Le nouvel ordre mondial préparerait un régime fiscal mondial

Le gouvernement mondial du Nouvel Ordre Mondial vient de proposer un nouveau régime fiscal mondial pour renforcer son contrôle sur le bétail fiscal de la plantation humaine que nous appelons la planète Terre. …

… Mais peut-être avez-vous manqué cette histoire quand elle a été publiée dans les médias d’entreprise contrôlés le mois dernier. C’est peut-être parce que le New York Times a titré « Les géants de la technologie déplacent leurs profits pour éviter les impôts ». Il y a un plan pour les arrêter. »

Et peut-être l’avez-vous manqué lorsque le gouvernement mondial a publié son communiqué de presse annonçant ses intentions en octobre. Peut-être que c’est parce que les mondialistes se cachent derrière le surnom « L’Organisation de Coopération et de Développement Economique » (OCDE) et ont intitulé leur document annonçant le projet « Proposition du Secrétariat pour une ‘approche unifiée’ dans le cadre du premier pilier ».

En fait, on pourrait vous pardonner d’avoir manqué cette histoire étant donné la façon dont elle n’a pas été annoncée ni rapportée. « Proposition du Secrétariat pour une ‘approche unifiée’ dans le cadre du premier pilier » ? Que signifie ce fatras de charabia bureaucratique ?

Si vous êtes comme 99,9 % du public, ces mots, lorsqu’ils sont présentés sans contexte, ne signifient absolument rien pour vous. Et si vous êtes comme 99,99% du public, vous vous êtes probablement assoupis en lisant ce titre.

(Et si vous pensez que c’est mauvais, attendez simplement d’arriver à la première phrase de l’introduction du document, pleine d’action et d’informations : « Les défis fiscaux de la numérisation de l’économie ont été identifiés comme l’un des principaux domaines d’intérêt du plan d’action BEPS (Base Erosion and Profit Shifting), menant au rapport BEPS Action 1 de 2015) »

Oui, les lois les plus importantes et les plus horribles sont présentées au public sous une fausse couverture, soit en les nommant le contraire de ce qu’elles sont – USA FREEDOM Act, quelqu’un ? – soit en lui donnant un titre incompréhensible et tout à fait inintéressant et en l’épelant dans un jargon juridique impénétrable.

Alors, quelle est la véritable histoire ici, et qu’est-ce que cela signifie pour l’avenir de l’humanité libre ? Retroussons nos manches et découvrons-le, d’accord ?

Tout d’abord : Oui, Virginia, il y a un gouvernement mondial. Le truc, c’est que les mondialistes ne l’appellent pas « gouvernement mondial ». Au lieu de cela, ils l’ont divisé en un certain nombre d’organisations disparates mais interdépendantes qui coopèrent et coordonnent des actions à plusieurs niveaux différents dans diverses sphères économiques, financières et politiques.

Il y a l’Organisation mondiale du commerce. Le FMI et la Banque mondiale, la BRI et le CSF. L’Organisation des Nations Unies. Le G7 et le G20. Le BRICS et l’Organisation de coopération de Shanghai.

Le Forum économique mondial. Bilderberg et le CFR et le Royal Institute for International Affairs. Le Conseil des Amériques. Et apparemment un million d’autres organisations, dont l’OCDE.

En l’occurrence, l’OCDE s’est vu remettre le ballon de football de la  » taxe mondiale  » par le G20. Imaginez un peu : Le G20 est quarterback et il veut envoyer le ballon à l’OCDE pour qu’elle le fasse remonter sur le terrain. Le quart du G20 remet le ballon au  » Cadre inclusif OCDE/G20 sur la SPBE « , qui le transmet ensuite au Groupe de travail sur l’économie numérique.

Si vous ne regardez pas de près, vous ne saurez même pas qui a la balle. Mais il n’est pas nécessaire de regarder très attentivement pour savoir que toutes ces organisations ne sont que des joueurs différents dans la même équipe : L’équipe Globalist. Et la balle est sur le point d’être lancée dans la zone d’en-but.

OK, assez de métaphore. Voici le point : le G20 et l’OCDE ont fait pression pour mettre en place un régime fiscal mondial sous le couvert – comme le dit le vénérable NYT –  » d’empêcher les grandes multinationales comme Apple, Facebook et Amazon d’éviter les impôts en déplaçant les profits entre les pays « .

