Le « trou de l’enfer » découvert à Fukushima

La plupart des gens pensent qu’ils doivent mourir pour aller en enfer, mais ce n’est plus vrai. Aujourd’hui, dans la presse grand public, ils annoncent l’existence d’un trou infernal au Japon dans la centrale nucléaire détruite de Fukushima. Nous avons un point chaud sur notre planète qui n’a jamais été imaginé auparavant et face à cela, la technologie humaine est impuissante.
dff-1

Aux niveaux de radiation que l’on trouve actuellement dans un Fukushima, un robot serait capable de fonctionner pendant moins de deux heures avant d’être détruit. Et l’Institut national des sciences radiologiques du Japon a déclaré que les professionnels de la santé n’avaient jamais pensé à rencontrer ce niveau de rayonnement dans leur travail.

L’accident a d’énormes implications médicales. Au cours des années à venir, trop longues pour être envisagées, nous serons témoins d’une épidémie de cancer, car les gens inhaleront les éléments radioactifs, mangeront des légumes, du riz et de la viande radioactifs, et boiront du lait et du thé radioactifs. Année après année, décennie après décennie, décennie après décennie, les radiations vont s’accumuler, mais la médecine moderne ne semble pas concernée.

De nouveaux relevés à Fukushima ont enregistré les niveaux de rayonnement les plus élevés depuis la fusion du triple cœur qui s’est produite en 2011. Lectures à l’intérieur de l’enceinte de confinement du réacteur no. 2 peuvent atteindre 530 Sieverts par heure, une dose qui serait mortelle des dizaines et des dizaines de fois plus élevée si un humain y était exposé. Le record précédent était un taux encore très mortel de 73 Sieverts par heure.

La mesure du rayonnement incandescent a été prise près de l’entrée de l’espace situé juste en dessous de la cuve sous pression, qui contient le cœur du réacteur. Les niveaux de rayonnement les plus élevés jamais mesurés à Tchernobyl étaient de 300 Sieverts par heure ; une dose incompréhensiblement élevée qui peut tuer un homme presque instantanément.

Le nouveau record à Fukushima de 530 Sieverts par heure est supérieur de 70% à celui de Tchernobyl. Le relevé de 530 Sievert a été enregistré à une certaine distance du combustible fondu, de sorte qu’en réalité il pourrait être 10 fois plus élevé que celui enregistré, a déclaré Hideyuki Ban, codirecteur du Citizens’ Nuclear Information Center.

Pour mettre cela en perspective, le rayonnement est généralement mesuré en millièmes de sievert, appelés millisieverts. Par exemple, la plupart des gens reçoivent environ 2,4 millisieverts par année du rayonnement de fond, soit seulement 0,0002739726 par heure.

Selon l’agence de presse Kyodo, l’institut estime que l’exposition à un Sievert de rayonnement pourrait entraîner l’infertilité, la perte de cheveux et la cataracte. Un Sievert est suffisant pour causer la maladie des radiations et la nausée ; 5 Sieverts tueraient la moitié de ceux qui y sont exposés en un mois, et une dose unique de 10 Sieverts serait fatale en quelques semaines.
Pourquoi n’entendons-nous plus parler de Fukushima ?

On a dit tout récemment : « Ce n’est pas tous les jours qu’un président des États-Unis qualifie les journalistes d’êtres humains les plus malhonnêtes de la planète ». Cette malhonnêteté se manifeste dans toute sa puissance dans le domaine de l’énergie nucléaire et plus particulièrement à Fukushima, où les choses vont si mal qu’il est fondamentalement interdit d’en parler ouvertement dans la presse. En fait, comme je lisais les essais sur Yahoo au sujet de la quantité record de radiation, les essais ont disparu de la liste des nouvelles sommaire.

La plus grande partie de ces radiations est emportée par les vagues et détruit assez rapidement l’océan Pacifique et une grande partie de la vie qui s’y trouve. Nous n’avons aucune idée de la quantité de rayonnement qui s’échappe dans l’atmosphère, mais nous savons qu’au cours des premières semaines de l’accident nucléaire, à cause des explosions, d’énormes quantités de rayonnement ont été libérées dans l’atmosphère et ont fait le tour du monde, surtout dans l’hémisphère Nord.

