Les Gardiens de l'État de guerre -

Les Gardiens de l’État de guerre

Une analyse des secrétaires à la guerre et à la défense des États-Unis (dont le nom a été changé de secrétaire à la guerre à secrétaire à la défense en 1947) nous donne un aperçu de la nature des relations au sein du « complexe militaro-industriel ». Bien que ces secrétaires ne soient pas les seuls gardiens de l’État de guerre et de bien-être (et peut-être même pas les plus importants), ils jouent un rôle crucial dans la coordination entre les sociétés collectivistes, à la recherche de rente, et les partis politiques et leurs programmes largement sociaux-démocrates.

Sur 41 secrétariats depuis 1900, nous comptons 39 personnes, dont deux ont servi deux fois sous deux présidents distincts. Ces 39 secrétaires venaient de 19 États seulement. La grande majorité d’entre eux venaient de la côte atlantique. Il est frappant de constater que 41 pour cent de ces secrétaires à la défense et à la guerre venaient de seulement trois États : New York, Pennsylvanie et Ohio. En élargissant un peu notre réseau géographique, nous obtenons les deux tiers des secrétaires. Certes, ces trois États étaient très peuplés, mais pour l’ensemble de la période, leur pourcentage moyen de la population américaine serait inférieur à 20 pour cent. De plus, très peu venaient des grandes villes. Les secrétaires de New York étaient beaucoup plus susceptibles de venir de Clinton (Elihu Root) ou de Glen Falls (Robert Patterson) que de New York. Il s’agissait principalement d’enfants de petites villes de l’ouest de la Pennsylvanie, du nord de l’État de New York et des districts voisins.

Peut-être moins surprenant, 52 pour cent ont fréquenté les institutions de l’Ivy League (certains d’entre eux seulement les écoles professionnelles à l’Ivies). Parmi les Ivy Leaguers, 11 étaient des secrétaires républicains, 10 démocrates. Pourtant, malgré l’élite de l’éducation, la plupart des secrétaires venaient de la classe moyenne et, dans plusieurs cas, de milieux nettement inférieurs de la classe moyenne.

Pas tous, bien sûr. Robert Lovett (sous Truman) était un descendant de l’argent de l’Union Pacific (donc lié à un couple d’empires bancaires). Elliott Richardson (sous la direction de Nixon) était issu d’une famille de Boston Brahmins au sang bleu. William Howard Taft (sous la direction de Theodore Roosevelt) était issu de la puissante famille Taft de l’Ohio de Cincinnati.

Leurs biographies montrent que, du moins en résumé, même les plus atypiques des 39 ne s’éloignent pas trop du portrait suivant, une sorte de secrétaire de guerre de type idéal.

Notre modèle de secrétaire à la guerre ou à la défense est une personne de l’ouest de la Pennsylvanie. Il vient d’une classe moyenne solide qui permet à ce garçon brillant et travailleur d’obtenir une éducation en Ivy League, très probablement à Yale. Il écrit ou édite l’une des publications du collège. Depuis que notre homme est à Yale, il est recherché par une société secrète, et il entre, disons, dans Skull and Bones (le plus fréquent, bien que d’autres soient représentés), côtoyant là les familles et les fortunes d’élite.

S’il y a une guerre après l’université, notre homme fera un court séjour dans l’armée. Il étudiera ensuite le droit à Harvard, puis travaillera pour un cabinet d’avocats ou une banque d’investissement. Entrer dans la politique étatique ou nationale, il occupera plusieurs postes législatifs ou exécutifs.

Notre homme idéal – et ce sont tous des hommes – serait certainement au Conseil des relations étrangères (après 1922). Après avoir servi pendant trois ou quatre ans comme secrétaire à la guerre ou à la défense, notre homme reviendra aux « affaires », presque certainement à la banque d’investissement. (C’est vrai dans presque tous les cas, même pour ceux qui n’étaient pas banquiers avant.) Il a également été membre d’un grand nombre de conseils d’administration, a occupé des postes consultatifs et a entretenu d’autres liens avec l’industrie de l’armement. Et il serait en contact avec les mondes des deux groupes de travail gouvernementaux et des grandes fondations libres d’impôt (Fondation Ford, Rand, etc.) et entretiendrait des liens étroits avec Lehman Brothers, Morgan, Jacob Schiff et Goldman Sachs.

Maintenant, laissez-moi vous dire qu’il y a beaucoup de variations accidentelles dans la piscine. Intéressants, en plus. Un secrétaire à la guerre avait deux descendants (petit-fils et arrière-petite-fille) qui seraient mis en nomination pour un prix académique (George Dern, un des secrétaires de guerre de la FDR). Un secrétaire de la défense a servi deux fois et entre-temps a rejoint les grandes entreprises pharmaceutiques et a obtenu avec succès l’approbation de l’aspartame (Rumsfeld) par la FDA. Un secrétaire à la guerre a créé la Coupe Davis en tennis (Davis). Deux secrétaires étaient auparavant colocataires de l’université (Rumsfeld et Carlucci). Et l’un des secrétaires de guerre de Roosevelt était un strict non-interventionniste (Woodring) !

Comme nous l’avons mentionné, seuls quelques-uns des secrétaires venaient de l’argent et des privilèges anciens : en général, ces hommes ne sont pas les maîtres des marionnettes banquières obscures ni les capitalistes vicieux de l’imagination, mais plutôt les fils de fermiers, d’avocats de petites villes et d’instituteurs dont les ambitions les ont conduits à des postes influents. En effet, certains ont exercé une influence énorme sur les politiques : pensons à Stimson, McNamara et Rumsfeld, par exemple. Certains beaucoup moins. Il n’y avait pas de vrais Metternichs ou Richelieus parmi eux, pas de « cochers d’Europe » pour ainsi dire. Ils étaient plutôt de hauts fonctionnaires de l’État de guerre et de bien-être. Et, il faut le dire, des individus travailleurs, intelligents et capables.

Tout ce travail acharné a été consacré à l’acquisition de matériel de guerre, à son approvisionnement auprès des sources privilégiées, à la mise sur pied d’organisations de défense américaines afin de mettre en œuvre les plans militaires du président et de ses conseillers. Peut-être même s’assurer que les destructions infligées seraient telles que la reconstruction rapporterait des bénéfices aux secteurs et aux entreprises les plus favorisés par la suite. Ces secrétaires fournissent certainement l’un des liens sécurisés entre la politique et les niveaux supérieurs de prise de décision des « sages ».

Je suggère que ce profil spécifique peut être crucial pour le processus politique de négociation d’accords entre les parties, l’administration, la haute finance, l’armée et la fabrication d’armes – en substance le complexe militaro-industriel. L’imperium moderne, pas moins que l’état du Roi Soleil, a besoin de gestionnaires hautement qualifiés, au tempérament égal et à la loyauté totale. La « démocratie » d’aujourd’hui – en partie du théâtre, en partie de la thérapie, en partie de l’oligarchie – peut servir de bizarreries et d’originaux comme secrétaires d’État, sénateurs et présidents. Mais les secrétaires à la défense, machines cruciales de l’État de guerre perpétuelle, sont des pièces finement affinées d’une marque spécifique.

Entre parenthèses, et sans attribuer de signification particulière, j’observe une tendance à la différence de style partisane entre nos ministres de la défense. Le parti démocrate a eu tendance à choisir un peu plus de secrétaires désynchronisés que le parti républicain. De plus, quelques autres secrétaires démocrates venaient de l’extérieur du Triangle des Bermudes (de New York, de Pennsylvanie et de l’Ohio) des secrétaires de guerre.

D’autre part, il est également vrai que la défense est la position du cabinet qui traverse probablement le plus souvent les lignes de parti, comme dans le cas du secrétaire Hagel. Il est clair que, parfois, ces tuteurs sont tout simplement interchangeables.

Les deux partis politiques ont bien sûr servi de front à l’élite de l’État, au système de l’État de guerre et de bien-être. L’apparition de tensions entre les deux parties en matière de guerre a été théâtrale à bien des égards, bien que de nombreux participants soient, sans aucun doute, de vrais croyants. Pourtant, ces idées doivent être transmises dans le contexte d’une véritable activité guerrière agressive des deux parties lorsqu’elles sont au pouvoir.

L’interface indispensable entre les partis, les entreprises et les élites est gardée par une classe spéciale de loyalistes, généralement des individus extrêmement brillants, de statut familial et social modeste, choisis par l’élite étatique pour faire ce travail, puis récompensés en conséquence. Quand on regarde ces hommes et ces fonctions, il est difficile d’imaginer comment il pourrait en être autrement.

Hunt Tooley est président du département d’histoire de l’Austin College. Il a obtenu son doctorat en histoire à l’Université de Virginie. Il est l’auteur de The Great War : Western Front et Home Front.

Ses articles et critiques ont paru dans des revues savantes comme History Teaching Review Yearbook, Canadian Review of Studies in Nationalism, The Independent Review, Central European History, Journal of Libertarian Studies, Quarterly Journal of Austrian Economics, American Historical Review et History : Critiques de Nouveaux Livres.

Cet article provient de Mises.org

Traduit par Dr.Mo7oG (toute reprise de cette traduction se doit de citer la source de cet article)

Source : ACTIVISTPOST

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

RSS