C’est une mise en place classique de Problème – Réaction – Solution qui nous mènera inévitablement dans la gueule du loup globalisé.

Problème – Les géants de la technologie déplacent leurs sources de profits vers des pays où les taux d’imposition sont plus bas.

Réaction – Le public, déjà en colère contre les Big Tech en particulier et les gros bonnets des entreprises en général, réclame à cor et à cri que quelqu’un vienne appliquer des règles plus strictes pour empêcher ces multinationales d’agir à l’échelle internationale.

Solution – Le gouvernement mondial nous sauvera tous grâce à un filet fiscal mondial !

Mais comme vous l’avez peut-être deviné, il ne s’agit pas seulement de Big Tech et de multinationales. Le G20 et l’OCDE travaillent depuis des années maintenant pour mettre en place l’infrastructure nécessaire à une grille d’imposition mondiale totale.

Ce processus remonte aux États-Unis et à leur mise en œuvre de la Foreign Account Tax Compliance Act (FATCA) en 2010. A l’époque, la FATCA était présentée comme un moyen pour l’IRS de s’attaquer à tous ces fâcheux fraudeurs fiscaux internationaux.

Comme il a été souligné à l’époque, le GAFI a essentiellement mis fin à toute prétention au secret bancaire, en exigeant de toutes les institutions financières étrangères qu’elles divulguent toute information qu’elles détenaient sur les avoirs des ressortissants américains.

Il a fallu quelques années, mais en 2013, un certain nombre d’États avaient signé l’accord (oui, même la Suisse) et commencé à ouvrir les livres de leurs banques à l’inspection de l’IRS. Cela a été suivi par le lancement d’un  » échange international de données  » géré par l’IRS en 2015, rendant plus facile que jamais pour les États vassalistes serviles de cracher le morceau financier sur quiconque se trouve dans la ligne de mire de l’Oncle Sam.

Lorsque le G20 a vu à quel point tout cela fonctionnait bien, il a voulu participer à l’action. Lors du sommet du G20 de septembre 2013 en Russie, ils ont donné mandat à l’OCDE de former son propre organe pour étudier un accord réciproque de partage des données entre les 36 signataires de l’OCDE.

En 2016, l’OCDE a conclu les négociations sur la  » Convention multilatérale pour la mise en œuvre des mesures liées aux conventions fiscales visant à prévenir l’érosion de la base et le déplacement des bénéfices « , dont le titre était, comme on pouvait s’y attendre, ennuyeux et qui a conduit à un mandat du Sommet du G20 de 2017 pour qu’un groupe de travail publie un rapport intérimaire sur la numérisation de l’économie qui a donné lieu à d’autres séries de réunions et de négociations qui ont abouti à ce dernier  » document de consultation publique « .

Clair comme de l’eau de roche ? C’est ce que je pensais. Et c’est le but.

Le gouvernement mondial ne va pas sortir de derrière le rideau et admettre qu’un gouvernement mondial est en train de mettre en place une grille fiscale mondiale.

Non, vous pouvez être assuré que lorsqu’ils retireront enfin le rideau, tout sera fait. Un fait accompli. Et vous ne pourrez pas vous plaindre parce que tout s’est passé juste là, à la vue de tous. Comment diable n’avez-vous pas pu le voir ?

Soyons clairs : ce n’est pas la fin de l’histoire. Cette histoire est encore en cours de déroulement. Et même si ce groupe de travail de l’OCDE parvient à mettre en place une version de son projet de taux minimum mondial d’imposition des sociétés, cela ne servira pas à délivrer un numéro d’identification fiscale mondial à tous les habitants de la planète et à les inscrire sur la grille le lendemain.

Non, ce processus prendra des années pour atteindre cet objectif final. Mais c’est là que réside le danger. Il s’agit d’une guerre d’attrition menée furtivement derrière un écran de fumée de bureaucratie et de jargon juridique. Et aucune personne sur mille ne sait que ça se passe

Article traduit par Dr.Mo7oG pour No Signal FOund // Tous droits réservés

Source : HUMANSAREFREE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

RSS