L’histoire complète de la franc-maçonnerie et de la création du nouvel ordre mondial

La création de l’ordre du jour du Nouvel Ordre Mondial a été mise en branle par le personnage tristement célèbre, Mayer Amschel Rothschild, celui qui a décidé de contrôler la planète entière par tous les moyens nécessaires.

Bien sûr, cela signifiait : tromperie, contrôle, esclavage financier, chantage et meurtre… mais aussi des choses bien plus graves, comme les guerres, la famine et le dépeuplement… un génocide pas comme les autres avant lui.

Si vous voulez mieux comprendre à quel point la famille Rothschild est puissante et au cœur noir, vous devez lire son histoire complète ICI.

C’est le clan le plus riche du monde, et leur empire a été construit sur des montagnes d’os et de souffrance.

1773 – Le maire Amschel Rothschild réunit douze de ses amis les plus influents et les convainc que s’ils mettent tous leurs ressources en commun, ils peuvent diriger le monde. Cette réunion a lieu à Francfort, en Allemagne.

Rothschild informe également ses amis qu’il a trouvé le candidat parfait, un individu d’une intelligence et d’une ingéniosité incroyables, pour diriger l’organisation qu’il a prévue – Adam Weishaupt.

1er mai 1776 – Adam Weishaupt (code Spartacus) établit une société secrète appelée l’Ordre des Illuminati. Weishaupt est professeur de droit canonique à l’Université d’Ingolstadt en Bavière, en Allemagne. Les Illuminati cherchent à établir un nouvel ordre mondial.

Leurs objectifs sont les suivants :

1) Abolition de tous les gouvernements ordonnés
2) Abolition de la propriété privée
3) Abolition de l’héritage
4) Abolition du patriotisme
5) Abolition de la famille
6) Abolition de la religion
7) Création d’un gouvernement mondial

Juillet 1782 – L’Ordre des Illuminati se joint à la Franc-maçonnerie au Congrès de Wilhelmsbad. Le Comte de Virieu, présent à la conférence, en ressort visiblement secoué. Interrogé sur les « secrets tragiques » qu’il a ramenés avec lui, il répond :

« Je ne te les confierai pas. Je ne peux que vous dire que tout cela est beaucoup plus grave que vous ne le pensez. »

Dès lors, selon son biographe, « le comte de Virieu ne pouvait parler de la franc-maçonnerie qu’avec horreur. »

L’insigne de l’Ordre des Illuminati apparaît pour la première fois au verso des billets de un dollar américain en 1933. On peut lire, à la base de la pyramide à 13 étages, l’année 1776 (MDCCLXVI en chiffres romains). L’œil qui rayonne dans toutes les directions est l' »œil espion » qui symbolise l’agence terroriste, semblable à la Gestapo, créée par Weishaupt.

Les mots latins « ANNUIT COEPTIS » signifient « notre entreprise (conspiration) a été couronnée de succès. » Ci-dessous, « NOVUS ORDO SECLORUM » explique la nature de l’entreprise : un « nouvel ordre social » ou un « nouvel ordre mondial ».

1785 – Un coursier Illuminati nommé Lanze est frappé par la foudre et tué en voyageant à cheval dans la ville de Ratisbon. Lorsque les fonctionnaires bavarois examinent le contenu de ses sacoches, ils découvrent l’existence de l’Ordre des Illuminati et découvrent les plans détaillés de la Révolution française à venir.

Le gouvernement bavarois tente d’alerter le gouvernement français de l’imminence d’une catastrophe, mais le gouvernement français ne tient pas compte de cet avertissement. Les autorités bavaroises arrêtent tous les membres des Illuminati qu’ils peuvent trouver, mais Weishaupt et d’autres sont allés sous terre, et ne peuvent être retrouvés.

Résultat de recherche d'images pour "new world order"

1796 – La franc-maçonnerie devient un enjeu majeur dans l’élection présidentielle aux États-Unis. John Adams remporte l’élection en s’opposant à la maçonnerie, et son fils, John Quincy Adams, met en garde contre la grave menace que représentent les loges maçonniques pour la nation :

« Je crois consciencieusement et sincèrement que l’Ordre de la Franc-maçonnerie, sinon le plus grand, est l’un des plus grands maux moraux et politiques sous lesquels l’Union travaille actuellement. »

1797 – John Robison, professeur d’histoire naturelle à l’Université d’Edimbourg en Ecosse, publie un livre intitulé « Proofs of a Conspiracy » dans lequel il révèle qu’Adam Weishaupt avait tenté de le recruter. Il expose au monde les objectifs diaboliques des Illuminati.

