L'Université Harvard découvre un commutateur d'ADN qui permet la régénération du corps entier -

L’Université Harvard découvre un commutateur d’ADN qui permet la régénération du corps entier

Les scientifiques de l’Université Harvard ont découvert le commutateur d’ADN qui contrôle les gènes pour la régénération du corps entier, ouvrant ainsi la voie à la repousse des membres humains.

Harvard scientists discover DNA switch that allows whole-body regeneration

Certains animaux sont capables de réaliser d’extraordinaires prouesses de réparation, comme les salamandres qui ont des pattes arrière, ou les geckos qui peuvent perdre leur queue pour échapper aux prédateurs et en faire pousser de nouveaux en quelques semaines seulement.

Les vers planaires, les méduses et les anémones de mer vont encore plus loin et régénèrent leur corps entier après avoir été coupés en deux.

Maintenant, les scientifiques ont découvert que dans les vers, une partie de l’ADN non codant ou  » poubelle  » contrôle l’activation d’un  » gène de contrôle principal  » appelé réponse de croissance précoce (RGE) qui agit comme un interrupteur, activant ou désactivant la régénération.

« Nous avons réussi à diminuer l’activité de ce gène et nous avons constaté que si vous n’avez pas d’EGR, rien ne se passe », a déclaré le Dr Mansi Srivastava, professeur adjoint de biologie organique et évolutionnaire à l’Université Harvard.

« Les animaux ne peuvent pas se régénérer. Tous ces gènes en aval ne s’allument pas, donc les autres commutateurs ne fonctionnent pas, et toute la maison s’éteint, en gros. »

Les études ont été faites sur des vers panthères à trois bandes. Les scientifiques ont découvert qu’au cours de la régénération, l’ADN étroitement entassé dans leurs cellules commence à se déployer, ce qui permet à de nouvelles zones de s’activer.

Mais, ce qui est crucial, c’est que les humains transportent aussi l’EGR et le produisent lorsque les cellules sont stressées et ont besoin d’être réparées, mais il ne semble pas déclencher une régénération à grande échelle.

Les scientifiques pensent maintenant que son gène maître est câblé différemment chez les humains et les animaux et essaient de trouver un moyen de modifier ses circuits pour en tirer des bénéfices régénératifs.

Andrew Gehrke, étudiant postdoctoral à Harvard, croit que la réponse réside dans le domaine de l’ADN non codant qui contrôle le gène. On croyait autrefois que l’ADN non codant ou l’ADN poubelle ne faisait rien, mais ces dernières années, les scientifiques se sont rendu compte qu’il avait un impact majeur.

« Seulement environ deux pour cent du génome fait des choses comme les protéines », a ajouté M. Gehrke a ajouté. « Nous voulions savoir : Que font les 98 % restants du génome pendant la régénération du corps entier ?

« Je pense que nous n’avons fait qu’effleurer la surface. Nous avons examiné certains de ces interrupteurs, mais il y a un tout autre aspect de la façon dont le génome interagit à plus grande échelle, et tout cela est important pour activer et désactiver les gènes. »

Les animaux marins, comme les méduses de la lune, sont maîtres de la régénération et certains se sont clonés après leur mort.

En 2016, un scientifique japonais a rapporté que trois mois après la mort de sa méduse domestique, un polype semblable à une anémone de mer s’est levé du corps dégradé, puis a étonnamment vieilli à l’envers pour revenir à un état plus jeune.

Dans les années 1990, des scientifiques italiens ont découvert que la méduse Turritopsis dohrnii passe de bébé à adulte, d’où son surnom de méduse immortelle.

M. Srivastava ajoute :  » La question est la suivante : si les humains peuvent allumer l’EGR, et non seulement l’allumer, mais aussi le faire lorsque nos cellules sont blessées, pourquoi ne pouvons-nous pas nous régénérer « , ajoute M. Srivastava.

« C’est une question très naturelle que de regarder le monde naturel et de penser, si un gecko peut le faire, pourquoi pas moi ?

« La réponse est peut-être que si l’EGR est l’interrupteur d’alimentation, nous pensons que le câblage est différent. Ce à quoi l’EGR parle dans les cellules humaines peut être différent de ce qu’il parle dans le ver panthère à trois bandes. »

La recherche a été publiée dans la revue Science.

Traduit par Dr.Mo7oG

Source : NEWSPUNCH

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *