« P..e à nègre », « arabo-négroïde »... À Rouen, un policier porte plainte contre ses collègues racistes -

« P..e à nègre », « arabo-négroïde »… À Rouen, un policier porte plainte contre ses collègues racistes

Des investigations visent des policiers affectés au palais de justice de Rouen, soupçonnés d’avoir tenu des propos haineux et racistes envers un collègue noir et des détenus. La « police des polices » est saisie de l’affaire.

Le parquet de Rouen a saisi jeudi 16 janvier 2020 l’Inspection générale de la police nationale (IPGN) suite à la plainte déposée fin décembre par un policier rouennais contre ses collègues de l’Unité d’assistance administrative et judiciaire (UAAJ). La plainte a été déposée pour « injures à caractère racial », « incitation à la haine » et « diffamation ». Depuis la dénonciation des faits, une enquête administrative a également été ordonnée par la hiérarchie policière.

Tout est parti d’une « conversation » sur la messagerie instantanée WhatsApp. Une « discussion » entre une douzaine de policiers appartenant à cette unité. Le plaignant a aperçu des messages sur le téléphone portable d’un collègue et constaté qu’il était question de lui. Interrogeant son collègue, celui-ci lui a alors montré les échanges. Médusé, le policier noir a alors pris connaissance des injures racistes, dont il était la cible.

« Une litanie de propos qui donnent la nausée »

« Il n’y a pas à tourner autour du pot, il s’agit de propos racistes et haineux tenus envers ce fonctionnaire, déplore une source judiciaire. Mais ce n’est pas tout: d’autres messages tout aussi haineux, tout aussi racistes, homophobes, xénophobes, concernent les personnes dont ces policiers ont la charge au palais de justice ». À savoir les prévenus ou accusés jugés ou en attente de l’être par le tribunal correctionnel ou la cour d’assises, les détenus en attente d’être présentés devant les juges de la détention et des libertés, les gardés à vue en passe d’être déférés au parquet ou devant les juges d’instruction.

« Dans ces conversations WhatsApp, on retrouve toute une litanie de propos qui donnent la nausée tellement c’est répugnant. Il y en a des pages et des pages », poursuit la même source. C’est du type: arabo-négroïde, une blanche qui fréquente un noir se voit qualifiée de pute à nègre — une insulte acronymisée en « PAN » -, un noir ne fera jamais du aussi bon boulot qu’un blanc, pute à bougnoule… »

Selon plusieurs autres sources proches de l’affaire, la conversation sur WhatsApp comportait également des considérations malveillantes sur certaines magistrates : l’une d’entre elles est ainsi qualifiée de « vieille peau » parcequ’elle ne privilégie pas l’ordre de passage des mis en cause souhaité par les policiers de l’escorte, une autre magistrate — sans doute objet de fantasmes de la part de policiers au sein de l’unité — aimerait « le cuir et les bottes ».

D’après le plaignant, ses collègues — des adjoints de sécurité, mais aussi des gardiens de la paix chevronnés — avaient ces conversations depuis longtemps. Après avoir remis un rapport à sa hiérarchie, il a décidé de déposer plainte le 23 décembre dernier. Vu la sensibilité de l’affaire, c’est un commissaire de police qui a enregistré sa déposition, qui a été transmise au parquet de Rouen dans les délais les plus brefs. « Nous avons pris les mesures qui s’imposaient dès que nous avons eu connaissance de ces faits. Immédiatement, nous avons déclenché une enquête administrative pour entendre les principaux protagonistes dans ce dossier », déclare le commissaire divisionnaire Éric Maudier, directeur départemental adjoint de la Sécurité publique (DDSP) de Seine-Maritime.

Chacun des policiers ayant pris part aux conversations a été convoqué pour manquements à la déontologie. Les niveaux d’implication sont variés : une demi-douzaine de fonctionnaires a eu un rôle très actif dans ces échanges. Les uns et les autres n’auraient pas contesté la matérialité des faits, mais certains ont expliqué qu’il s’agissait d’humour. « Vu les écrits, il ne peut s’agir d’humour. Et quand bien même… Dans ce dossier, nous avons affaire à des individus “bas-de-plafond”, indiscutablement racistes, qui n’ont pas leur place chez nous, confie un policier de haut rang, amer par cette situation. C’est déjà compliqué en ce moment. Nous sommes accusés à tort de tous les maux, de violences… Avec ce type d’abrutis, cela ne va pas arranger les choses. L’injustifiable ne peut être justifié ».

Source : PARISNORMANDIE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

RSS