Pédophilie : Aux États-Unis, les adultes achètent des enfants à des fins sexuelles au moins 2,5 millions de fois par an.

« Les enfants sont ciblés et vendus pour le sexe en Amérique tous les jours » – John Ryan, Centre national pour les enfants disparus et exploités

Il ne peut y avoir qu’un seul gagnant à l’issue de la confrontation du Super Bowl LIV de cette année entre les 49ers de San Francisco et les Chiefs de Kansas City, mais les plus grands perdants seront les centaines de jeunes filles et garçons – certains n’ayant pas plus de 9 ans – qui seront achetés et vendus pour du sexe au cours du grand match.

Il est courant de qualifier de trafic sexuel d’enfants cette pratique malveillante, qui est devenue l’activité à la croissance la plus rapide du crime organisé et la deuxième marchandise la plus lucrative commercialisée illégalement après la drogue et les armes à feu, mais ce dont nous parlons en réalité, c’est de viol.

Aux États-Unis, les adultes achètent des enfants à des fins sexuelles au moins 2,5 millions de fois par an.

Ce ne sont pas seulement les jeunes filles qui sont vulnérables à ces prédateurs.

Selon un rapport d’enquête de USA Today, « les garçons représentent environ 36% des enfants pris dans l’industrie du sexe aux États-Unis (environ 60% sont des filles et moins de 5% sont des transsexuels) ».

Considérez ceci : toutes les deux minutes, un enfant est exploité dans l’industrie du sexe.

Rien qu’en Géorgie, on estime que 7 200 hommes (dont la moitié ont la trentaine) cherchent à acheter des services sexuels avec des adolescentes chaque mois, soit environ 300 par jour en moyenne.

En moyenne, un enfant peut être violé par 6 000 hommes sur une période de cinq ans.

On estime qu’au moins 100 000 enfants – filles et garçons – sont achetés et vendus à des fins sexuelles aux États-Unis chaque année, et que jusqu’à 300 000 enfants risquent d’être victimes de la traite chaque année. Certains de ces enfants sont enlevés de force, d’autres sont des fugueurs, et d’autres encore sont vendus dans le système par des parents et des connaissances.

Le viol d’enfants est devenu une activité commerciale importante en Amérique.

Il s’agit d’une industrie qui tourne autour du sexe bon marché à la volée, avec des jeunes filles et des femmes qui sont vendues à 50 hommes chaque jour pour 25 dollars pièce, tandis que leurs maîtres gagnent 150 000 à 200 000 dollars par enfant chaque année.

Ce problème ne se pose pas uniquement dans les grandes villes.

Il est présent partout, sous notre nez, dans les banlieues, les villes et les cités de tout le pays.

Comme le souligne Ernie Allen du Centre national pour les enfants disparus et exploités, « la seule façon de ne pas trouver cela dans une ville américaine est simplement de ne pas le chercher ».

Ne vous trompez pas en croyant qu’il s’agit simplement d’une préoccupation pour les communautés à faibles revenus ou les immigrants.

On estime qu’il y a 100 000 à 150 000 enfants mineurs qui travaillent dans l’industrie du sexe aux États-Unis. Elles sont attirées par un trafic forcé. Dans la plupart des cas, elles n’ont pas le choix. Chaque transaction est un viol.

Afin d’éviter d’être détectés (dans certains cas avec l’aide et la complicité de la police) et de répondre à la demande des acheteurs masculins pour des rapports sexuels avec différentes femmes, les proxénètes et les gangs et syndicats du crime pour lesquels ils travaillent ont fait du trafic sexuel une entreprise très mobile, les filles, garçons et femmes victimes de la traite étant constamment déplacés de ville en ville, d’État en État et de pays en pays.

Par exemple, la région de Baltimore-Washington, appelée The Circuit, avec son couloir I-95 parsemé d’arrêts de repos, de gares routières et d’arrêts de camions, est une plaque tournante du commerce du sexe.

Il ne fait aucun doute qu’il s’agit d’un trafic sexuel très rentable, très organisé et très sophistiqué, qui opère dans des villes de toutes tailles et qui rapporte plus de 9,5 milliards de dollars par an rien qu’aux États-Unis en enlevant et en vendant des jeunes filles pour le sexe.

Chaque année, les jeunes filles achetées et vendues sont de plus en plus jeunes.

