Michel Cymes est devenu multimillionnaire grâce à son activité médiatique malgré ses mensonges sur le coronavirus

L’ORL est devenu multimillionnaire grâce à son activité médiatique. Il a d’abord touché 1,5 million d’euros en vendant sa société de production télé, puis plus de 5 millions d’euros en cédant ses autres activités à Webedia il y a un an.

C’est un des personnages les plus médiatiques de la crise sanitaire. C’est aussi l’un des plus controversés, en raison de ses propos sur le coronavirus tenus il y a encore un mois. “Je ne suis absolument pas inquiet. C’est un virus de plus, c’est une forme de grippe”, assurait-il par exemple sur Europe 1 le 10 mars, soit une semaine avant le confinement. Michel Cymes a ensuite fait son mea culpa afin de préserver son image auprès des Français.

Une image sur laquelle repose désormais une multitude d’activités. Il y a sa chronique quotidienne dans la matinale de RTL. Il y a son talk show hebdomadaire sur France 2, Ca ne sortira pas d’ici (1,1 million de téléspectateurs cette saison, selon Médiamétrie). Il y a son site web, www.drgood.fr, qui propose aussi une newsletter et une chaîne YouTube. Il y a son magazine Dr Good (diffusé à 221 930 exemplaires l’an dernier, selon l’ACPM), et ses déclinaisons Dr Good C’est bon (135 345 exemplaires) et Dr Good kids. Il y a ses livres, allant de Soyez sûr de votre haleine à Pipi au lit, ça se soigne, en passant par des bandes dessinées et des calendriers (au total 53 publications en vingt ans, soit un rythme infernal de 2,6 par an). Il y a ses conférences mensuelles en province, sponsorisés par Harmonie Mutuelle (plus de 100 000 spectateurs depuis 2012). Il y a l’application de suivi médical Betterise (utilisée par plus de 400 000 patients). Il y a enfin des émissions sponsorisées par des marques, comme le programme court Bien évidemment, financé par Auchan et diffusé par France Télévisions en 2017 ; la websérie Changez d’air financée par les aspirateurs Dyson ; ou le podcast Au fil de l’eau financé par l’eau minérale Quézac. Et ce n’est sans doute pas fini : à 62 ans, notre homme n’entend nullement prendre sa retraite, et vient au contraire de déposer la marque Dr Good Veto

Et l’ORL le plus célèbre de France défend cette image avec vigueur. L’an dernier, un petit éditeur, Frédéric Truskolaski, a tenté de surfer sur la vague en lançant deux magazines, Feel good et Allo docteurs !, en mettant lui aussi en couverture Michel Cymes. Ce dernier l’a alors attaqué pour “violation du droit à l’image”, réclamant 70 000 euros de dommages, et obtenant finalement 20 000 euros. Parallèlement, les deux magazines clones de son Dr Good ! ont été interdits.

Toutes ces activités ont fait la fortune de Michel Cymes. L’animateur préféré des Français a touché un premier chèque en 2015 lorsque Newen a racheté la société de production 17 Juin (qui produit le Magazine de la santé, Ca ne sortira pas d’ici…) et sa filiale Pulsations (Allo Docteurs, les Pouvoirs extraordinaires du corps humain…). Michel Cymes, qui détenait 24,8% de Pulsations, a alors vendu 11,45% pour 1,5 million d’euros, et échangé les actions restantes contre une participation de 12% dans la holding 17 Juin Developpement et Participations. En outre, il a régulièrement touché des actions gratuites Newen (en 2017 1434 actions valorisés 10 138 euros, puis en 2018 1865 actions valorisées 24 573 euros) qui ont finalement été rachetées par TF1.

Mais pour le médecin le plus célèbre de France, le vrai jackpot date de l’an dernier, lorsqu’il a vendu à Webedia le Club santé débat, la société qui organise les conférences mensuelles, édite le site web, produit les programmes courts, et co-édite le magazine avec Reworld. Le Club santé débat était initialement détenue à 50/50 par Michel Cymes et son frère Franck, un spécialiste du merchandising. Ils ont ensuite cédé 1,46% à Gilbert Saada, ancien dirigeant du fonds Eurazeo. Enfin, ils ont donc revendu 62,5% du capital à Webedia, valorisant à cette occasion la société à 17,93 millions d’euros, selon des documents consultés par “Capital”. Les frères Cymes se sont donc partagés à cette occasion un chèque estimé à 11 millions d’euros. Franck Cymes (qui n’a pas souhaité répondre à nos questions), jusqu’alors PDG du Club santé débat, est alors devenu patron des activités de Webedia dans la santé.

