L'encre invisible pourrait bientôt révéler si vos enfants ont été vaccinés (vidéo) -

L’encre invisible pourrait bientôt révéler si vos enfants ont été vaccinés (vidéo)

Si vous avez déjà perdu la notion de savoir si votre enfant a été vacciné ou non contre l’une des maladies dont les vaccins actuels sont censés empêcher la propagation, la science a quelque chose pour vous.

Grâce aux chercheurs du Massachusetts Institute of Technology (MIT), les données sur les vaccins peuvent maintenant être intégrées directement dans la peau humaine, comme l’indique Scientific American. Que demander de plus ?

La tenue de dossiers de vaccination précis est un défi dans le monde entier – en particulier dans le monde en développement – en raison de la perte de documents, d’erreurs de communication et d’écriture, ou tout simplement d’oublis. En fait, le Smithsonian Magazine rapporte que  » On pense qu’une tenue de dossiers incohérente joue un rôle important dans le 1,5 million de décès  » chaque année.

Mark Prausnitz, professeur de bio-ingénierie au Georgia Institute of Technology qui n’a pas participé à l’étude, a expliqué :

« Surtout dans les pays en développement où les dossiers médicaux ne sont pas aussi complets ou accessibles, il peut être utile d’avoir des informations médicales directement associées à une personne. »

Nancy Kass, une bioéthicienne de l’Université Johns Hopkins qui n’a pas participé à l’étude du MIT, a déclaré :

« Trouver comment mieux suivre la vaccination est incroyablement important du point de vue des systèmes de santé et de la santé publique. »

Les chercheurs utilisent un colorant invisible à l’œil nu mais visible avec un filtre de caméra de téléphone portable, un peu comme un code QR. Le colorant serait injecté dans la peau d’un enfant par des micro-aiguilles au moment de la vaccination et durerait jusqu’à cinq ans.

DSC_3163.jpg

Le nouveau système en est encore aux premiers stades de développement et n’a pas été testé sur des enfants réels, mais il a été utilisé avec succès sur de la peau de porc et de rat ainsi que sur de la peau humaine dans un plat.

Selon Ana Jaklenec, ingénieur en biochimie au MIT, le « plus grand défi » auquel les chercheurs ont été confrontés a été de trouver un colorant sûr et durable. Après avoir testé différents colorants et n’en avoir trouvé aucun qui résiste à la lumière du soleil, l’équipe de recherche s’est contentée de points quantiques. Ces minuscules cristaux semi-conducteurs ont d’abord été utilisés par les chercheurs pour marquer les cellules et  » se sont révélés sans danger pour l’homme « , selon le Scientific American.

M. Prausnitz a également souligné qu’un tel système doit être discret et que le patient, ou sa famille, doit être d’accord avec la méthode. Il estime que ce nouveau système  » est une façon assez intéressante d’atteindre ces objectifs « , mais que certains patients peuvent avoir des inquiétudes quant à la protection de leur vie privée lorsqu’il s’agit de  » transporter des renseignements médicaux personnels sur leur corps « .

« Des gens et des cultures différents vont probablement ressentir différemment le fait d’avoir un tatouage médical invisible. »

Klass a également souligné que ce système de tenue de dossiers  » pourrait être propice à des interprétations erronées et à des rumeurs « , en particulier dans les pays en développement qui ont toujours été exploités par les puissances médicales occidentales.

Mais il s’avère que la protection de la vie privée était en fait une préoccupation des chercheurs du MIT. Ils ont cherché à éviter les technologies qui risquaient de franchir la limite d’une atteinte à la vie privée, comme les scanners de l’iris ou les bases de données contenant des renseignements personnels qui rendraient les patients identifiables.

Bien qu’il ne faille pas beaucoup d’imagination pour voir où peuvent mener les données sur les vaccins incrustés dans la peau au moyen d’un colorant scannable. Peut-être qu’un jour nous verrons des scanners à lumière infrarouge aux entrées des bâtiments scolaires ou dans le cadre du processus d’atteinte à la vie privée de la TSA lors de ses déplacements.

Par ailleurs, Ruchit Nagar, étudiant à la Harvard Medical School, espère créer un système différent pour le suivi des informations médicales telles que les dossiers de vaccination. Ce système consiste à porter un collier qui utilise la même technologie que les puces d’identification par radiofréquence (RFID). Les informations telles que les antécédents de grossesse, les courbes de croissance et les dossiers de vaccination seraient codées et protégées par un mot de passe.

La Fondation Bill & Melinda Gates a financé les travaux du chercheur du MIT à la suite d’une demande directe de Bill Gates pour une telle technologie, et elle a été publiée mercredi dans Science Translational Medicine.

En fin de compte, les chercheurs veulent simplement  » que les gens soient à l’aise « , dit l’auteur de l’étude et bio-ingénieur de l’Université Rice, Kevin McHugh.

Article traduit par Dr.Mo7oG pour No Signal Found // Tous droits réservés

By Emma Fiala | Creative CommonsTheMindUnleashed.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *