Poutine avertit Trump : Nous construirons des missiles nucléaires précédemment interdits si vous le faites

Quelques jours après l’abandon par les États-Unis d’un traité sur les armes de la guerre froide avec la Russie, le président Vladimir Poutine a déclaré lundi que son pays s’engagerait à développer de nouveaux missiles nucléaires à portée intermédiaire si les États-Unis le faisaient en premier.

« Si la Russie obtient des informations fiables selon lesquelles les États-Unis ont terminé la mise au point de ces systèmes et ont commencé à les produire « , a dit M. Poutine,  » la Russie n’aura d’autre choix que de s’engager dans un effort à grande échelle pour développer des missiles similaires « .

Le dirigeant russe a fait sauter la sortie vendredi de Washington du Traité sur les forces nucléaires à portée intermédiaire, qui a été signé en 1987 par l’ancien président Ronald Reagan et l’ancien dirigeant soviétique Mikhaïl Gorbatchev. M. Poutine a déclaré que cette mesure  » a gravement aggravé la situation dans le monde et a fait peser des risques fondamentaux sur tout le monde « .

Le Traité FNI, comme l’a rapporté Reuters,  » interdit les missiles terrestres d’une portée comprise entre 310 et 3 400 milles (500-5 500 km), ce qui réduit la capacité des deux pays à lancer une frappe nucléaire à court préavis « . Les États-Unis accusent la Russie de violer l’accord, alors que la Russie a déclaré que les violations sont du ressort de Washington.

Dans ce nouveau contexte, Poutine a déclaré que pour  » éviter le chaos « , les deux nations devraient  » entamer un dialogue sérieux et sans ambiguïté « .

Un haut responsable russe s’est fait l’écho de cet appel.

Putin Warns Trump Nuclear Missiles

« Nous sommes toujours ouverts à un dialogue égal et constructif avec les États-Unis sur les questions liées au Traité FNI et à d’autres questions de stabilité stratégique, fondé sur le respect mutuel et la prise en compte mutuelle des intérêts « , a déclaré le vice-ministre russe des Affaires étrangères, Sergei Ryabkov.

Le chef du Pentagone, Mark Esper, a signalé vendredi que les États-Unis n’ont peut-être pas fait de cette voie une priorité.

Selon U.S. News,
Dans un communiqué publié vendredi, M. Esper a déclaré que le Pentagone avait commencé en 2017 la recherche et le développement de missiles dans le cadre des paramètres du traité FNI en réponse à ce qu’il a qualifié de  » non-respect par la Russie « . Les activités étaient centrées sur la mise au point de systèmes mobiles au sol capables de lancer des missiles de croisière et des missiles balistiques.

Les militaires vont intensifier ce travail maintenant qu’il n’est plus limité par le traité, a dit M. Esper…[…]. Bien que M. Esper ait spécifiquement mentionné que la technologie en cours de développement est destinée aux missiles conventionnels, les analystes des armes nucléaires affirment que les lanceurs pourraient être utilisés à d’autres fins. « Il pourrait placer des ogives nucléaires sur des missiles à portée intermédiaire, s’il le voulait « , déclare Alexandra Bell, directrice politique principale au Center for Arms Control and Non-Proliferation.

Kate Hudson, secrétaire générale de la Campaing for Nuclear Disarmament basée au Royaume-Uni, a déclaré que les récents développements étaient une source d’inquiétude.

« Si nous avions besoin d’un signe plus clair qu’il s’agit maintenant d’une course aux armements nucléaires, Washington va tester de nouveaux missiles nucléaires qui dépassent les limites du Traité FNI et Moscou a des plans similaires « , a-t-elle dit vendredi. « C’est un jeu de l’armement nucléaire où il ne peut y avoir de gagnants alors que la menace d’une guerre nucléaire augmente. »

Dans un tweet de lundi commentant la fin du Traité FNI, le Centre pour la maîtrise des armements et la non-prolifération a averti qu’une « boîte de Pandore des possibilités dangereuses » était désormais ouverte.

Article traduit par Dr.Mo7oG pour No Signal Found // Tous droits réservés

Source : THEMINDUNLEASHED

Please follow and like us:
error

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

RSS
Facebook
Facebook