Le prince Charles a donné de l'argent à un évêque pédophile sadique, selon une enquête -

Le prince Charles a donné de l’argent à un évêque pédophile sadique, selon une enquête

Le prince Charles a été condamné par une enquête sur la maltraitance d’enfants pour avoir contribué à protéger le pédophile sadique et pédophile, l’évêque Peter Ball.
L’héritier royal écrivit des lettres de soutien à son ami, l’ex-évêque de Gloucester, lui fit de nombreux dons en espèces et lui acheta une maison à louer.

Prince Charles gave sadistic pedophile Bishop money after he was arrested by police

Peter Ball est soupçonné d’avoir abusé de plus de 100 garçons et jeunes hommes en 20 ans de règne.
Il a fait rouler ses jeunes victimes nues dans la neige ou debout dans des douches glaciales avant de les battre avec des bâtons et des fouets jusqu’à ce qu’elles saignent.

Mais lorsqu’il a finalement fait l’objet d’une enquête pour avoir abusé d’un moine novice adolescent, une série de dignitaires religieux, de députés, de juges et de directeurs d’écoles publiques ont écrit aux procureurs pour protester contre son innocence et le décrire comme un « saint ».
L’Église d’Angleterre était également au courant d’une série d’autres allégations contre Ball, mais au lieu d’alerter la police, elle a  » colligé et dissimulé  » les preuves. Après avoir été libéré avec une mise en garde pour grossière indécence en 1993, il a bénéficié pendant des années de l’appui continu des grands et des bons.

Il s’agissait notamment de son ami le plus haut placé, le prince Charles, qui a dit à l’évêque déshonoré qu’il avait été victime de  » monstrueuses injustices « .

Né en 1932, Ball est allé à l’école publique Lancing College dans le West Sussex et à l’Université de Cambridge avant de fonder un monastère dans le Gloucestershire avec son frère jumeau Michael.

Il a été nommé évêque de Lewes en 1977 et évêque de Gloucester à partir de 1992, où son diocèse couvrait la maison de campagne de Charles Highgrove, et le prince était parmi les invités à son intronisation.

Le grimpeur social éhonté était l’un des personnages les plus connus de l’église, refusant de porter le pourpre cérémoniel d’un évêque en faveur de simples robes monastiques, dormant sur le sol et prononçant ses voeux de célibat.

Mais huit mois après l’intronisation, Ball a été arrêté pour avoir maltraité le moine stagiaire de 16 ans Neil Todd. Il avait forcé l’adolescent vulnérable à faire des actes sexuels alors qu’ils se couchaient nus dans le lit ensemble, prenaient des douches glaciales tôt le matin en lisant la Bible et se tenaient côte à côte nus en récitant des psaumes devant une figure du Christ.

Alors que la nouvelle de l’enquête se répandait, Lambeth Palace a reçu sept lettres contenant des informations potentiellement inquiétantes à son sujet, dont une d’un homme qui lui a raconté comment, à l’âge de 15 ans, Ball lui avait demandé d’accomplir un acte sexuel.

Dans un autre, un homme a dit que Ball avait demandé à partager une chambre avec son fils de 17 ans.

Lord Carey a été informé des réclamations et a répondu personnellement à deux des lettres de dénonciation. Mais un seul, qui était le moins préoccupant, a été transmis à la police.

Deux archevêques de Cantorbéry, des députés conservateurs – dont le parrain de David Cameron – un juge principal et des directeurs d’écoles publiques figuraient également parmi les personnalités de l’establishment qui se sont mobilisées pour protéger Ball pendant l’enquête.

Dans des lettres adressées aux chefs de police et au directeur des poursuites publiques, ils se sont plaints que les allégations avaient causé à l’évêque une « douleur atroce » et ont affirmé qu’il était « littéralement inconcevable » qu’il ait pu commettre ces infractions.

La correspondance est restée secrète pendant des années, jusqu’à ce que le ministère public en libère finalement 12, à la suite d’une demande d’accès à l’information émanant de journalistes.

Ils ont révélé que quelques semaines après son arrestation, Tim Renton, aujourd’hui un pair, avait écrit au directeur des poursuites publiques de l’époque, Barbara Mills, pour dire que c’était l’évêque qui avait « terriblement souffert ».