Plus modestement, les deux frères, qui détenaient chacun 20% de Betterise, ont revendu leur participation fin 2019 pour 50 000 euros chacun. La start up, créée en 2013, était bénéficiaire depuis 2016, et a réalisé en 2017 un chiffre d’affaires de 1,5 million d’euros.

Pour tirer le meilleur parti de son business, Michel Cymes s’est entouré de bons avocats fiscalistes afin de réduire son impôt. Toutes ses activités sont détenues, non pas en son nom propre, mais par une société baptisée du nom de sa grand mère, Glika. C’est notamment cette société, et non lui-même, qui reçoit une partie de ses cachets d’animateurs et de ses droits d’auteur, ce qui permet de ne pas payer de charges sociales, ni patronales ni salariales. C’est aussi cette société qui a engrangé le produit des cessions de Pulsations, le Club santé débat et Betterise, ce qui permet de réduire l’impôt sur les plus values, notamment si les sommes engrangées sont réinvesties.

Que fait Michel Cymes de sa fortune ? Comme beaucoup de Français, il a décidé de réinvestir une partie de sa cagnotte dans l’immobilier. Il vient de créer coup sur coup deux sociétés dans ce domaine, Naya et Mas Mayen, qui sont détenues par lui-même, par Glika, et par son épouse Nathalie (ils sont mariés sous le régime de la séparation des biens). En 2005, les deux époux avaient déjà créé une première société civile immobilière, Romaca, pour acheter leur pavillon à Sèvres pour 1,08 million d’euros.

Les livres de Michel Cymes depuis 2010

  • Même pas bêtes ! les 5 sens ; comparons l’homme et l’animal (Glenat, 2019) : 11 776 ex.
  • Rassurez-vous ! vos symptômes de la tête aux pieds ; l’ordonnance santé de Michel Cymes (le Livre de Poche, 2019) : 13 838 ex.
  • Chers hypocondriaques… (Stock, 2018) : 32 338 ex
  • Coffret le quiz du corps humain de Cymes (Play Bac, 2018) : 7 748 ex.
  • Calendrier quand ça va quand ça va pas ; le corps humain en 365 questions avec Michel Cymes (Play Bac, 2018) : 4 860 ex
  • Votre cerveau (Stock/le Livre de Poche, 2017) : 162 280 ex.
  • Quand ça va, quand ça va pas ; leur corps expliqué aux enfants (et aux parents !) (Glenat/Clochette, 2017) : 42 423 ex
  • Vivez mieux et plus longtemps (Stock/le Livre de Poche, 2016) : 388 579 ex.
  • Docteur Cymes présente le corps humain tome 1 ; y’a comme un os (Bamboo, 2016) : 4 493 ex.
  • Hippocrate aux enfers ; les médecins des camps de la mort (Stock/le Livre de Poche, 2015) : 159 139 ex
  • Aventures de médecine (Chene, 2015) : 6 416 ex
  • Les pouvoirs du corps humain ; dans la peau des premiers hommes (Chene, 2015) : 3 106 ex.
  • Docteur Cymes t.2 ; rien ne va plus… (Bamboo, 2014) : 2 223 ex.
  • Docteur Cymes t.1 ; la vanne de trop (Bamboo, 2014) : 5 420 ex.
  • La sexualité, que d’histoires ! (Chene, 2011) : 8 222 ex.
  • Le mal de dos ; vos questions, nos réponses (Hachette, 2011) : 1 365 ex.
  • Le stress ; vos questions, nos réponses (Hachette, 2011) : 1 326 ex.
  • Les troubles du sommeil ; vos questions, nos réponses (Hachette, 2011) : 1 141 ex.
  • Les troubles de la mémoire ; vos questions, nos réponses (Hachette, 2011) : 1 236 ex
  • Alimentation ; alimentation et régime, bio, complément alimentaire (Hachette, 2011) : 1 376 ex
  • L’après-cancer (Hachette, 2011) : 905 ex.
  • La médecine anti-âge (Hachette, 2011) : 992 ex.
  • Complètement malades ! (Chene, 2010) : 22 842 ex.
  • Libérons l’assiette de nos enfants (La Martiniere, 2010) : 514 ex.

Source: Edistat

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

RSS