Les «gilets jaunes» promettent une «France bloquée» samedi pour défier le gouvernement

AFP

AFP

Pris de vitesse par ce mouvement de défiance qui a essaimé en quelques semaines sur les réseaux sociaux, hors de tout cadre syndical ou politique, l’exécutif a tenté par tout moyens de le désamorcer.

«Que nos concitoyens, qui considèrent qu’aujourd’hui ils ne sont pas entendus, pas considérés, s’expriment et le disent: il faut le respecter, il faut l’entendre», a affirmé mercredi le président Emmanuel Macron, tout en disant «sa méfiance» face aux récupérations politiques.

Le Premier ministre Edouard Philippe a annoncé des mesures «d’accompagnement» pour atténuer la hausse des prix de l’énergie, tandis que le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner a, lui, joué la fermeté en assurant qu’aucun «blocage total» ne sera toléré.

Opération escargot sur le périphérique

Sans effet pour le moment: plus de 700 actions visant à perturber ou bloquer les accès aux villes, les rocades et grands axes routiers (péages d’autoroutes, tunnels du Mont-Blanc et du Fréjus…), aéroports (Marseille, Bordeaux, Toulouse, Beauvais…) ou dépôts et raffineries de carburants (Donges, Fos-sur-Mer, Feyzin…) étaient répertoriées jeudi. Elles pourront prendre la forme de blocages, de barrages filtrants ou d’opérations escargot, comme sur le périphérique parisien où un cortège se déploiera avant de rejoindre l’Elysée.

«On ne pense pas aux gens qui sont en périphérie, en province, en zone rurale (…). On leur dit de se déplacer autrement mais la réalité, c’est pas ça. Ils n’ont pas d’autre choix que de payer», explique Priscillia Ludosky, à l’origine d’une pétition pour une baisse des prix à la pompe qui avait recueilli jeudi plus de 850.000 signatures.

« Il va falloir se battre »

Au fil du temps, l’opposition à la hausse des prix du carburant, première des revendications, s’est élargie à une contestation plus large de la politique du gouvernement et notamment des taxes qui grèvent le pouvoir d’achat.

«Il va falloir aller se battre le 17 novembre pour que nous, citoyens, on ait notre mot à dire dans l’avenir sur ce qui va se passer en France: les taxes, les lois, la gestion du gouvernement», affirmait cette semaine sur Facebook Eric Drouet, chauffeur routier à l’origine de la mobilisation.

L’ampleur soudaine prise par cette fronde, qui rappelle les «bonnets rouges» contre l’ecotaxe en 2013, a déconcerté. «Même si (ce mouvement) est irrationnel, c’est réel», a reconnu mardi Christophe Castaner.

Les «likes» de Facebook se traduiront-ils en milliers de participants sur les routes samedi?

Source : SUDINFO.BE

Please follow and like us:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

RSS