L'une des premières victimes d'Epstein déclare que Trump, Clintons, Dershowitz et Rothschilds sont tous impliqués -

L’une des premières victimes d’Epstein déclare que Trump, Clintons, Dershowitz et Rothschilds sont tous impliqués

Elle dit que Ghislaine Maxwell lui a dit que les Rothschild étaient le plus grand protecteur de sa famille.

Dans une toute nouvelle interview, Maria Farmer partage de nouveaux détails sur son passé avec Jeffrey Epstein, un agresseur sexuel en série décédé, ainsi que sur la personne qui, selon elle, protège Ghislaine Maxwell, la confidente de longue date d’Epstein. Maria Farmer aurait été la première victime de Jeffrey Epstein après qu’elle ait fait part de son histoire à la police de New York et au FBI en 1996.

Les escapades d’Epstein ont fait la une des journaux pendant l’été 2019, lorsqu’il a été arrêté et accusé d’avoir abusé de dizaines de jeunes filles chez lui en Floride, au Nouveau-Mexique, à New York et à Paris. Epstein est mort d’un suicide présumé en août 2019 alors qu’il était en garde à vue sur la base de nouvelles accusations de crimes sexuels déposées à New York.

Depuis 2019, Maria Farmer a commencé à parler plus ouvertement des abus qu’elle a subis aux mains d’Epstein et de ceux de sa sœur Annie, alors âgée de 15 ans. Maria Farmer a déclaré que les abus ont eu lieu dans le manoir de 47 millions de dollars appartenant au financier et ancien ami d’Epstein, Lex Wexner, PDG de Limited Brands et de Victoria’s Secret. Farmer a affirmé qu’elle avait été abusée à la fois par Epstein et Maxwell.

Aujourd’hui, Maria Farmer fournit de nouveaux détails sur son séjour chez Epstein, et sur la façon dont le FBI et les médias d’entreprise n’ont pas réussi à raconter toute son histoire. Dans une récente interview avec la journaliste Whitney Webb, Maria Farmer explique comment elle voyait souvent Donald Trump, Bill et Hillary Clinton, et l’avocat d’Epstein, Alan Dershowitz, s’associer avec Epstein. Webb a diffusé l’audio de son interview avec Farmer sur le podcast The Last American Vagabond.

« Le pire, c’est que j’ai nommé tout le monde. J’ai nommé tous ceux que je pensais être des co-conspirateurs à l’époque. J’ai donc nommé Alan Dershowitz, Donald Trump, absolument les Clinton », déclare Farmer dans un clip audio. « Ce sont des gens que j’ai vu aller et venir, dont je savais qu’ils faisaient partie. J’ai clairement indiqué que c’était une chose très effrayante pour les enfants et je vois entre 5 et 10 filles par jour monter à l’étage ».

Concernant la complice d’Epstein, Ghislaine Maxwell, Maria Farmer a déclaré que Maxwell avait grandi avec la famille royale britannique, fournissant ainsi une preuve photographique de l’apparente relation à vie. « Elle me dit que mon père était un homme très puissant. Elle avait un passeport français, un passeport anglais, un passeport israélien et un passeport américain », a déclaré Maria Farmer à propos de Maxwell et de son père décédé, Robert Maxwell, lui-même un agent présumé des services de renseignement britanniques ou israéliens.

Les dernières révélations de Farmer arrivent quelques jours seulement après qu’un tribunal fédéral ait décidé que l’accord de cœur d’Epstein ne pouvait pas être annulé et que les co-conspirateurs non nommés ne seraient pas tenus responsables de leurs actes.

Dans une énorme révélation, Farmer pointe du doigt la famille Rothschild, notoirement riche et privée.

« Plus tard, en me parlant, elle me dit que les Rothschild étaient les plus grands protecteurs de sa famille », a déclaré Farmer à Webb. Farmer affirme qu’elle a reçu des menaces de mort de la famille Rothschild et qu’elle croit que Maxwell est caché au Royaume-Uni pour l’empêcher d’être cité à comparaître comme témoin ou accusé de tout crime lié aux sévices en série d’Epstein.

Farmer a également affirmé que Vicky Ward, ancienne rédactrice de Vanity Fair et travaillant maintenant pour CNN, a harcelé sa famille après que Farmer ait partagé son histoire. Selon Maria Farmer, Vicky Ward a parlé à Ghislaine Maxwell, associée et co-conspiratrice d’Epstein, de ses tentatives de dénoncer les abus sexuels perpétrés par le réseau Epstein-Wexner-Maxwell.

Maria Farmer note que les servantes d’Epstein étaient presque exclusivement philippines et a affirmé que les femmes avaient été victimes de trafic en provenance des Philippines. Dans l’interview, Farmer dit à Webb qu’elle a vu 5 à 10 filles par jour passer par la maison d’Epstein. « Où sont ces filles ? »

Farmer a également parlé de Les Wexner, le riche financier d’Epstein et propriétaire du manoir de New Albany, dans l’Ohio, où Farmer a été maltraité et empêché de partir. Wexner a nié toute implication dans les activités d’Epstein et a même affirmé qu’il était victime du détournement de ses finances par Epstein. Farmer a déclaré que lorsqu’elle a parlé avec le FBI, elle leur a dit que Wexner était « la tête du serpent », mais ses avertissements sont tombés dans l’oreille d’un sourd.

Webb a déclaré que « chaque fois qu’elle a participé à des interviews et qu’elle a mentionné Wexner, ils ont coupé court ». De plus, Farmer a déclaré à Webb que Wexner était à la tête de l’opération de chantage de la « Israeli Intelligence Central » et que Ghislaine Maxwell répondait à Wexner. Farmer a également accusé Wexner de collaborer avec la CIA et le Mossad israélien.

Dans mon précédent rapport sur les liens d’Epstein avec les agences de renseignement, j’ai exploré l’histoire de Wexner.

D’après ce rapport :

« Quelle est la source de la richesse de Jeffrey Epstein et sa relation financière avec l’entrepreneur, philanthrope et propriétaire des Limited Brands, Leslie Wexner est-elle significative ? Au fil des ans, certains journalistes ont examiné la relation Wexner-Epstein et ont découvert que Wexner était peut-être le seul client financier d’Epstein et qu’ils avaient une relation intrigante que personne ne pouvait vraiment comprendre. Ce que nous savons avec certitude, c’est que les deux hommes étaient des associés proches à un moment donné dans le passé pas trop éloigné et la compréhension de Leslie Wexner peut aider à expliquer les liens potentiels entre les services de renseignement et le Mossad israélien.

Wexner était considéré comme l’un des philanthropes juifs les plus éminents pour son rôle dans la mobilisation du soutien aux efforts philanthropiques juifs. L’un de ces efforts comprend l’organisation de ce qui était parfois connu sous le nom de « Groupe d’étude », mais plus communément appelé « Méga Groupe ». Le Wall Street Journal a rapporté en 1998 que le Mega Group était un « groupe d’élite de philanthropes juifs » qui a été « formé en 1991 et développé dans le but de mener une discussion philanthropique de haut niveau sur les problèmes urgents du peuple juif. Le groupe a motivé un certain nombre d’initiatives philanthropiques individuelles et collectives qui, sans doute, n’auraient pas vu le jour autrement, notamment le Partenariat pour l’excellence dans l’éducation juive, Birthright Israël, la mise à niveau du Hillel national, et bien d’autres encore ».

Le groupe a été fondé par Wexner et Charles Bronfman de la société Seagram. Parmi les autres membres éminents et participants, citons le directeur Steven Spielberg, l’ancien gestionnaire de fonds spéculatifs Michael Steinhardt et le président de Seagram, Edgar Bronfman Sr. Le Mega Group se réunissait deux fois par an pour des séminaires de deux jours afin de parler de philanthropie et de « judéité ». (Par coïncidence, des membres de la famille Bronfman ont récemment été reconnus coupables de participation à la secte sexuelle NXIVM). Le groupe a été décrit comme « un club peu organisé de 20 hommes d’affaires juifs parmi les plus riches et les plus influents du pays ». Bien que le Mega Group n’existe plus, de nombreux membres d’origine ont créé de nouveaux groupes et ont continué à travailler sur les mêmes causes qu’ils avaient prévues dans le groupe.

Les liens de Wexner avec Israël et le Mossad ont été davantage exposés en 2003 après la publication d’un document intitulé « Analyse de Wexner » : Israeli Communication Priorities 2003″ a fait l’objet d’une fuite. Ce document décrivait une campagne de relations publiques promouvant l’invasion de la guerre en Irak, diabolisant Saddam Hussein et encourageant un alignement des intérêts de la politique étrangère américaine avec ceux d’Israël. Le document a été financé par la Fondation Wexner et produit par la société de relations publiques The Luntz Research Companies et The Israel Project. La section « Conclusion essentielle » du rapport offre 10 recommandations, dont « vous devriez invoquer le nom de Saddam Hussein et le fait qu’Israël a toujours soutenu les efforts américains pour débarrasser le monde de ce dictateur impitoyable et libérer leur peuple ».

Columbus Free Press a précédemment rapporté que « des groupes de pression comme le Mega Group et des initiés du gouvernement comme Wolfowitz et Richard Pearle sont engagés dans une campagne systématique pour identifier les intérêts de la sécurité nationale israélienne avec les intérêts militaires et de sécurité des États-Unis. L’analyse Wexner ne fait que documenter cette vaste campagne, souvent secrète, qui mérite un débat public et un discours démocratique, et non des campagnes de relations publiques secrètes ».

Les dernières révélations de la saga Epstein fournissent davantage de preuves d’une dissimulation massive impliquant les forces de l’ordre américaines, les agences de renseignement, ainsi que des politiciens de haut niveau et des membres de la famille royale britannique.

Article traduit par Dr.Mo7oG pour NO Signal Found

Source : TMU

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

RSS