L'ONU se prépare à donner le pouvoir aux dictatures pour contrôler Internet -

L’ONU se prépare à donner le pouvoir aux dictatures pour contrôler Internet

Les Nations Unies veulent remettre le contrôle de l’Internet à des régimes totalitaires comme la Chine, selon des rapports.

L’Assemblée générale a approuvé une résolution parrainée par la Chine et la Russie visant à créer un comité d' »experts internationaux » dont le rôle serait de mettre fin à « l’utilisation des technologies de l’information et de la communication à des fins criminelles ».

Toutefois, de nombreux experts avertissent que cette mesure n’est qu’une porte dérobée permettant aux régimes dictatoriaux de censurer le Web.

« Les Etats-Unis, les puissances européennes et les groupes de défense des droits craignent que ce langage ne soit un code pour légitimer la répression de l’expression, de nombreux pays définissant la critique du gouvernement comme « criminelle », rapporte l’AFP.

Summit.news reports : Human Rights Watch a déclaré que la liste des sponsors de la résolution est « une galerie de voyous de certains des gouvernements les plus répressifs de la terre » et « donne aux pays une couverture légale pour les coupures de courant et la censure sur Internet, tout en créant le potentiel pour criminaliser la liberté d’expression ».

Des gouvernements comme celui de la Chine censurent et ferment déjà l’Internet en période de troubles civils tout en infligeant des sanctions de type  » score de crédit social  » à ceux qui critiquent l’État.

Le pays communiste met également en place un plan pour forcer ses citoyens à passer un test de reconnaissance faciale pour utiliser l’Internet. Critiquer les autorités ? Pas d’Internet pour vous.

Nous avions prédit que tout cela se réaliserait il y a près de 10 ans dans un article intitulé  » Les mesures de cybersécurité obligeront le gouvernement à utiliser des  » jetons d’identification  » pour utiliser l’Internet « .

 » Sous le couvert de la  » cybersécurité « , le gouvernement s’apprête à discréditer et à fermer l’infrastructure Internet existante dans la poursuite d’un nouveau World Wide Web centralisé et réglementé « , ai-je écrit en juin 2010.

Le fait que les Nations Unies tentent de légitimer ce cadre en donnant aux régimes oppressifs plus de pouvoir pour définir certains types de discours comme criminels fait partie d’un programme à long terme.

Comme nous l’avons déjà souligné, le Pacte mondial des Nations Unies sur les migrations a élargi la définition du  » discours de haine  » pour faire de la critique de l’immigration massive un crime.

Sous une deuxième administration Trump, les États-Unis sont presque certains d’ignorer toute tentative de l’ONU d’imposer leur hégémonie sur Internet, mais si les démocrates gagnent en 2020, ce pourrait être une toute autre histoire.

Traduit par Dr.Mo7oG pour No Signal Found // Tous droits réservés

Source : NEWSPUNCH

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *