Mireille, installée au Kenya depuis 27 ans disparaît mystérieusement

Une Bruxelloise qui vivait au Kenya depuis 1993 après être tombée amoureuse d’un danseur durant ses vacances pourrait avoir été assassinée, rapportent nos confrères de Het Laatste Nieuws. Mireille Dysseleer (64 ans) a mystérieusement disparu il y a un peu plus d’un an. La semaine dernière, la police kényane a découvert que sa maison avait été vendue, et qu’un faux certificat de décès avait été utilisé par l’agence.

En 1991, alors qu’elle était au Kenya pour un voyage de trois semaines, Mireille Dysseleer, à l’époque âgée de 35 ans, rencontre Manuel Lesoipa, dont elle tombe follement amoureuse. Le jeune homme de 21 ans gagne alors sa vie en tant que danseur chez les Samburu, un peuple proche des Massaï. Il lui propose de découvrir la vraie vie africaine. 

Durant les deux années suivantes, Mireille retourne huit fois à Malindi, sur la côte kényane. Des voyages à répétition qui confirment son coup de cœur pour Manuel et son pays. En 1993, elle décide finalement de s’y installer de manière permanente et épouse son compagnon. Elle change de nom dans la foulée et se fait appeler “Laila Samburu”. “Mes parents et mes amis m’ont dit que j’étais devenue folle », avait-elle un jour déclaré à la télévision kényane.

Mireille et Manuel chez eux, à Malindi.

Mireille et Manuel chez eux, à Malindi. © DR

Amour et trahison

Après huit ans de mariage heureux, Mireille apprend que son mari a épousé une deuxième femme au sein des Samburu, sans même la prévenir. Profondément blessée par la trahison de Manuel, elle décide finalement de demander le divorce en 2004. 

S’ensuit alors une longue bataille judiciaire au cours de laquelle les ex-époux tentent de trouver un accord concernant leurs différentes propriétés. Ces derniers possédaient une maison, un centre commercial et plusieurs véhicules. Finalement, le juge décide que rien ne peut être vendu sans accord mutuel. 

Quelques années plus tard, Manuel, dont la santé s’était détériorée au cours du procès, meurt en 2017 à l’âge de 45 ans.

Après la mort de son ex-mari, Mireille décide de vendre le centre commercial pour 19 millions de shillings kényans (173 000 euros), selon les médias locaux. Elle achète ensuite une nouvelle maison pour 20 millions de Shillings (183 000 euros) à Milimani, un quartier riche de la capitale Nairobi. Les parents de Manuel contestent la vente, en vain. Le tribunal statue qu’il s’agissait bien d’une vente légitime. 

Fin 2018, Mireille disparaît soudainement. C’est l’un de ses proches qui décide d’informer les autorités, qui ouvrent alors une enquête. Sa dernière publication sur les réseaux sociaux date du 6 octobre 2018. Depuis, plus personne n’a eu de ses nouvelles.

Faux certificat de décès

La semaine dernière, les médias kenyans ont rapporté que les enquêteurs avaient arrêté une femme qui connaissait Mireille, Lucy Waithera Njuguna (61 ans). Elle aurait vendu la maison de Mireille à Nairobi en utilisant un faux certificat de décès et un autre faux document prouvant que Mireille lui avait laissé sa maison.

Lucy Waithera Njuguna a fait plusieurs déclarations contradictoires au cours de ses interrogatoires. Elle aurait d’abord expliqué qu’elle avait fait un voyage en Inde avec Mireille au cours duquel cette dernière serait décédée. Selon elle, la Bruxelloise aurait été incinérée sur place. Or, il n’existe aucune preuve que ce voyage ait bien eu lieu. Elle aurait par la suite affirmé que son amie avait été incinérée dans un crématorium à Nairobi.

À l’heure actuelle, cette femme se trouve toujours en détention, et les enquêteurs n’ont toujours pas trouvé de trace de Mireille Dysseleer.

Source : 7SUR7

Please follow and like us:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

RSS