1821 – George W. F. F. Hegel formule ce qu’on appelle la dialectique hégélienne – le processus par lequel les objectifs Illuminati sont atteints. Selon la dialectique hégélienne, thèse plus antithèse égale synthèse. En d’autres termes, vous fomentez d’abord une crise.

Ensuite, il y a un énorme tollé de protestations de la part de l’opinion publique, selon laquelle il faut faire quelque chose pour régler le problème. Vous proposez donc une solution qui apporte les changements que vous vouliez vraiment depuis le début, mais que les gens n’auraient pas voulu accepter au départ.

1828 – Le maire Amschel Rothschild, qui finance les Illuminati, exprime son mépris total pour les gouvernements nationaux qui tentent de réglementer les banquiers internationaux tels que lui :

« Permettez-moi d’émettre et de contrôler l’argent d’une nation, et je me fiche de qui écrit les lois. »

1848 – Moïse Mordecai Marx Levy, alias Karl Marx, écrit « Le Manifeste communiste ». Marx est membre d’une organisation de front Illuminati appelée la Ligue des Justes.

Image associée

Il prône non seulement des changements économiques et politiques, mais aussi des changements moraux et spirituels. Il estime que la famille devrait être abolie et que tous les enfants devraient être élevés par une autorité centrale. Il exprime son attitude envers Dieu en disant :

« Nous devons faire la guerre à toutes les idées dominantes de la religion, de l’État, du pays, du patriotisme. L’idée de Dieu est la clef de voûte d’une civilisation pervertie. Il doit être détruit. »

22 janvier 1870 – Dans une lettre adressée au dirigeant révolutionnaire italien Giuseppe Mazzini, Albert Pike – Souverain Grand Commandeur de la juridiction sudiste du rite écossais de la franc-maçonnerie – annonce la création d’une société secrète dans une société secrète :

« Nous devons créer un super rite, qui restera inconnu, auquel nous appellerons ces francs-maçons de haut degré que nous allons sélectionner. En ce qui concerne nos frères de Maçonnerie, ces hommes doivent s’engager au secret le plus strict. Par ce rite suprême, nous gouvernerons toute la Franc-maçonnerie qui deviendra le seul centre international, le plus puissant car sa direction sera inconnue. »

Cette organisation ultra-secrète s’appelle The New and Reformed Paladian Rite. (C’est pourquoi environ 95 % des hommes impliqués dans la maçonnerie n’ont aucune idée de ce que sont les objectifs de l’organisation. Ils ont l’illusion que ce n’est qu’un bon organisme communautaire qui fait du bon travail.)

1875 – L’occultiste russe Helena Petrovna Blavatsky fonde la Société Théosophique. Madame Blavatsky affirme que les saints Tibétains de l’Himilaya, qu’elle appelle les Maîtres de la Sagesse, ont communiqué avec elle par télépathie à Londres. Elle insiste sur le fait que les chrétiens ont tout à l’envers – que Satan est bon et que Dieu est mauvais. Elle écrit :

« Les chrétiens et les scientifiques doivent respecter leurs supérieurs indiens. La Sagesse de l’Inde, sa philosophie et ses réalisations doivent être connues en Europe et en Amérique. »

1884 – La Fabian Society est fondée en Grande-Bretagne pour promouvoir le socialisme. La Fabian Society tire son nom du général romain Fabius Maximus, qui a combattu l’armée d’Hannibal dans de petites escarmouches débilitantes, plutôt que de tenter une bataille décisive.

14 juillet 1889 – Albert Pike donne des instructions aux 23 Conseils Suprêmes du monde. Il révèle qui est le véritable objet du culte maçonnique :

« A vous, Souverains Grands Instructeurs Généraux, nous disons ceci, afin que vous puissiez le répéter aux Frères des 32e, 31e et 30e degrés : La religion maçonnique devrait être, par tous les initiés des hauts degrés, maintenue dans la pureté de la doctrine luciférienne. »

1890-1896 – Cecil Rhodes, un étudiant enthousiaste de John Ruskin, est premier ministre de l’Afrique du Sud, une colonie britannique à l’époque. Il est capable d’exploiter et de contrôler la richesse en or et en diamants de l’Afrique du Sud.

Il s’efforce de placer toutes les parties habitables du monde sous la domination d’une élite dirigeante. À cette fin, il utilise une partie de sa vaste fortune pour créer les fameuses bourses Rhodes.

1893 – La Theosophical Society parraine un Parlement des religions du monde qui se tient à Chicago. Le but de la convention est d’introduire les concepts hindous et bouddhistes, tels que la croyance en la réincarnation, en Occident.

1911 – Le Socialist Party of Great Britain publie une brochure intitulée « Socialism and Religion » dans laquelle il expose clairement sa position sur le christianisme :

« C’est donc une vérité profonde que le socialisme est l’ennemi naturel de la religion. Un chrétien-socialiste est en fait un antisocialiste. Le christianisme est l’antithèse du socialisme. »

1912 – Le colonel Edward Mandell House, un proche conseiller du président Woodrow Wilson, publie « Phillip Dru : « Administrateur », dans lequel il promeut « le socialisme tel que Karl Marx en a rêvé. »

3 février 1913 – Le 16e amendement à la Constitution des États-Unis, qui permet au gouvernement fédéral d’imposer un impôt progressif sur le revenu, est ratifié. Le Planche #2 du « Manifeste communiste » avait appelé à un impôt progressif sur le revenu. (Au Canada, l’impôt sur le revenu est introduit en 1917, comme « mesure temporaire » pour financer l’effort de guerre.)

1913 – Le président Woodrow Wilson publie « The New Freedom » dans lequel il révèle :

« Depuis mon entrée en politique, on me confie principalement les opinions des hommes en privé. Certains des plus grands hommes aux États-Unis, dans le domaine du commerce et de la fabrication, ont peur de quelqu’un, ont peur de quelque chose. Ils savent qu’il y a un pouvoir quelque part si organisé, si subtil, si vigilant, si imbriqué, si complet, si omniprésent, qu’il vaut mieux qu’ils ne parlent pas au-dessus de leur souffle quand ils le condamnent. »

23 décembre 1913 – Création de la Réserve fédérale (qui n’est ni fédérale ni une réserve – il s’agit d’une institution privée). Il a été planifié lors d’une réunion secrète en 1910 à Jekyl Island, en Géorgie, par un groupe de banquiers et de politiciens, dont le colonel House.

Cela transfère le pouvoir de créer de l’argent du gouvernement américain à un groupe privé de banquiers. La Federal Reserve Act est adoptée à la hâte juste avant les vacances de Noël. Le député Charles A. Lindbergh Sr (père du célèbre aviateur) prévient :

« Cet acte établit la confiance la plus gigantesque du monde. Quand le Président signera cet acte, le gouvernement invisible par le pouvoir de l’argent, dont l’existence a été prouvée par l’enquête du Money Trust, sera légalisé. »

1916 – Trois ans après avoir signé la loi sur la Réserve fédérale, le président Woodrow Wilson observe :

« Je suis un homme très malheureux. J’ai involontairement ruiné mon pays. Une grande nation industrielle est contrôlée par son système de crédit. Notre système de crédit est concentré. La croissance de la nation, donc, et toutes nos activités sont entre les mains de quelques hommes. Nous sommes devenus l’un des gouvernements les plus mal gouvernés, l’un des plus complètement contrôlés et dominés dans le monde civilisé. Ce n’est plus un gouvernement d’opinion libre, ce n’est plus un gouvernement de conviction et le vote de la majorité, mais un gouvernement d’opinion et de contrainte d’un petit groupe d’hommes dominants. »

1917 – Avec l’aide des financiers de New York et de Londres, V. I. Lénine est en mesure de renverser le gouvernement de la Russie. Lénine commente plus tard la contradiction apparente des liens entre les capitalistes éminents et le communisme :

« Il existe aussi une autre alliance – à première vue étrange, surprenante – mais si l’on y pense, en fait, elle est bien ancrée et facile à comprendre. C’est l’alliance entre nos dirigeants communistes et vos capitalistes. »

Tu te souviens de la dialectique hégélienne ?

30 mai 1919 – D’éminentes personnalités britanniques et américaines fondent le Royal Institute of International Affairs en Angleterre et l’Institute of International Affairs aux États-Unis lors d’une réunion organisée par le colonel House, à laquelle participent divers socialistes Fabian, dont le célèbre économiste John Maynard Keynes.

1920 – Le Britannique Winston Churchill reconnaît le lien entre les Illuminati et la révolution bolchevique en Russie. Il observe :

« De Spartacus-Weishaupt à Karl Marx, en passant par Trotsky, Bela Kun, Rosa Luxembourg et Emma Goldman, cette conspiration mondiale pour le renversement de la civilisation et pour la reconstitution de la société sur la base du développement arrêté, de la malveillance jalouse et de l’égalité impossible, n’a fait que croître. Il a joué un rôle tout à fait reconnaissable dans la tragédie de la Révolution française. Elle a été le moteur de tout mouvement subversif au cours du XIXe siècle, et aujourd’hui enfin, cette bande de personnalités extra-ordinaires du monde souterrain des grandes villes d’Europe et d’Amérique ont pris le peuple russe par les cheveux de la tête et sont devenus pratiquement les maîtres incontestés de cet immense empire. »

1920-1931 – Louis T. McFadden est président du Comité des banques et de la monnaie de la Chambre des communes. En ce qui concerne la Réserve fédérale, le membre du Congrès McFadden note :

« Lorsque la Federal Reserve Act a été adoptée, le peuple de ces États-Unis n’avait pas l’impression qu’un système bancaire mondial était en train d’être mis en place ici. Un super-État contrôlé par des banquiers internationaux et des industriels internationaux agissant ensemble pour asservir le monde pour leur propre plaisir. Tous les efforts ont été faits par la Fed pour dissimuler ses pouvoirs, mais la vérité est que la Fed a usurpé le gouvernement. Il contrôle tout ici, et il contrôle toutes nos relations extérieures. Il fait et brise les gouvernements à volonté. » En ce qui concerne la Grande Dépression et l’acceptation par le pays du New Deal de la FDR, affirme-t-il : « Ce n’était pas un accident. C’était un événement soigneusement inventé. Les banquiers internationaux ont cherché à créer un état de désespoir pour qu’ils puissent émerger comme les dirigeants de nous tous. »

1921 – Le colonel House réorganise la branche américaine de l’Institute of International Affairs au sein du Council on Foreign Relations (CFR). (Au cours des 60 dernières années, 80 % des postes les plus élevés de chaque administration – qu’elle soit démocrate ou républicaine – ont été occupés par des membres de cette organisation.)

Image associée

15 décembre 1922 – Le CFR soutient le gouvernement mondial dans sa revue « Affaires étrangères ». L’auteur Philip Kerr déclare :

« Il est évident qu’il n’y aura ni paix ni prospérité pour l’humanité tant que la terre restera divisée en 50 ou 60 États indépendants, jusqu’à ce qu’un système international quelconque soit créé. Le vrai problème aujourd’hui est celui du gouvernement mondial. »

1928 – « The Open Conspiracy : Blue Prints for a World Revolution » de H. G. Wells est publié. Un ancien Fabian socialiste, Wells écrit :

« Le monde politique de la conspiration ouverte doit affaiblir, effacer, incorporer et remplacer les gouvernements existants. La conspiration ouverte est l’héritière naturelle de l’enthousiasme socialiste et communiste ; elle peut prendre le contrôle de Moscou avant de prendre le contrôle de New York. Le caractère de l’Open Conspiracy s’affiche alors clairement. Ce sera une religion mondiale. »

1933 – « The Shape of Things to Come » de H. G. Wells est publié. Wells prédit une seconde guerre mondiale vers 1940, issue d’un conflit germano-polonais. Après 1945, il y aurait un manque croissant de sécurité publique dans les zones « criminellement infectées ».

Le plan pour l' »État du monde moderne » allait réussir à sa troisième tentative, et sortir de quelque chose qui s’est produit à Bassorah, en Irak. Le livre dit aussi :

« Bien que le gouvernement mondial soit venu depuis quelques années, bien qu’il ait été craint et murmuré à l’infini, il n’a trouvé aucune opposition nulle part. »

21 novembre 1933 – Dans une lettre au colonel Edward M. House, le président Franklin Roosevelt écrit :

« La vérité, comme vous et moi le savons, c’est qu’un élément financier dans les grands centres appartient au gouvernement depuis l’époque d’Andrew Jackson. »

Mars 1942 – Un article de la revue « TIME » fait la chronique du Conseil fédéral des Eglises (qui deviendra plus tard le Conseil national des Eglises, qui fait partie du Conseil oecuménique des Eglises), prêtant son poids aux efforts pour établir une autorité mondiale.

Une réunion des hauts fonctionnaires du conseil se prononce en faveur de :

1) un gouvernement mondial de pouvoirs délégués ;
2) de fortes limitations immédiates à la souveraineté nationale ;
3) le contrôle international de toutes les armées et marines.

Des représentants (375 d’entre eux) d’une trentaine de confessions affirment qu' »un nouvel ordre de vie économique est à la fois imminent et impératif » – un nouvel ordre qui viendra certainement soit « par une coopération volontaire dans le cadre de la démocratie soit par une révolution explosive ».

Image associée

28 juin 1945 – Le président américain Harry Truman appuie le gouvernement mondial dans un discours :

« Il sera aussi facile pour les nations de s’entendre dans une république du monde que pour nous dans une république des États-Unis. »

24 octobre 1945 – Entrée en vigueur de la Charte des Nations Unies. Également le 24 octobre, le sénateur Glen Taylor (D-Idaho) présente la résolution 183 du Sénat, demandant au Sénat des États-Unis de se prononcer publiquement en faveur de la création d’une république mondiale, y compris une force de police internationale.

7 février 1950 – James Warburg, financier international et membre de la CFR, devant un sous-comité sénatorial des relations étrangères :

« Nous aurons un gouvernement mondial, que vous le vouliez ou non, par conquête ou par consentement. »

9 février 1950 – Le Sous-comité sénatorial des relations étrangères présente la résolution parallèle no 66 du Sénat qui commence :

« Considérant que, pour parvenir à la paix et à la justice universelles, la présente Charte des Nations Unies doit être modifiée afin d’établir une véritable constitution de gouvernement mondial. »

1952 – L’Association mondiale des parlementaires pour un gouvernement mondial dresse une carte destinée à illustrer comment les troupes étrangères occuperaient et surveilleraient les six régions dans lesquelles les États-Unis et le Canada seront divisés dans le cadre de leur plan gouvernemental mondial.

1954 – Le prince Bernhard des Pays-Bas fonde les Bilderbergers : des politiciens et des banquiers internationaux qui se rencontrent en secret chaque année.

1961 – Le département d’État américain publie le document 7277, intitulé « Freedom From War : The U.S. Program for General and Complete Disarmament in a Peaceful World ».

Il détaille un plan en trois étapes pour désarmer toutes les nations et armer l’ONU avec l’étape finale au cours de laquelle  » aucun État n’aurait le pouvoir militaire de contester la Force de paix de l’ONU progressivement renforcée « .

1966 – Le professeur Carroll Quigley, mentor de Bill Clinton à l’Université de Georgetown, écrit un ouvrage de grande envergure intitulé « Tragédie et espoir » dans lequel il déclare :

« Il existe et existe depuis une génération, un réseau international qui fonctionne, dans une certaine mesure, de la manière dont la droite radicale croit que les communistes agissent. En fait, ce réseau, que l’on peut qualifier de Groupes de tables rondes, n’a aucune aversion à coopérer avec les communistes, ou tout autre groupe, et il le fait fréquemment. Je connais le fonctionnement de ce réseau parce que je l’ai étudié pendant vingt ans et qu’on m’a permis pendant deux ans, au début des années 1960, d’examiner ses documents et ses dossiers secrets. Je n’ai aucune aversion pour elle ou pour la plupart de ses objectifs, et j’ai, pendant une grande partie de ma vie, été proche d’elle et de nombre de ses instruments. Je me suis opposé, par le passé et récemment, à certaines de ses politiques, mais en général, ma principale divergence d’opinion est qu’il souhaite rester inconnu, et je crois que son rôle dans l’histoire est assez important pour être connu. »

Avril 1972 – Dans son discours d’ouverture devant l’Association for Childhood Education International, Chester M. Pierce, professeur d’éducation et de psychiatrie à la faculté de médecine de l’Université Harvard, proclame :

« Chaque enfant américain qui entre à l’école à l’âge de cinq ans est fou parce qu’il vient à l’école avec certaines allégeances envers nos pères fondateurs, envers ses parents, envers une croyance en un être surnaturel. C’est à vous, professeurs, de soigner tous ces enfants malades en créant l’enfant international du futur. »

Juillet 1973 – David Rockefeller, banquier international et membre convaincu du Conseil subversif des relations extérieures, fonde une nouvelle organisation appelée Commission trilatérale, dont le but officiel est « d’harmoniser les relations politiques, économiques, sociales et culturelles entre les trois grandes régions économiques du monde » (d’où le nom de « Trilatérale »).

Il invite le futur président Jimmy Carter à devenir l’un des membres fondateurs. Zbigniew Brzezinski est le premier directeur de l’organisation.

Il y a trois grandes zones économiques dans le monde : Europe, Amérique du Nord et Extrême-Orient (Japon, Corée du Sud, Taiwan, etc.).

Si, sous prétexte de devoir unir leurs forces pour faire face à la concurrence économique avec les deux autres régions économiques, les pays membres de chacune de ces trois régions décident de fusionner en un seul pays, formant trois super-États, alors le gouvernement mondial sera presque achevé.

Comme les socialistes de Fabian, ils atteignent leur but ultime (un gouvernement mondial) étape par étape.

Cet objectif est presque atteint en Europe avec l’Acte unique européen (Traité de Maastricht) qui a été mis en œuvre en 1993, obligeant tous les pays membres de la Communauté européenne à abolir leurs barrières commerciales et à remettre leurs politiques monétaires et fiscales aux technocrates de la Commission européenne à Bruxelles, Belgique.

En janvier 2002, tous ces pays européens ont abandonné leurs monnaies nationales pour n’avoir qu’une seule monnaie commune, l' »euro ». En outre, le traité de Nice a retiré davantage de pouvoirs aux pays pour les céder à la Commission européenne.

Ce qui a commencé innocemment en 1952 sous le nom de CEE (Communauté économique européenne, autorité commune de régulation de l’industrie du charbon et de l’acier entre les nations européennes), est finalement devenu un super-État européen.

Jean Monnet, économiste socialiste français et fondateur de la CEE, avait cela à l’esprit lorsqu’il a dit : « L’union politique suit inévitablement l’union économique. » Il a aussi dit en 1948 :

« La création d’une Europe unie doit être considérée comme une étape essentielle vers la création d’un monde uni. »

En ce qui concerne la zone nord-américaine, la fusion de ses pays membres est en bonne voie avec l’adoption du libre-échange entre le Canada et les États-Unis, puis le Mexique.

Au cours des prochaines années, cet accord de libre-échange est censé inclure également l’ensemble de l’Amérique du Sud et de l’Amérique centrale, avec une monnaie unique pour tous.

Le président mexicain Vucente Fox a déclaré le 6 mai 2002 à Madrid :

« Finalement, notre objectif à long terme est d’établir avec les États-Unis, mais aussi avec le Canada, notre autre partenaire régional, un ensemble de liens et d’institutions semblables à ceux créés par l’Union européenne.

1973 – Le Club de Rome, un agent de l’ONU, publie un rapport intitulé « Regionalized and Adaptive Model of the Global World System ». Ce rapport divise le monde entier en dix royaumes.

1979 – La FEMA, l’Agence fédérale de gestion des situations d’urgence, est dotée de pouvoirs considérables. Elle a le pouvoir, en cas d' »urgence nationale », de suspendre des lois, de déplacer des populations entières, d’arrêter et de détenir des citoyens sans mandat et de les détenir sans jugement.

Il peut saisir des biens, des vivres, des systèmes de transport, et peut suspendre la Constitution.

Non seulement c’est l’entité la plus puissante des États-Unis, mais elle n’a même pas été créée par le Congrès en vertu du droit constitutionnel. C’était le produit d’un décret présidentiel.

Un décret exécutif devient loi par la simple signature du président des États-Unis ; il n’a même pas besoin d’être approuvé par les représentants ou les sénateurs au Congrès.

Un état d' »urgence nationale » peut être une attaque terroriste, une catastrophe naturelle ou un krach boursier, par exemple. Voici quelques décrets associés à la FEMA qui suspendent la Constitution et la Déclaration des droits.

Ces décrets exécutifs sont en vigueur depuis près de 30 ans et pourraient être promulgués d’un trait de plume présidentiel :

10995 : Droit de saisir tous les moyens de communication aux États-Unis.

10997 : Droit de saisir toute l’énergie électrique, les combustibles et les minéraux, tant publics que privés.

10999 : Droit de saisir tous les moyens de transport, y compris les véhicules personnels de toute nature, et le contrôle total des autoroutes, ports maritimes et voies navigables.

11000 : Droit de s’emparer de tout le peuple américain et de diviser les familles afin de créer des forces de travail qui seront transférées là où le gouvernement le jugera bon.

