L'horreur de la vidéo du viol collectif sur Snapchat : 3 nouvelles personnes recherchées -

L’horreur de la vidéo du viol collectif sur Snapchat : 3 nouvelles personnes recherchées

Une adolescente d’une quinzaine d’années a été victime d’un viol collectif dans la nuit du 30 au 31 mars, au Chaudfontaine en Belgique. Une courte vidéo filmant les faits a été postée sur Snapchat. Les images ont permis d’identifier les agresseurs, âgés de 13 à 18 ans.

Résultat de recherche d'images pour "SNAPCHAT RAPE"

Rappel des faits

Sept adolescents âgés de 13 à 18 ans ont été arrêtés suite à la diffusion sur Snapchat d’une vidéo montrant un viol collectif, qui serait survenu lors d’une soirée d’anniversaire très arrosée dans la nuit du 30 au 31 mars à Chaudfontaine (Belgique).

La séquence ne dure que quelques secondes. Suffisant pour permettre aux autorités de remarquer que la victime, une jeune fille d’une quinzaine d’années, était inconsciente, et a été laissée pour morte par ses agresseurs qui ont paniqué quand ils ont remarqué qu’elle ne réagissait plus.

Parmi les sept jeunes arrêtés, la presse belge a précisé qu’il y avait cinq mineurs. Ils ont été placés dans un centre IPPJ (Institutions publiques de protection de la jeunesse) pour trois mois. Temps qu’ils devront mettre à profit pour réfléchir à la gravité de leurs actes. La procédure pourra être prolongée si nécessaire.

Les deux autres agresseurs présumés sont majeurs. Ils ont été placés en détention à la maison d’arrêt de Lantin et encourent jusqu’à 15 ans de prison. Les plus jeunes les ont accusés de les avoir influencés.

La victime a porté plainte

La victime a porté plainte et une enquête a été ouverte. Le calvaire de la jeune fille n’a été filmé que quelques secondes mais il aurait duré au moins quatre heures. Quatre heures durant lesquels les suspects lui auraient infligé des sévices sexuels.

Ils ont tous nié avoir droguée l’adolescente à son insu, mais ont reconnu avoir profité de son état pour la violer.

Trois nouvelles personnes recherchées

D’autres suspects sont encore recherchés dans le cadre de l’enquête. Ils étaient, en effet, plus que sept à participer à l’innommable.

Source : FRANCESOIR

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

RSS