« Londres n’est plus une ville britannique » : John Cleese fait la polémique

À 79 ans, John Cleese a-t-il fini par devenir Basil Fawlty ? British comme toujours, délicieusement irascible, sarcastique et un tantinet grognon, le gérant d’hôtel campé par l’ancien Monty Python dans les années 1970 n’était peut-être pas un rôle de composition.

Expatrié aux Bahamas depuis quelques mois, car lassé par les mensonges et la banalité de la presse britannique, celui qui fut notamment ministre des Démarches ridicules, John Cleese, très actif sur Twitter a suscité de vives réactions dans son pays d’origine en écrivant : « Il y a quelques années, j’estimais que Londres n’était plus vraiment une ville britannique. Depuis, presque tous mes amis de l’étranger ont confirmé mon observation, il doit donc y avoir un peu de vrai… » Le comique ajoute que Londres est la ville qui, en 2016, avait voté le plus massivement pour rester dans l’Union européenne.

Sadiq Khan revendique la diversité londonienne

En quelques heures, la considération du néo-Bahaméen a enregistré plusieurs milliers de partages et a fait réagir jusqu’aux plus hautes sphères de la municipalité londonienne, à commencer par le maire, Sadiq Khan. Selon le Guardian, il déclare : « Avec ce type de commentaire, John Cleese s’exprime comme son personnage de Basil Fawlty. Les Londoniens savent que notre diversité est notre plus grande force, nous sommes fièrement la capitale du Royaume-Uni, une ville européenne, et un centre mondial. »

John Cleese est ainsi accusé de vouloir remuer le couteau dans la plaie d’un Brexit dont les Britanniques ne voient pas la fin, jetant l’opprobre sur une institution européenne coupable d’avoir dénaturé une ville pourtant connue depuis longtemps pour être un vaste « melting pot ». « Je trouve hypocrite que quelqu’un qui est précisément parti vivre à l’étranger ressente le besoin de s’exprimer ainsi. Pourquoi certains Britanniques ne parviennent-ils pas à se considérer eux-mêmes comme immigrés quand ils quittent le pays ? » dénonce Tanja Bueltmann, qui enseigne à l’université de Northumbia. La déception des internautes britanniques est également attisée par l’argument fallacieux sur lequel semble reposer l’opinion du très aimé John Cleese, qui, comme le lui rappellent systématiquement les internautes britanniques en répondant à ses considérations étranges sur les réseaux sociaux, tend de plus en plus vers le grognon…

Source : LEPOINT

Please follow and like us:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

RSS