11001 : Droit de saisir toutes les installations sanitaires, éducatives et sociales, publiques et privées.

11002 : Droit de forcer l’enregistrement de tous les hommes, femmes et enfants aux États-Unis.

11003 : Droit de saisir tout l’espace aérien, les aéroports et les aéronefs.

11004 : Droit de saisir toutes les autorités chargées du logement et des finances afin d’établir des « zones désignées pour la réinstallation » et de forcer l’abandon des zones classées comme « dangereuses ».

11005 : Droit de saisir tous les chemins de fer, les voies navigables intérieures et les installations de stockage, tant publiques que privées.

11921 : Autorise les plans visant à établir un contrôle gouvernemental des salaires et des traitements, du crédit et des flux monétaires dans les institutions financières américaines.

1991 – Le président George Bush père fait l’éloge du nouvel ordre mondial dans un message sur l’état de l’Union :

« Ce qui est en jeu, c’est plus qu’un petit pays ; c’est une grande idée – un nouvel ordre mondial… pour réaliser les aspirations universelles de l’humanité… fondées sur des principes communs et l’état de droit… L’illumination de mille points lumineux… Les vents du changement sont avec nous maintenant.

(La théosophe Alice Bailey a utilisé la même expression – « points de lumière » – pour décrire le processus de l’éveil occulte.)

Juin 1991 – Les dirigeants mondiaux sont réunis pour une autre réunion à huis clos de la Société Bilderberg à Baden Baden Baden, Allemagne. Lors de cette réunion, David Rockefeller a déclaré dans un discours :

« Nous sommes reconnaissants au Washington Post, au New York Times, au Time Magazine et à d’autres grandes publications dont les directeurs ont assisté à nos réunions et respecté leurs promesses de discrétion pendant près de quarante ans. Il nous aurait été impossible de développer notre plan pour le monde si nous avions été soumis aux lumières de la publicité pendant ces années. Mais le monde est maintenant plus sophistiqué et prêt à marcher vers un gouvernement mondial. La souveraineté supranationale d’une élite intellectuelle et des banquiers mondiaux est certainement préférable à l’autodétermination nationale pratiquée dans les siècles passés. »

29 octobre 1991 – David Funderburk, ancien ambassadeur des États-Unis en Roumanie, devant un auditoire de la Caroline du Nord :

« George Bush s’entoure de gens qui croient en un gouvernement mondial. Ils croient que le système soviétique et le système américain convergent. »

21 mai 1992 – Dans une allocution à la réunion de l’organisation Bilderberger à Evian, France, l’ancien Secrétaire d’Etat Henry Kissinger déclare :

« Aujourd’hui, les Américains seraient outrés si les troupes de l’ONU entraient à Los Angeles pour rétablir l’ordre ; demain, ils seront reconnaissants ! C’est particulièrement vrai si on leur a dit qu’il y avait une menace extérieure de l’au-delà, réelle ou promulguée, qui menaçait notre existence même. C’est alors que tous les peuples du monde supplieront les dirigeants du monde de les délivrer de ce mal. La seule chose que tout homme craint, c’est l’inconnu. Lorsqu’on leur présentera ce scénario, les droits individuels seront volontairement abandonnés pour la garantie de leur bien-être qui leur sera accordée par leur gouvernement mondial. »

20 juillet 1992 – Le magazine « TIME » publie « The Birth of the Global Nation » de Strobe Talbott, boursier Rhodes, colocataire de Bill Clinton à l’Université d’Oxford, directeur du CFR et trilatéraliste (et nommé secrétaire d’Etat adjoint par le Président Clinton), dans lequel il écrit :

« La souveraineté nationale telle que nous la connaissons sera obsolète ; tous les États reconnaîtront une seule autorité mondiale… Tous les pays sont fondamentalement des arrangements sociaux… Peu importe à quel point ils peuvent sembler permanents ou même sacrés à un moment donné, en fait ils sont tous artificiels et temporaires… La souveraineté nationale n’était peut-être pas une si grande idée après tout… Mais il a fallu les événements du siècle merveilleux et terrible pour convaincre le gouvernement mondial.

1993 – Un deuxième Parlement des religions du monde se tient à Chicago à l’occasion du 100e anniversaire du premier. Comme la première convention, celle-ci cherche à réunir toutes les religions du monde en « un tout harmonieux », mais elle veut les faire « fusionner de nouveau dans leur élément originel ».

Les croyances traditionnelles des religions monothéistes telles que le christianisme sont considérées comme incompatibles avec l' »allègement » individuel et doivent être radicalement modifiées.

18 juillet 1993 – Henry Kissinger, membre du CFR et trilatéraliste, écrit dans le « Los Angeles Times » au sujet de l’ALENA (Accord de libre-échange nord-américain) :

« Ce que le Congrès aura devant lui n’est pas un accord commercial conventionnel, mais l’architecture d’un nouveau système international… un premier pas vers un nouvel ordre mondial. »

1994 – Dans le Rapport mondial sur le développement humain, publié par le Programme des Nations Unies pour le développement, il y avait une section intitulée « Gouvernance mondiale pour le XXIe siècle ».

L’administrateur de ce programme a été nommé par Bill Clinton. Il s’appelle James Gustave Speth. La première phrase du rapport disait :

« Les problèmes de l’humanité ne peuvent plus être résolus par le gouvernement national. Ce qu’il faut, c’est un gouvernement mondial. Le meilleur moyen d’y parvenir est de renforcer le système des Nations Unies. »

3 mai 1994 – Le président Bill Clinton signe la Directive de décision présidentielle 25, puis la déclare classifiée pour que le peuple américain ne puisse voir ce qu’elle dit.

(Le résumé du PDD-25 distribué aux membres du Congrès nous dit qu’il autorise le Président à céder le contrôle des unités militaires américaines au commandement de l’ONU.)

23 septembre 1994 – Les mondialistes se rendent compte qu’à mesure que de plus en plus de gens commencent à comprendre ce qui se passe, ils n’ont qu’un temps limité pour mettre leurs politiques en œuvre. S’exprimant lors du dîner des ambassadeurs des Nations Unies, David Rockefeller remarque :

« Cette fenêtre d’opportunité actuelle, au cours de laquelle un ordre mondial véritablement pacifique et interdépendant pourrait être construit, ne sera pas ouverte trop longtemps… Nous sommes à la veille d’une transformation globale. Tout ce dont nous avons besoin, c’est d’une crise majeure, et les nations accepteront le nouvel ordre mondial. »

Mars 1995 – Les délégués de l’ONU se réunissent à Copenhague, au Danemark, pour discuter de diverses méthodes d’imposition des taxes mondiales aux peuples du monde.

Résultat de recherche d'images pour "new world order"

Sept. 1995 – Le magazine « Popular Science » décrit une installation très secrète de la marine américaine appelée HAARP (High-Frequency Active Auroral Research Program) dans l’État de l’Alaska.

Ce projet projette une puissante énergie radioélectrique dans la haute atmosphère terrestre. L’un des objectifs du programme est de développer la capacité à « manipuler le temps local » en utilisant les techniques développées par Bernard Eastlund.

(Le programme est en cours depuis 1990.)

27 septembre 1995 – Le Forum sur l’état du monde a eu lieu à l’automne de cette année, parrainé par la Fondation Gorbatchev située au Presidio à San Francisco.

Le président de la Fondation, Jim Garrison, préside la réunion des personnalités du monde entier, dont Margaret Thatcher, Maurice Strong, George Bush, Mikhail Gorbatchev et d’autres.

La conversation est centrée sur l’unité de l’humanité et le gouvernement mondial à venir. Toutefois, l’expression « gouvernement mondial » est désormais utilisée à la place de « nouvel ordre mondial », car ce dernier est devenu une responsabilité politique, un paratonnerre pour les opposants à un gouvernement mondial.

1996 – Publication du rapport des Nations Unies de 420 pages « Notre voisinage global ». Il esquisse un plan de « gouvernance mondiale », appelant à une « Conférence internationale sur la gouvernance mondiale » en 1998 afin de soumettre au monde les traités et accords nécessaires pour ratification d’ici l’an 2000.

2003 – Le monde est au bord d’une nouvelle guerre mondiale, l' » état d’urgence  » recherché par les monothéistes pour imposer la loi martiale et la puce électronique universelle sous la peau… Mais avec le changement global de conscience, ils n’auront plus le dernier mot !

Résultat de recherche d'images pour "new world order"

Et Maintenant, vous êtes surement né depuis cette date, je vous laisse faire votre analyse, l’intelligence artificielle, la division, consommation, écologie etc…

Article traduit par Dr.Mo7oG pour No Signal FOund // Tous droits réservés

Please follow and like us:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

RSS