Le gouvernement veut surveiller les réseaux sociaux et les messageries pour lutter contre les rixes -

Le gouvernement veut surveiller les réseaux sociaux et les messageries pour lutter contre les rixes

Face à la multiplication des rixes entre jeunes ces dernières semaines, l’exécutif présente mercredi un plan pour éviter leur développement. Surveillance renforcée des réseaux sociaux, plus de médiateurs, ouvrir plus longtemps les centres sociaux… Les pistes sont multiples et doivent être accompagnées par un renforcement des effectifs des groupes locaux de lutte contre la délinquance.

Opération de sécurisation du château à Rezé par la police nationale et recherche de stupéfiants.
Opération de sécurisation du château à Rezé par la police nationale et recherche de stupéfiants. | OUEST-FRANCE / FRANCK DUBRAY

Surveillance renforcée des réseaux sociaux ou horaires d’accueil des centres de loisirs étendus : le gouvernement présente mercredi 16 juin 2021 une série de mesures pour lutter contre les rixes entre jeunes, qui ont plusieurs fois endeuillé la France depuis le début de l’année.

Ce plan rénové de lutte contre les bandes, attendu depuis le 1er mai, avait été annoncé début mars après deux violentes rixes en Essonne où une collégienne et un collégien de 14 ans avaient été tués.

Face à l’augmentation des affrontements de plus en plus violents, au rajeunissement des publics impliqués et à l’impact des réseaux sociaux et messageries instantanées, le plan vise à prévenir l’apparition de regroupements violents, à renforcer le suivi et l’action policière et à améliorer les réponses judiciaires et pénales​, explique Matignon dans un communiqué.

Renforcement des groupes locaux de lutte contre la délinquance

Parmi les mesures prévues figurent l’extension des horaires d’accueil des centres de loisirs jusqu’à 20 h dans les territoires marqués par des temps de trajet domicile-travail importants ou la création de postes d’intervenants sociaux dans les commissariats et gendarmeries. Le développement des médiateurs à l’école sera également encouragé, selon le communiqué.

Le plan, qui associe onze ministères sous l’autorité du Premier ministre, prévoit aussi le développement ​des groupes locaux de lutte de la délinquance (GLTD), sur le modèle de celui mis en place à Paris qui associe police, mairie et services éducatifs sous l’égide du parquet.

Surveiller les réseaux sociaux et les messageries

Il appelle à une veille renforcée des réseaux sociaux et messageries instantanées pour exploiter les signaux précurseurs d’exactions et recueillir des renseignements sur les protagonistes et modes opératoires. Il demande également un renforcement de la surveillance et de la présence sur la voie publique.

Le gouvernement encourage aussi les forces de l’ordre à mobiliser toutes les techniques d’enquêtes (vidéoprotection, exploitation des téléphones portables ou police technique et scientifique) et à saisir les services d’enquête spécialisés lorsque les faits le permettent.

Il veut aussi favoriser certaines mesures judiciaires comme les interdictions de paraître afin de mettre un terme à la dynamique de groupe, le travail d’intérêt général (TIG) ou l’obligation de suivre un enseignement ou une formation dans le cadre d’un contrôle judiciaire.

Selon le ministère de l’Intérieur, 357 affrontements entre bandes avaient été recensés en 2020, en hausse de près de 25 % par rapport aux 288 enregistrés en 2019.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *