Le Japon demande à la Chine de cesser de pratiquer le prélèvement anal sur ses citoyens -

Le Japon demande à la Chine de cesser de pratiquer le prélèvement anal sur ses citoyens

Tokyo a demandé à Pékin d’arrêter de pratiquer des prélèvements anaux COVID-19 sur ses citoyens après des plaintes selon lesquelles la procédure provoque des « douleurs psychologiques ».

« Certains Japonais ont rapporté à notre ambassade en Chine qu’ils avaient reçu des tests de prélèvement anal, ce qui a causé une grande douleur psychologique », a déclaré le secrétaire d’État en chef du cabinet, Katsunobu Kato.

La Chine a introduit les tests par écouvillonnage anal dans plusieurs villes en janvier dernier, affirmant qu’ils constituent un moyen plus efficace et plus précis de détecter le COVID-19.

La semaine dernière, la Chine a nié avoir forcé les diplomates américains à subir la procédure de prélèvement anal, le porte-parole du ministère chinois des affaires étrangères Zhao Lijian ayant déclaré lors d’une conférence de presse que « la Chine n’a jamais exigé du personnel diplomatique américain en poste en Chine qu’il effectue des tests de prélèvement anal ».

Cependant, les travailleurs ont déclaré au Département d’État américain qu’ils avaient subi le test, qui consiste à insérer un coton-tige de 3 à 5 cm dans l’anus et à le faire tourner doucement pour prélever un échantillon.

Une grande partie de la réponse draconienne de la Chine à la pandémie de coronavirus, qui a consisté à un moment donné à souder les gens à l’intérieur de leur propre maison, a été saluée par les médias occidentaux.

Source : SUMMIT

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *