“Les femmes ne veulent plus ouvrir les jambes”: le chirurgien misogyne poursuivi

L’Institut pour l’égalité des femmes et des hommes (IEFH) va se porter partie civile contre le chirurgien plasticien Jeff Hoeyberghs, dont les propos sexistes tenus lors d’une conférence du KVHV, une association étudiante flamande conservatrice, ont suscité l’indignation.

« Les déclarations de Jeff Hoeyberghs incitent à la discrimination et à la haine contre les femmes. C’est la mission de l’institut d’intervenir », a fait savoir mercredi sa directrice adjointe, Liesbet Stevens. Le conseil social de l’université de Gand a quant à lui proposé la suspension provisoire du KVHV.

Les propos en cause remontent à la semaine dernière, lors d’une conférence à l’Université de Gand, où M. Hoeyberghs avait été invité par le KVHV. L’homme y a enchaîné les stéréotypes misogynes et haineux. « Les femmes veulent les privilèges de la protection masculine et de l’argent, mais elles ne veulent plus ouvrir les jambes », a-t-il par exemple lancé. « On ne peut pas traiter une femme sur un pied d’égalité sans devenir son esclave », a-t-il ajouté.

« Les scientifiques sont principalement des hommes. Chez les femmes, il y a toujours leurs émotions qui interviennent », a-t-il encore osé, entre autres plaidoyers contre les mères célibataires ou le mouvement #MeToo. Le chirurgien esthétique de Maaseik a aussi dit assumer interrompre ses collègues féminines lors de réunions scientifiques.

Suspension

  L’Université de Gand s’est clairement distanciée de ces déclarations, en “contradiction flagrante” avec ses valeurs, a réagi le recteur Rik Van de Walle. Celui-ci a demandé aux affaires étudiantes de l’université d’étudier une proposition de suspension temporaire du KVHV. La proposition a ensuite été soumise au conseil social, qui a donc conseillé mercredi de suspendre l’association pour quatre mois.

Pas de sexisme sur nos campus

"Les femmes veulent les mêmes privilèges que les hommes, mais elles ne veulent plus ouvrir leurs jambes" : voilà le genre de soirée que le cercle étudiant catholique d'extrême droite KVHV organise avec l'argent de l'université (c'est un cercle officiellement reconnu). La Campagne ROSA avait organisé une action de protestation aux portes de l'unif et a réalisé cette vidéo. Rdv vendredi 8h devant l’unif de Gand

Publiée par Campagne ROSA sur Mardi 10 décembre 2019

La décision définitive est attendue vendredi.

Nombreuses plaintes

Après leur diffusion sur les réseaux sociaux, l’IEFH a reçu plus d’un millier de plaintes. « C’est un signal clair que ces propos ne sont pas tolérables dans notre société », selon Liesbet Stevens. « Quand on décrit les femmes comme paresseuses et bêtes, on abaisse le seuil pour les discriminer. Quand on dit qu’elles doivent ouvrir les jambes, on abaisse le seuil pour les violer. Les propos misogynes et dénigrants de Jeff Hoeyberghs incitent à la haine contre les femmes, et contribuent à un climat de discrimination et de violence contre les femmes », analyse Mme Stevens.

En conséquence, l’IEFH a décidé d’agir en justice pour violation de la loi contre le sexisme dans l’espace public. 

Jeff Hoeyberghs a tenu des propos misogynes lors d'une conférence à l'Université de Gand la semaine dernière.
Jeff Hoeyberghs a tenu des propos misogynes lors d’une conférence à l’Université de Gand la semaine dernière. © Joel Hoylaerts / Photonews

Source : 7SUR7

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

RSS