Les grandes entreprises pharmaceutiques et toutes leurs putains dans le monde -

Les grandes entreprises pharmaceutiques et toutes leurs putains dans le monde

« Nous parlons de contrats privés qui ne relèvent pas du gouvernement. Nous parlons de troc local, et de l’émission de devises locales, de la mise en place de systèmes monétaires privés.

Cet article est une traduction du site Humansarefree

Pendant la Grande Dépression, de nombreux citoyens ont regardé autour d’eux et ont dit : « Nous avons encore des terres et de la nourriture, nous avons encore des marchandises. Rien n’a changé ici. Nous devons juste inventer une façon de faire du commerce entre nous ».

« On estime que, pendant la dépression des années 1930, il y avait 1500 systèmes monétaires privés en Amérique. » (Mes notes pour « The Underground »)

J’ai fait valoir mes arguments concernant la fausse pandémie. À plusieurs reprises maintenant.

Depuis le début – l’incapacité d’isoler, de purifier ou de découvrir un nouveau coronavirus par des procédures correctes.

Les tests de diagnostic sans signification et les numéros de cas sans signification. La propagande. L’utilisation du « virus » comme couverture pour dissimuler des crimes commis par des entreprises et des gouvernements de haut niveau.

Bien sûr, beaucoup de gens croient au virus COVID-19. Et parmi eux, certains ont cherché des traitements en dehors des limites de la certification gouvernementale.

C’est leur droit. Ils exercent leur liberté dans la gestion de leur propre santé. Ainsi, certains d’entre eux prennent de l’hydroxychloroquine (HCQ).

La FDA, qui certifie que tous les médicaments sont sûrs et efficaces avant leur mise sur le marché, n’a pas recommandé l’HCQ pour le traitement COVID. Elle a interdit le médicament à cette fin, en dehors des hôpitaux et des essais cliniques.

Le bilan de la FDA – que je documente depuis 25 ans – est un véritable spectacle d’horreur.

La première revue clé dont j’ai eu connaissance a été rédigée en 2000 par le Dr Barbara Starfield et publiée le 26 juillet de cette année-là dans le Journal of the American Medical Association.

Starfield a déclaré que, chaque année, les médicaments approuvés par la FDA tuent 106 000 Américains. Cela représente plus d’un million d’Américains par décennie.

Donc, compter sur la FDA pour décider si la HCQ est un médicament utile n’est pas une concession que certains Américains sont prêts à faire.

La pharmacie et tous ses alliés, sous-fifres et putains, se concentrent sur un gros lot pour le traitement COVID : les vaccins et les nouveaux médicaments antiviraux. La pharmacie ne veut pas de concurrence.

Elle ne veut absolument pas d’un paysage dans lequel toutes sortes de traitements alternatifs pour le COVID (ou toute autre maladie présumée) sont omniprésents et en liberté.

Nous assistons à de multiples actions de censure à travers les plateformes, lorsque les gens, y compris les médecins, parlent positivement de la HCQ.

Fauci est bien sûr très impliqué dans le camp pro-Pharma. Lui et Gates veulent qu’un vaccin à ARN soit mis sur le marché, par tous les moyens nécessaires. Ils veulent également que les médicaments antiviraux dominent le traitement COVID.

Un lecteur très perspicace a expliqué l’avenir de ces nouveaux médicaments antiviraux (toxiques) prévu par la Pharma. Et pas seulement pour COVID.

Jusqu’à présent, il n’y a eu que très peu de progrès dans la mise sur le marché de médicaments spécifiquement conçus pour traiter les virus. C’est une grande opportunité pour la Pharma.

Ils envisagent une opération de mille milliards de dollars qui portera les antiviraux (pour le traitement de tous les virus) au niveau, par exemple, des antibiotiques, qui sont utilisés contre les bactéries. COVID serait simplement la première « percée » majeure.

Nous avons donc une guerre en cours. La QCS et d’autres modalités alternatives contre les vaccins et les antiviraux. La pharmacie ne veut pas perdre cette bataille. Ce serait désastreux.

