Les chiens abandonnés en masse à cause du virus et des quarantaines

Quelque 2.000 personnes ont perdu la vie en Chine à cause du coronavirus, désormais sur toutes les lèvres. On dénombre également 78.000 contaminations dans le pays, et en marge du drame humain, les chiens sont malheureusement les victimes collatérales de l’épidémie chinoise. En effet, de peur de la contamination via les animaux ou car la quarantaine complique les soins, de très nombreux animaux ont été abandonnés.

Même si l’OMS garantit que les chiens ne transmettent pas le virus, de nombreux Chinois ont préféré jouer la “sécurité” et ont jeté leur animal de compagnie à la rue. Même sort pour les nombreux animaux dont les maîtres, malades ou contaminés, sont actuellement à l’hôpital ou en quarantaine et ne peuvent prendre soin d’eux.

Les bénévoles se relaient donc pour recueillir les milliers d’animaux de compagnie ainsi délaissés. Cela signifie, pour certains volontaires, qu’ils se retrouvent avec des dizaines de chiens et chats à leur domicile, faute de places dans les chenils. Quand ils ne les trouvent pas eux-mêmes errant en rue, les volontaires voient la police frapper à leur porte pour leur amener les animaux en détresse.

25 chiens et 28 chats dans son petit appartement

L’une d’entre eux, membre de l’association “Furry Angels Heaven” à Wuhan, accueille 35 chiens et 28 chats actuellement. Le nombre est ahurissant, et c’est pour cela qu’elle préfère garder l’anonymat: le propriétaire de son appartement, s’il apprend la nouvelle, pourrait la mettre à son tour à la porte. 

“L’avenir ne semble pas plus radieux”, regrette-t-elle. “Nous ne pouvons même pas les sortir et je crains que les réserves de nourriture pour chiens et chats soient bientôt épuisées”. Mais la plus grande crainte de la bénévole, c’est d’être contaminée par le coronavirus. “Cela signifierait que je ne pourrais plus m’occuper d’eux et que tous mes chats et chiens seraient euthanasiés par la police”, s’émeut-elle.

Appels à l’aide

Bien entendu, la plupart des maîtres veulent le meilleur pour leur animal de compagnie durant leur séjour à l’hôpital. Sur Weibo, un réseau social aussi populaire que Facebook en Chine, de nombreux propriétaires d’animaux appellent à l’aide. “Help, je vis à Ezhou et mon chat est prisonnier”, se plaint une internaute en quarantaine. “Je cherche une âme sensible à qui donner mon chat. Je suis prête à payer la personne qui s’occupera de lui. Partagez ce post svp”, écrit-elle, à l’instar de beaucoup d’autres.

Source : 7SUR7

Please follow and like us:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

RSS