Il n’y a aucun moyen pour quiconque de dire qu’un point de rayonnement de 530 Sieverts par heure est sûr ou combien de décennies il faudra pour qu’une émission radioactive de cette ampleur pollue gravement notre précieux monde. Rien de tout cela n’est une bonne nouvelle pour nos enfants. Quiconque dit que l’énergie nucléaire est sûre ment. Quiconque dit que les radiations nucléaires ne sont pas dangereuses ment.
Ils ne veulent pas dire d’où viennent ces nuages.

Des chercheurs ont découvert l’existence de  » nuages de rayonnement  » à haute altitude qui peuvent exposer les passagers d’un avion à des niveaux élevés de rayonnement. Ces nuages ont été découverts dans le cadre du programme Automated Radiation Measurements for Aerospace Safety (ARMAS) financé par la NASA.

Il est bien connu que les niveaux de rayonnement sont généralement plus élevés dans la haute atmosphère que sur le sol, simplement en raison des niveaux plus élevés de rayons cosmiques. Cependant, en étudiant ces niveaux de rayonnement, les chercheurs ont détecté de petites poches où les niveaux de rayonnement ont soudainement augmenté, jusqu’au double du niveau normal. Ces pointes ne pouvaient pas être expliquées par des sources normales de rayonnement comme les rayons cosmiques. Les grands voyageurs et les fœtus du premier trimestre peuvent être plus à risque en raison de leur temps d’exposition plus long ou de leur plus grande vulnérabilité.

Comment se fait-il que les médecins n`en disent pas plus sur les dangers des rayonnements ?

Parce qu’ils sont parmi les principaux utilisateurs des rayonnements nucléaires, les utilisant pour toutes sortes d’essais dangereux. Une seule tomodensitométrie du thorax équivaut à environ 350 radiographies standard du thorax. Ils utilisent les radiations, une cause de cancer, pour essayer de traiter le cancer, et cela ne fonctionne généralement pas très bien. Parce qu’ils ne sont pas honnêtes avec eux-mêmes, ils ne peuvent pas l’être avec leurs patients, à qui il faut dire que bon nombre des tests que leur font subir les médecins les exposent à des rayonnements plus dangereux.

Comme le réchauffement de la planète, les vaccins et maintenant le terrorisme et l’immigration islamiques, il n’y a pas de véritable discussion, pas de véritable science dans les médias, de sorte que le public est complètement dans l’ignorance au sujet des expositions aux rayonnements. Les gens qui ont le vrai pouvoir dans ce monde insistent pour que nous voyions et définissions toujours la situation comme sûre, sans avoir à nous inquiéter ou à faire quoi que ce soit comme boire beaucoup d’iode, de bicarbonate de sodium, de magnésium et commencer chaque jour à boire un verre d’argile comestible ultra pure. L’argile comestible est l’une des substances de désintoxication les plus basiques. Il aide à s’assurer que les particules radioactives absorbées passent à travers nous au lieu de nous pénétrer. Quand vous rappelez-vous la dernière fois que votre médecin vous a dit de prendre du magnésium ou n’importe laquelle de ces autres substances, ou même du soufre pour réduire le risque que notre exposition à des niveaux croissants de rayonnement ne mène pas au cancer ?