L’âge moyen des victimes de la traite est de 13 ans. Pourtant, comme l’a souligné le chef d’un groupe qui lutte contre la traite, « réfléchissons à ce que signifie « moyenne ». Cela signifie qu’il y a des enfants de moins de 13 ans. Cela veut dire qu’il y a des enfants de 8, 9, 10 ans ».

« Pour 10 femmes sauvées, il y a 50 à 100 femmes de plus qui sont amenées par les trafiquants. Malheureusement, elles n’ont plus 18 ou 20 ans », a noté une victime de la traite âgée de 25 ans. « Ce sont des mineures de 13 ans qui sont victimes de la traite. Ce sont des petites filles ».

C’est le sale petit secret de l’Amérique.

Mais qui ou quoi alimente ce mauvais appétit pour la chair jeune ? Qui achète un enfant pour le sexe ?

Sinon des hommes ordinaires de tous horizons. « Ils pourraient être votre collègue de travail, votre médecin, votre pasteur ou votre conjoint », écrit le journaliste Tim Swarens, qui a passé plus d’un an à enquêter sur le commerce du sexe en Amérique.

Les églises catholique et protestante ont été particulièrement pointées du doigt ces dernières années pour héberger ces prédateurs sexuels. Vingt ans après le scandale des abus sexuels du clergé qui a secoué l’Église catholique, des centaines de prédateurs sexuels – prêtres, diacres, moines et laïcs – continuent de se voir confier des tâches à proximité d’enfants. Dans de nombreux cas, les abus se poursuivent sans relâche.

Bien que beaucoup moins médiatisés, les crimes sexuels au sein de l’Église protestante n’ont pas été moins flagrants. Par exemple, une récente dénonciation des dirigeants de l’Église baptiste du Sud par le Houston Chronicle fait état de plus de 700 enfants victimes d’abus sexuels « qui ont été agressés, ont envoyé des photos ou des textes explicites, ont été exposés à la pornographie, ont été photographiés nus ou ont été violés à plusieurs reprises par de jeunes pasteurs ». Certaines victimes, dont certaines n’avaient que 3 ans, ont été agressées ou violées dans les études des pasteurs et les salles de classe de l’école du dimanche ».

Et puis il y a les événements sportifs nationaux comme le Super Bowl, où des trafiquants de sexe ont été pris en train de vendre des mineurs, dont certains n’avaient que 9 ans. Pourtant, même si le Super Bowl n’est pas exactement une « aubaine » pour les trafiquants sexuels comme certains le prétendent, il reste une source de revenus lucratifs pour l’industrie du trafic sexuel d’enfants et une attraction pour ceux qui sont prêts à payer pour violer de jeunes enfants.

Selon l’enquêteur criminel Marc Chadderdon, ces « acheteurs » – les hommes dits « ordinaires » qui alimentent la demande de sexe avec des enfants – représentent un échantillon représentatif de la société américaine : tous les âges, toutes les races, tous les milieux socio-économiques, les flics, les enseignants, les agents pénitentiaires, les pasteurs, etc.

Et puis il y a les hommes extraordinaires, comme Jeffrey Epstein, le milliardaire de fonds spéculatifs / pédophile en série condamné qui a été arrêté pour avoir agressé, violé et fait le trafic sexuel de dizaines de jeunes filles, pour ensuite mourir dans des circonstances très inhabituelles.

On pense qu’Epstein exploitait son propre réseau de trafic sexuel non seulement pour son plaisir personnel mais aussi pour celui de ses amis et de ses associés. Selon le Washington Post, « plusieurs des jeunes femmes… disent qu’elles ont été offertes aux riches et célèbres comme partenaires sexuelles lors des fêtes d’Epstein ». A plusieurs reprises, Epstein a transporté ses amis dans son avion privé, surnommé « Lolita Express ».

Des hommes comme Epstein et ses acolytes, qui appartiennent à une élite puissante et riche de la société qui fonctionne selon ses propres règles, s’affranchissent de toute responsabilité en profitant d’un système de justice pénale qui s’incline devant les puissants, les riches et l’élite.

Mais d’où vient cet appétit pour les jeunes filles ?

Regardez autour de vous.

Depuis des années, les jeunes filles sont sexualisées dans les clips musicaux, sur les panneaux d’affichage, dans les publicités télévisées et dans les magasins de vêtements. Les spécialistes du marketing ont créé une demande de chair jeune et une offre immédiate d’enfants sursexualisés.

« Dans un marché qui vend des talons hauts pour les bébés et des strings pour les préadolescents, il ne faut pas être un génie pour voir que le sexe, si ce n’est le porno, a envahi nos vies », écrit Jessica Bennett pour Newsweek. « Que nous l’accueillions ou non, la télévision l’apporte dans nos salons et le Web dans nos chambres à coucher. Selon une étude réalisée en 2007 par l’Université de l’Alberta, jusqu’à 90 % des garçons et 70 % des filles âgés de 13 à 14 ans ont accédé à des contenus sexuellement explicites au moins une fois ».

C’est ce que Bennett appelle la « pornification d’une génération ».

En d’autres termes, la culture prépare ces jeunes à être la proie de prédateurs sexuels.

Les médias sociaux ne facilitent que trop les choses. Comme l’a rapporté un centre de presse, « Trouver des filles est facile pour les proxénètes. Ils regardent les réseaux sociaux. Avec leurs assistants, ils parcourent les centres commerciaux, les lycées et les collèges. Ils les ramassent aux arrêts de bus. Sur le tramway. Le recrutement de fille à fille se fait parfois ». Les foyers d’accueil et les maisons de jeunes sont également devenus des cibles privilégiées pour les trafiquants.

Il est rare que ces jeunes filles se prostituent volontairement. Beaucoup commencent comme des fugueuses ou des jetables, pour être ensuite happées par des proxénètes ou des réseaux sexuels plus importants. D’autres, persuadées de rencontrer un étranger après avoir interagi en ligne sur l’un des nombreux sites de réseautage social, se retrouvent rapidement initiées à leur nouvelle vie d’esclaves sexuelles.

Debbie, une étudiante de première année qui appartenait à une famille très unie de l’armée de l’air vivant à Phoenix, en Arizona, est un exemple de ce commerce de chair. Debbie avait 15 ans lorsqu’elle a été enlevée dans son allée par une connaissance. Forcée à monter dans une voiture, Debbie a été attachée et emmenée dans un endroit inconnu, tenue sous la menace d’une arme et violée par plusieurs hommes. Elle a ensuite été entassée dans un petit chenil et forcée de manger des biscuits pour chiens. Les ravisseurs de Debbie ont fait de la publicité pour ses services sur Craigslist. Ceux qui ont répondu étaient souvent mariés avec des enfants, et l’argent que Debbie « gagnait » pour le sexe était donné à ses ravisseurs. Le viol collectif a continué. Après avoir fouillé l’appartement où Debbie était retenue prisonnière, la police a finalement trouvé Debbie fourrée dans un tiroir sous un lit. Son épreuve douloureuse a duré 40 jours.

Si Debbie a eu la chance d’être secourue, d’autres n’ont pas eu cette chance.

Selon le Centre national pour les enfants disparus et exploités, près de 800 000 enfants disparaissent chaque année (environ 2 185 enfants par jour).

Avec une demande croissante d’esclavage sexuel et une offre infinie de filles et de femmes susceptibles d’être victimes d’enlèvement, ce problème ne va pas disparaître de sitôt.

Pour les victimes de la traite, c’est un cauchemar du début à la fin.

Ceux qui sont vendus pour le sexe ont une espérance de vie moyenne de sept ans, et ces années sont un cauchemar vivant de viols sans fin, de drogues forcées, d’humiliation, de dégradation, de menaces, de maladies, de grossesses, d’avortements, de fausses couches, de torture, de douleur, et toujours la peur constante d’être tué ou, pire, de voir ceux que vous aimez blessés ou tués.

Peter Landesman dépeint toutes les horreurs de la vie pour les victimes du commerce du sexe dans son article « The Girls Next Door » du New York Times :

Andrea m’a dit qu’elle et les autres enfants avec lesquels elle était détenue étaient fréquemment battus pour les maintenir déséquilibrés et obéissants. Parfois, ils étaient filmés en train d’être forcés à avoir des relations sexuelles avec des adultes ou entre eux. Souvent, dit-elle, on lui demandait de jouer des rôles : le patient thérapeute ou la fille obéissante. Sa cellule de trafiquants sexuels offrait trois tranches d’âge de partenaires sexuels – des enfants jusqu’à 4 ans, de 5 à 12 ans et des adolescents – ainsi que ce qu’elle appelait un « groupe de dommages ». « Dans le groupe des dégâts, ils peuvent vous frapper ou faire ce qu’ils veulent », a-t-elle expliqué. « Bien que le sexe fasse toujours mal quand on est petit, donc c’est toujours violent, tout était beaucoup plus douloureux une fois qu’on était placé dans le groupe des dégâts ».

Ce qu’Andrea décrit ensuite montre à quel point certaines parties de la société américaine sont devenues dépravées. « Ils te donneraient faim puis t’entraîneraient » à avoir des relations sexuelles orales. « Ils mettaient du miel sur un homme. Pour les plus petits, il fallait apprendre à ne pas s’étouffer. Et ils poussaient des choses en vous pour que vous vous ouvriez mieux. Nous avons appris des réponses. Comme s’ils voulaient que nous soyons sensuels, sexy ou effrayés. La plupart d’entre eux voulaient que vous ayez peur. Quand j’étais plus âgé, j’apprenais aux plus jeunes comment s’envoler pour que les choses ne fassent pas mal ».

Les agents de l’immigration et des douanes du Cyber Crimes Center de Fairfax, en Virginie, signalent qu’en matière de sexe, les appétits de nombreux Américains ont désormais changé. Ce qui était autrefois considéré comme anormal est maintenant la norme. Ces agents surveillent une nette augmentation de la demande de pornographie plus dure sur Internet. Comme l’a noté un agent, « Nous sommes devenus désensibilisés par les choses douces ; maintenant nous avons besoin d’un coup de plus en plus fort ».

Cette tendance se reflète dans le traitement que de nombreuses jeunes filles reçoivent de la part des trafiquants de drogue et des hommes qui les achètent. Peter Landesman a interviewé Rosario, une femme mexicaine qui a été victime de trafic à New York et qui a été retenue en captivité pendant plusieurs années. Elle a déclaré : « En Amérique, nous avions des « emplois spéciaux ». Le sexe oral, le sexe anal, souvent avec de nombreux hommes. Le sexe est maintenant plus aventureux, plus dur ».

Un point commun à l’expérience de la plupart des survivants est d’être contraints de se priver de sommeil ou de nourriture jusqu’à ce qu’ils aient atteint leur quota sexuel d’au moins 40 hommes. Une femme raconte que son trafiquant l’a fait s’allonger face contre terre lorsqu’elle était enceinte, puis lui a littéralement sauté sur le dos, la forçant à faire une fausse couche.

Holly Austin Smith a été enlevée à l’âge de 14 ans, violée, puis forcée à se prostituer. Son proxénète, lorsqu’il a été traduit en justice, n’a dû purger qu’un an de prison.

Barbara Amaya a été vendue à plusieurs reprises entre trafiquants, maltraitée, abattue, poignardée, violée, kidnappée, trafiquée, battue et emprisonnée avant l’âge de 18 ans. « J’avais un quota que j’étais censée remplir chaque nuit. Et si je n’avais pas cette somme d’argent, je me faisais battre, jeter dans les escaliers. Une fois, il m’a battue avec des cintres en fil de fer, du genre de ceux que l’on accroche aux vêtements, il les a redressés et tout mon dos saignait ».

Comme le raconte David McSwane dans un article glacial pour le Herald-Tribune : « Dans Oakland Park, une banlieue industrielle de Fort Lauderdale, des agents fédéraux ont rencontré en 2011 un bordel géré par un couple marié. À l’intérieur de la « Boom Boom Room », comme on l’appelait, les clients payaient une redevance, recevaient un préservatif et un minuteur et se retrouvaient seuls avec l’un des huit adolescents du bordel, des enfants de 13 ans seulement. Un enfant placé en famille d’accueil de 16 ans a témoigné qu’il agissait en tant que gardien, tandis qu’une jeune fille de 17 ans a déclaré à un juge fédéral qu’elle était obligée d’avoir des relations sexuelles avec pas moins de 20 hommes par nuit ».

Un réseau particulier de trafic sexuel s’adressait spécifiquement aux travailleurs migrants employés de façon saisonnière dans les fermes des États du sud-est, en particulier les Carolines et la Géorgie, bien que ce soit un commerce florissant dans tous les États du pays. Les trafiquants transportent les femmes d’une ferme à l’autre, où les travailleurs migrants font la queue devant des cabanes, jusqu’à 30 à la fois, pour avoir des relations sexuelles avec elles avant d’être transportés dans une autre ferme où le processus recommence.

Ce mal croissant est, à toutes fins utiles, révélé au grand jour.

Les enfants victimes de la traite sont annoncés sur Internet, transportés sur la route interétatique, achetés et vendus dans des hôtels de luxe.

Article traduit par Dr.Mo7oG pour No Signal Found /// Tous droits réservés

Source : THEMINDUNLEASHED

Please follow and like us:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

RSS