Les camarades de promo de Macron promus dans les banques -

Les camarades de promo de Macron promus dans les banques

Les banques ont renouvelé leurs états-majors. En puisant notamment dans la promotion de l’Ena Senghor, celle d’Emmanuel Macron. 

Nicolas Namias et Sébastien Proto. Deux quadras aux dents longues issus de la promotion Senghor de l’Ena, celle d’Emmanuel Macron. L’un a été désigné dans l’urgence à la tête de Natixis (BPCE), l’autre monte une marche à la Société générale et est désormais considéré comme le probable successeur de Frédéric Oudéa, à la tête de la banque depuis 2008. Directeur financier de BPCE, Nicolas Namias fils et frère de célèbres journalistes a fait carrière dans le groupe issu de la fusion des Banques populaires et des Caisses d’épargne avec un aller-retour à Matignon sous Jean-Marc Ayrault a donc été bombardé au coeur de l’été à la tête de la banque d’investissement Natixis.

Natixis malmené 

« Son prédécesseur, apprécié et compétent, a clairement servi de fusible », explique le chasseur de tête Thierry Carlier Lacour (Traditions & Associés). Nommé DG il y a deux ans, Francois Riahi, lui aussi énarque, avait dû gérer plusieurs dossiers délicats, dont celui d’H2O, une structure intégrée à Natixis bien avant son arrivée qui a désagréablement surpris la place par ses contre-performances et ses méthodes de gestion. Les révélations du Financial Times sur cette affaire n’ont pas été sans conséquences, notamment sur la confiance des investisseurs. Alors que l’action BNP Paribas a perdu 11% de sa valeur en un an, la facture est trois fois plus lourde pour Natixis.

Source : CHALLENGE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *