 kg à -11 kg. Le sixième gréviste de la faim, lui, a été victime d’un malaise juste avant et a dû être évacué par les pompiers.

«On a fait cette opération parce que des gens à la préfecture affirment qu’on ne fait pas vraiment la grève de la faim, qu’on la fait par roulement, ou de manière perlée… Il y a un moment où il faut arrêter. On ira le plus loin possible sans qu’il y ait de catastrophe», reprend Michel Dupont.

Edition numérique des abonnés

Les grévistes de la faim, qui ont été rejoints dans leur jeûne par d’autres militants au fil des jours, sont réunis dans une église protestante, en banlieue de Strasbourg. Plusieurs médecins les suivent presque quotidiennement.

«On entame la quatrième semaine, qui va être critique parce que là on commence à toucher les organes, mais la colère nous tient», indique Christine Ludes, qui a perdu 11 kilos, soit près de 15% de son poids normal.

«Attristé» par la situation, le préfet du Bas-Rhin Jean-Luc Marx a assuré à l’AFP avoir proposé lundi matin aux grévistes de «s’asseoir autour de la table» pour échanger. «Je n’ai pas eu de réponse favorable de la part d’Alsace Nature», association écologiste, fer de lance de l’opposition au GCO, a-t-il affirmé.

«Nous restons vigilants et sommes en contact avec un médecin qui les suit. Si, à un moment, des informations nous laissent à penser que la situation devient trop dangereuse, nous enverrons le Samu», a-t-il dit.

Selon ses promoteurs, le projet GCO doit délester l’autoroute A35, régulièrement engorgée, en absorbant le trafic du nord au sud de l’Alsace. La mise en service de cette rocade de 24 km, essentiellement payante, est prévue en 2021.

Ses opposants estiment qu’elle entraînera un afflux de camions dans la région, une dégradation de la qualité de l’air, la disparition de nombreuses terres agricoles et la mise en danger d’espèces protégées.

Source : SUDINFO.BE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

RSS