Lord Carey, alors archevêque de Cantorbéry, écrivit au chef de police du Gloucestershire en février 1993 pour décrire  » la douleur atroce et le tourment spirituel que ces allégations ont inévitablement causés à un homme dans sa position exposée « .

James Woodhouse, l’ancien directeur de l’école de rugby, a déclaré à la police en 1993 que l’intention de Ball à l’égard de tous, jeunes ou vieux, est entièrement celle de la préoccupation et de la compassion chrétienne.

Les avocats de Ball ont également affirmé à la police qu’ils avaient une lettre d’appui de la famille royale, mais la SCP a déclaré qu’elle n’avait pas vu la correspondance. Après un large soutien, Ball s’est échappé avec un avertissement en 1993 pour un seul acte d’indécence grossière contre M. Todd.

Lord Carey l’a déclaré  » fondamentalement innocent  » et l’a invité à rester trois fois et à payer des vacances pour lui. Il a également donné à l’évêque déshonoré 12 500 livres sterling d’argent de l’Église et, trois ans seulement après sa mise en garde, il a accepté que Ball soit autorisé à prêcher dans une école publique et à faire des confirmations.

L’année suivante, il a dit aux évêques qu’ils pouvaient autoriser Ball à célébrer certains services religieux, mais leur a demandé d’informer Lambeth Palace quand il le ferait, par crainte d’un  » intérêt possible pour la presse « .

Les échecs de l’Église se sont poursuivis sous Rowan Williams, qui a succédé à Lord Carey comme archevêque de Canterbury.

Ball a pris plaisir à son rôle continu dans l’Eglise, mais son ami le plus cher était Charles, qui a continué à correspondre avec lui même après sa mise en garde.

Charles a dit à Ball qu’il avait été victime de  » torts monstrueux  » et qu’il voulait désespérément l’aider, a entendu la Commission d’enquête indépendante sur la violence sexuelle envers les enfants. L’héritier du trône a également dit à l’évêque qu’il se sentait « désespérément fort » à propos de son traitement et a dit : « J’aimerais pouvoir faire plus ». Et il a laissé entendre que les perceptions entourant les allégations étaient fondées sur des  » mensonges, des inventions, des spéculations et des sensations « .

Selon sa déclaration à l’enquête sur les abus de l’année dernière, le Prince est resté très proche de Ball pendant plus de 20 ans parce qu’il n’avait pas réalisé que le membre du clergé avait admis avoir abusé sexuellement d’un adolescent,

Il a accepté de rester en contact avec Ball et lui a même fait des  » petits cadeaux d’argent  » après la mise en garde de la police en 1993. Dans sa déclaration écrite à l’enquête, l’héritier du trône a déclaré qu’il avait été trompé par Ball, qui a affirmé qu’il était persécuté par quelqu’un qui lui en voulait.

Charles a dit : « Je n’étais certainement pas conscient à l’époque de l’importance ou de l’impact de la mise en garde.

Ball a également vécu dans un chalet loué  » spécialement acquis  » sur le domaine du duché de Cornouailles du prince de Galles.

Clarence House a dit que c’était la propriété privée qui finançait l’héritier du trône, et non Charles lui-même qui avait acheté la loge que Ball louait. Ball se réjouit de son statut autoproclamé de confident du prince de Galles et fait souvent référence dans ses lettres à ses fonctions royales et à ses rencontres avec des membres de la famille royale. En 2006, Ball a été invité à lire l’homélie aux funérailles du père de Camilla Parker Bowles. Il a continué comme prêtre de l’Église d’Angleterre jusqu’en 2010.

Mais la justice le rattrapait lentement. La police a rouvert son enquête en 2012 après de nouvelles allégations, et cette fois-ci, un déluge de victimes de Ball s’est manifesté. Trois ans plus tard, les crimes de Ball ont finalement été révélés à l’Old Bailey qui a entendu des détails choquants sur son règne d’abus.

Il a admis avoir maltraité 18 adolescents et jeunes hommes qui lui avaient demandé des conseils spirituels entre 1977 et 1992. Ball a été emprisonné pendant 32 mois.

Mais il était trop tard pour sa première victime connue, M. Todd, qui était si tourmenté qu’il s’est suicidé à 38 ans en 2012.

Ball, quant à lui, a été libéré en février 2017 après avoir purgé la moitié de sa peine, et vit un homme libre à Aller, Somerset.

Traduit par Dr.Mo7oG

Source : NEWSPUNCH

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

RSS