Je ne vante pas la QHC. Je le dis comme ça : si beaucoup de gens sont convaincus, ou le deviennent, que la HCQ est un médicament de choix, et s’ils croient qu’elle les aide, alors une rébellion majeure contre la Pharma et la FDA et ses homologues dans le monde entier prend son envol. Elle s’envole. Et cela encourage l’utilisation d’autres alternatives sur lesquelles Pharma ne fait aucun profit.

La santé dite naturelle et la médecine alternative sont en plein essor depuis les années 1980. Une nouvelle escalade enverrait de très graves ondes de choc dans l’industrie pharmaceutique.

M. Fauci en est bien conscient. Il défend l’industrie de toutes les manières possibles. Trump, avec ses déclarations en faveur de la HCQ, est devenu une menace majeure à cet égard.

Lorsque vous voyez de nouveaux rapports sur la montée en flèche du nombre de cas de COVID – une escroquerie que j’ai documentée de six façons depuis dimanche – vous n’êtes pas seulement témoin d’une stratégie planifiée pour maintenir la guerre contre l’économie et donc contre des milliards de personnes dont la vie est en jeu ; vous voyez aussi une justification pour pousser les antiviraux et les vaccins. Au profit de la pharmacie.

La dernière chose que l’industrie pharmaceutique souhaite, c’est que son propre cas d’escroquerie donne naissance à des épidémies sauvages de liberté sanitaire. Les gens quittent le nid. Des gens qui vont se faire soigner ailleurs.

Des personnes qui prennent des décisions concernant leurs propres traitements – c’est une affaire très sérieuse. Les gens devraient examiner la situation en profondeur avant de faire des choix.

Dans le cas de divers protocoles de QCS, ils devraient considérer : les niveaux de dosage ; le moment où le médicament serait administré (tôt ou tard) au cours de la maladie ; s’il y a une maladie nécessitant un traitement au départ ; si les gens peuvent avoir une hérédité qui pourrait rendre la QCS périlleuse ou même mortelle – ce sont là certaines des considérations pertinentes.

La FDA et la Pharma veulent être le premier et le dernier mot.

Life et Liberty disent qu’ils ne sont pas le premier et le dernier mot.

À cet égard, il y a un autre problème : les licences par rapport aux contrats. Le cartel médical, soutenu par les gouvernements, a établi des commissions médicales qui accordent des licences pour pratiquer la médecine.

Ces personnes spéciales, les médecins, se voient accorder le droit de traiter et de soigner les maladies. C’est une tentative de créer un monopole.

Il existe une autre voie : les contrats privés. Voici l’analogie que j’ai utilisée pour décrire cette situation. Deux adultes, Joe et Fred, concluent un accord. Joe dit qu’il a un problème de santé. Il sera le patient.

Fred sera le praticien. Fred a un puits sur sa propriété. Fred pense que l’eau a une qualité de guérison particulière. Il en donnera une partie (ou la vendra) à Joe, qui la boira pendant deux semaines.

Les deux hommes, dans leur contrat, conviennent qu’aucune responsabilité légale ne sera attachée au résultat. Ils sont tous deux responsables. Ils sont sains d’esprit. Ils n’ont pas besoin de l’autorisation du gouvernement pour signer ou exécuter leur contrat.

C’est tout en un mot.

Joe et Fred opèrent seuls. Ils ont ce droit naturel. Ils ont également le droit de se tromper – au cas où le traitement de l’eau ne fonctionnerait pas ou serait nocif.

Bien sûr, toutes sortes d’intervenants diront que cet arrangement est illégal et absurde. Les personnes qui s’immiscent dans les affaires des autres essaient toujours de limiter la liberté.

C’est leur croisade dans la vie. Ils ne peuvent pas supporter l’idée que les gens fassent leurs propres choix et décisions et en acceptent ensuite les conséquences.

Je ne dis pas que les gouvernements vont honorer de tels contrats. Les gouvernements sont les premiers à s’en mêler. Je dis que ces contrats (et pas seulement dans l’arène de la guérison) se situent en dehors des gouvernements. Ils sont de citoyen à citoyen. Ils sont antérieurs au gouvernement. Ils sont intrinsèquement plus réels que le gouvernement.

Article traduit par Dr.Mo7oG pour No Signal FOund

Source : HUMANSAREFREE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

RSS