Le pape François admet que des prêtres et évêques ont utilisé des religieuses comme " esclaves sexuelles ". -

Le pape François admet que des prêtres et évêques ont utilisé des religieuses comme  » esclaves sexuelles « .

Dans une révélation choquante, le pape François a admis que des prêtres et des évêques ont abusé sexuellement de religieuses et les ont même utilisées comme « esclaves sexuels ».

Pope_Francis-678x381.jpg

Pour la première fois, le Pape a reconnu publiquement que le clergé catholique avait abusé sexuellement de religieuses et a même révélé un cas où elles avaient été réduites en « esclavage sexuel ». Il a ajouté qu’il croyait également que l’abus sexuel se poursuivait.

Les rapports Express : La nouvelle s’est répandue lorsque le Pape est monté à bord de son avion, qui rentrait à Rome après avoir quitté les Émirats arabes unis.
En montant à bord de l’avion, il a dit aux journalistes : « Ce n’est pas que tout le monde le fasse, mais il y a eu des prêtres et des évêques qui l’ont fait.

LIRE AUSSI :
700 prêtres catholiques accusés d’abus sexuels sur des enfants en Illinois

« Et je pense que ça continue parce que ce n’est pas comme si une fois qu’on se rend compte que ça s’arrête.

« Ça continue. Et depuis quelque temps, nous y travaillons.

« Mais c’est un chemin que nous avons déjà commencé. »

Quant à la question de savoir s’il existe une approche universelle pour traiter la violence faite aux femmes dans l’Église, le Pape a laissé entendre que les incidents sont actuellement traités au cas par cas.

Il a dit : « Il y a des cas, généralement dans de nouvelles congrégations et dans certaines régions plus que dans d’autres.

« On y travaille. »

En novembre, l’organisation mondiale des moniales de l’Eglise catholique a dénoncé la « culture du silence et du secret » qui les empêche de s’exprimer.

Au cours de la tournée historique du pontife au Moyen-Orient, il a également admis que l’Eglise avait un problème avec le fait de « voir les femmes comme des femmes de seconde classe ».

Le pape François a dit : « Le Pape Benoît XVI a eu le courage de dissoudre une congrégation féminine qui se trouvait à un certain niveau, parce que cet esclavage des femmes y était entré – esclavage, jusqu’à l’esclavage sexuel même – de la part des religieux ou du fondateur.

« C’est un chemin que nous avons suivi. »

La congrégation féminine dissoute en 2005 sous le pape Benoît XVI était la Communauté Saint-Jean, basée en France.

En 2013, la Communauté Saint-Jean a admis que les prêtres se sont comportés  » de manière contraire à la chasteté  » avec plusieurs femmes dans l’ordre, selon le journal catholique romain français La Croix.

Des cas similaires ont également été signalés en Inde, où un évêque a été arrêté l’année dernière pour avoir violé une religieuse 13 fois entre 2014 et 2016.

Au Chili, des informations faisant état de sévices infligés à des religieuses par des prêtres ont conduit le Vatican à ouvrir une enquête l’année dernière.

Traduit par Dr.Mo7oG

Source : NEWSPUNCH

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

RSS