Il y a un an

RT Russian News a rapporté,

« Des niveaux de radiation mortels allant jusqu’à 9,4 sieverts par heure ont été enregistrés à la centrale nucléaire de Fukushima Daiichi – assez pour tuer une personne en moins d’une heure si elle est directement exposée, selon les médias locaux. La mesure du rayonnement mortel a été prise dans une petite pièce, à l’aide d’un robot télécommandé. La lecture de 9,4 Sieverts (Sv) par heure a été prise pendant les vérifications du 4 au 25 septembre. L’exposition immédiate au rayonnement autour de l’usine nucléaire de Fukushima après l’incident mortel a atteint 400 millisieverts (mSv) par heure par endroits. Un millisievert est un millième de sievert, donc la nouvelle valeur de 9,4 Sv est 23,5 fois plus élevée que le niveau de radiation enregistré en mars 2011. »

L’exploitant de la centrale nucléaire de Fukushima Daiichi affirme que les niveaux de radioactivité dans les tunnels souterrains ont fortement augmenté. Tokyo Electric Power Company a détecté 482 000 becquerels par litre de césium radioactif dans des échantillons d’eau prélevés dans les tunnels le 3 décembre. C’est 4 000 fois plus élevé que les données de décembre de l’an dernier.

Les autorités ont révélé qu’environ 2 billions de billions de becquerels de matières radioactives de Fukushima se sont déversés dans l’océan chaque mois en 2013 – les rejets de  » strontium mortel  » sont maintenant plus que le double du césium –  » le strontium pénètre dans vos os… il modifie l’équation « . Le strontium est un métal alcalino-terreux potentiellement mortel qui, contrairement au césium, n’est pas piégé dans le sol et a tendance à s’accumuler dans les os des poissons et des animaux lorsqu’il est ingéré, ce qui pose le plus grand problème immédiat.
Tout le monde veut tout oublier de Fukushima.

Tout le monde veut tout oublier de Fukushima pour qui veut se souvenir de ses pires cauchemars ? La catastrophe de la centrale nucléaire de Fukushima  » n’est pas terminée et ne finira jamais « , prévient le Dr Helen Caldicott, candidate au prix Nobel de la paix et titulaire de 21 doctorats honorifiques.

Arnie Gunderson a signalé au cours de la première année de l’effondrement de Fukushima que les habitants de la côte ouest des États-Unis et du Canada, d’Hawaï et de l’Alaska subissaient certains des pires rayonnements et que les gens d’hier et d’aujourd’hui ne prennent pas de mesures d’évitement. Dans une interview exclusive accordée à Chris Martenson, M. Gunderson a déclaré :  » Je suis en contact avec des scientifiques qui surveillent actuellement l’air sur la côte ouest et à Seattle, par exemple, en avril 2011, une personne moyenne à Seattle respirait de 5 à 10 particules chaudes par jour, selon son niveau d’activité « . Cela signifie que même si Fukushima a disparu aujourd’hui, nous devrions déjà nous soigner nous-mêmes et nos enfants pour exposition.

Conclusion

Le Dr Brownstein écrit :  » S’il y a suffisamment d’iode inorganique et non radioactif dans notre corps, les retombées radioactives n’ont nulle part où se lier dans notre corps. Il passera à travers nous, laissant nos corps indemnes. Il est important de s’assurer que nous avons des niveaux d’iode adéquats AVANT ces retombées. »

Tout le monde devrait s’assurer de consommer suffisamment de minéraux, car les substances radioactives imitent les substances minérales non radioactives. Le strontium imite le calcium, par exemple, ce qui le rend extrêmement dangereux pour toutes les formes de vie une fois absorbé. Les substances toxiques telles que le tritium, le césium, le plutonium et le strontium sont transportées partout par les vents, la pluie et les courants océaniques, entrant dans la chaîne alimentaire par les algues et les fruits de mer, accumulant des niveaux élevés de toxicité chez les poissons – et les humains – à l’extrémité supérieure de la chaîne alimentaire.

Fukushima est le cauchemar radiologique du Japon et du monde entier qui ne disparaîtra ni de notre vivant, ni de celui de nos enfants ou petits-enfants. La centrale nucléaire de Fukushima fait une hémorragie de déchets radioactifs toxiques dans l’océan et, bien qu’on nous dise de ne pas paniquer, ni même de nous inquiéter, la situation est dangereuse et critique pour la vie future sur terre.

Traduit par Dr.Mo7oG

Source et plus de liens : GREENMEDINFO

Please follow and like us:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

RSS