L'ancien Premier ministre irakien révèle comment Obama a aidé Daesh -

L’ancien Premier ministre irakien révèle comment Obama a aidé Daesh

L’ancien Premier ministre irakien Nouri al-Maliki a révélé, pour la première fois, comment les Etats-Unis ont soutenu Daesh et permis intentionnellement au groupe terroriste de prendre le pouvoir en Irak afin que Washington puisse revenir dans le pays.

ISIS-Obama

S’adressant dimanche à une chaîne de télévision locale, M. Maliki, qui a été Premier ministre entre 2006 et 2014, a déclaré que l’administration de l’ancien président américain Barack Obama avait joué un rôle clé dans la création de Daesh en leur permettant de prendre le contrôle de territoires irakiens.

Les reportages de la presse TV : Selon l’ancien premier ministre, en 2013, les États-Unis ont fourni à l’Irak des renseignements et des images aériennes identifiant les militants Daesh qui s’étaient alignés derrière les frontières irakiennes en Syrie en grands groupes, attendant de passer en Irak après ce qu’ils pensaient être la chute prochaine du président syrien Bachar al-Assad.

Les Etats-Unis refusent d’accorder à l’Irak des avions de combat

M. Maliki a déclaré qu’à l’époque, Bagdad ne disposait pas d’avions de combat capables de bombarder les positions terroristes et que les hélicoptères de combat irakiens n’avaient pas la portée nécessaire pour orchestrer une attaque.

Bagdad s’est donc naturellement tourné vers Washington et a demandé à l’administration Obama de fournir à l’armée de l’air irakienne  » un ou deux  » avions de combat dans le cadre de l’accord de sécurité de 2008 entre les deux parties.

Washington, cependant, a rejeté les demandes et a conseillé au gouvernement irakien de demander de l’aide à la Jordanie, mais il n’y a pas eu d’accord de coopération militaire entre Bagdad et Amman à l’époque.

Néanmoins, la 7e Division de l’armée irakienne a été envoyée pour éradiquer les terroristes sans soutien aérien et a fait quelques progrès avant d’atterrir dans un siège terroriste mortel qui a tué son commandant et presque démantelé toute la division.

L’ancien Premier ministre irakien a déclaré que le soutien des États-Unis à Daesh ne s’arrêtait pas là puisque Washington avait décidé d’arrêter toutes les livraisons de pièces d’hélicoptères et d’autres équipements militaires à l’Irak et avait mis fin à un contrat de vente de F-16 en Irak alors que Bagdad avait payé d’avance pour ces appareils.

M. Maliki a dit qu’il ne comprenait toujours pas pourquoi l’administration Obama avait pris ces décisions, laissant les terroristes s’en tirer en refusant d’attaquer leurs positions.

Il était d’accord avec les remarques du président américain Donald Trump lors de la campagne présidentielle américaine de 2016 selon lesquelles Obama était le  » fondateur  » de Daesh en évacuant complètement l’Irak au mauvais moment pour laisser Daesh prendre le pouvoir.

« Nous n’aurions jamais dû sortir de la même façon que nous en sommes sortis « , a déclaré M. Trump lors d’un rassemblement en août 2016. « Nous avons déclenché une terrible fureur dans tout le Moyen-Orient. »

« Au lieu de laisser quelques petites forces derrière nous pour peut-être, juste peut-être, garder la situation sous contrôle, nous l’avons retirée « , a-t-il poursuivi.

L’Irak n’a jamais demandé aux troupes américaines de revenir.

L’ancien premier ministre a parlé du débat en cours en Irak sur la légalité de la présence militaire américaine dans le pays, affirmant que Washington n’avait jamais demandé la permission de retourner en Irak après le retrait complet de ses troupes en 2011.

Au cours des dernières années, les Irakiens ont pu reprendre presque tous les territoires contrôlés par Daesh. Alors que le groupe Takfiri en est à ses derniers pas, les responsables irakiens réclament de plus en plus la fin de la présence militaire américaine.

M. Trump a déclaré plus tôt ce mois-ci que pendant que Washington planifiait un retrait majeur de la Syrie à la suite de la disparition de Daesh, environ 5 500 soldats américains actuellement stationnés en Irak devaient y rester afin de  » surveiller  » l’Iran, même si le pays a joué un rôle clé dans la défaite de Daesh par le pays arabe.

M. Maliki a remis en question la décision de Washington d’étendre son intervention militaire en Irak, affirmant qu’en dehors de certains formateurs et conseillers militaires américains autorisés, son gouvernement n’a jamais demandé au Pentagone d’envoyer ses forces.

Selon M. Maliki, au cours de son mandat, les liens militaires entre l’Irak et les États-Unis se limitaient à des ventes d’armes, comme ce fut le cas à Bagdad avec la Russie, la Chine et un certain nombre d’autres pays.

Toutefois, il n’a pas pu confirmer si son successeur, Haider al-Abadi, avait adopté une approche similaire.

M. Maliki a conseillé au gouvernement actuel du Premier ministre Adil Abdul-Mahdi de faire preuve de prudence dans ses relations et de ne pas se mettre du mauvais côté avec Washington, en faisant valoir que l’administration Trump causait des troubles en Irak.

Il a déclaré que la situation actuelle en Irak ressemble à bien des égards à celle de 2014, lorsque Daesh prenait le pouvoir et que les États-Unis refusaient d’aider Bagdad en raison de leurs positions sur la situation en Syrie et une foule d’autres questions.

Alawi met en garde contre la  » troisième génération  » de terroristes

Ayad Alawi, chef de la faction al-Wataniya au Parlement irakien et ancien Premier ministre, a averti dimanche que le statu quo politique actuel dans la région ouvrait la voie à l’émergence de ce qu’il a appelé la  » troisième génération  » du terrorisme.

Notant que les financiers de Daesh avaient défini un nouveau rôle pour le groupe terroriste, il a averti qu’un « nouveau Daesh » était en préparation et que les signes étaient nombreux.

Plus tôt, un membre de l’Alliance pour la conquête de l’Irak (al-Fatah) a averti que les États-Unis recrutaient des chefs Daesh en Irak pour les former et les faire entrer dans la résistance irakienne.

Traduit par Dr.Mo7oG

Source : NEWSPUNCH

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

RSS