Recours au 49-3 : « J’ai laissé une chance au débat », estime Édouard Philippe

Il réfute tout « passage en force », et déplore la stratégie d’obstruction de l’opposition.


La menace planait sur les débats sur la réforme des retraites : Édouard Philippe a fini par recourir, samedi 29 février, à l’article 49-3 de la Constitution pour faire adopter le projet, engageant par la même occasion la responsabilité du gouvernement. Il a assumé sa décision dans le Journal du dimanche (JDD), et a assuré que l’épidémie de coronavirus n’avait pas eu d’influence.


« J’ai laissé une chance au débat, a estimé le Premier ministre.Que l’opposition s’oppose, c’est normal.

Mais j’ai été effaré de la stratégie d’obstruction des députés de LFI et du PCF. Quand 5% des députés confisquent 50% du temps de parole pour discuter sur des points de vocabulaire et non pas du fond de la réforme, ce n’est plus un débat. »

S‘il reconnaît que l’annonce avait été préparée depuis plusieurs jours, il conteste tout « passage en force ». « Le texte sur lequel j’engage ma responsabilité n’est pas le projet de loi initial, a-t-il expliqué. C’est un nouveau texte, enrichi de tous les acquis de la négociation avec les partenaires sociaux et d’un grand nombre d’amendements venus de la majorité parlementaire. »

Interrogé sur la concomitance de l’annonce avec la propagation du coronavirus en France, il a assuré que « ça n’a rien a voir. On aurait pris la même décision sans le coronavirus ».

Source : ORANGE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

RSS