L'Allemagne s'engage à emprisonner pendant 3 ans les citoyens qui brûlent les drapeaux de l'UE -

L’Allemagne s’engage à emprisonner pendant 3 ans les citoyens qui brûlent les drapeaux de l’UE

L’Allemagne a adopté une nouvelle loi draconienne qui verra des citoyens emprisonnés jusqu’à trois ans pour avoir endommagé ou détruit un drapeau de l’Union européenne, dans un effort pour arrêter la propagation de la « haine ».

Le Parlement allemand a voté jeudi la modification du code pénal afin de protéger le drapeau de l’Union européenne contre les actes de vandalisme. Les sanctions pour violation de la nouvelle loi vont d’une amende ou d’une peine de prison allant jusqu’à trois ans.

Le vote fait suite à des mois de débat sur cette loi controversée, et à une précédente session du Parlement sur la protection du drapeau de l’UE contre les atteintes physiques en janvier.

La Deutsche Welle (Allemagne) avait alors noté la controverse autour de la proposition de loi, certains députés insistant sur le fait que l’utilisation de drapeaux brûlés est une forme légitime de discours politique et que l’interdire serait une atteinte à la liberté d’expression.

Reportage de Breitbart.com : Plusieurs partis se sont opposés à la proposition à l’époque, notamment Die Linke (le parti de gauche) et la droite populiste Alternative fur Deutschland (Alternative pour l’Allemagne, AfD) qui a insisté sur le fait que l’Union européenne n’étant pas un État, elle ne mérite pas d’être protégée en tant que tel. Fabian Jacobi, de l’AfD, a déclaré que le véritable objectif de la loi était de faire en sorte que « les citoyens réfléchissent à deux fois avant d’oser critiquer publiquement l’UE », selon le rapport.

En fin de compte, seul l’AfD a voté contre l’interdiction, en invoquant « une interférence excessive avec la liberté d’expression ».

Auparavant, il était criminel de brûler un drapeau affiché publiquement si, par exemple, une ambassade étrangère était attaquée. Mais si un particulier achetait un drapeau et y mettait le feu, ce ne serait pas un problème – jusqu’à présent.

S’exprimant en faveur de ce changement, la ministre de la justice d’Angela Merkel, Christine Lambrecht, a déclaré que brûler un drapeau ne pouvait pas être une manifestation pacifique et ne devait donc pas être protégé. Bien au contraire, en fait, comme elle l’a dit, le fait de brûler un drapeau alimente « la haine, la colère et l’agression » et « blesse les sentiments de nombreuses personnes », rapporte le journal allemand Die Presse.

Le rapport note que la modification de la loi comble une lacune du code pénal allemand, et signifie que le drapeau de l’UE bénéficie désormais d’une protection égale à celle des drapeaux nationaux.

Ces lois font partie d’un ensemble de lois en Allemagne où le gouvernement revendique un monopole sur l’organisation des relations avec les nations étrangères, les citoyens privés étant interdits de toute une série d’actions, allant de l’allumage de drapeaux à l’insulte de politiciens étrangers.

Ces dernières années, le gouvernement allemand a utilisé – et certains l’ont prétendu, abusé – ces lois contre des artistes qui ont même fait la satire de dirigeants étrangers. Breitbart Londres a rapporté en 2016 le cas curieux du comédien de télévision allemand Jan Böhmermann, qui a utilisé son émission pour s’en prendre au président turc Recep Tayyip Erdogan, se moquant de l’islamiste pour son traitement des journalistes et des minorités.

Le gouvernement turc a été tellement indigné par le comportement du comédien que l’ambassadeur allemand a été convoqué et exige que l’Allemagne poursuive le comédien en justice.

Le poème a été interdit en Allemagne cette année-là, après qu’un tribunal ait jugé que seules six de ses 26 lignes étaient légales. Böhmermann a risqué jusqu’à cinq ans de prison en vertu du paragraphe 103 du code pénal allemand, qui interdit d’insulter un chef d’État ou un diplomate étranger, lorsque le gouvernement Merkel a donné son accord pour que les poursuites soient engagées.

Un juge a rejeté en 2019 une contre-plainte de l’humoriste qui prétendait que son traitement équivalait à une persécution de l’État.

L’œuvre interdite, intitulée Defamation Poem, se traduit par :

Stupide comme un con, lâche et tendu, C’est Erdogan, le président, Sa gueule sent le mauvais döner, Même le pet d’un cochon sent meilleur, C’est l’homme qui frappe les filles, Tout en portant un masque en caoutchouc, Mais c’est la baise de chèvre qu’il préfère, Et faire réprimer les minorités, Des coups de pied aux Kurdes, Battre les chrétiens, En regardant du porno pour enfants, Et même la nuit, au lieu de dormir, C’est l’heure de la fellation avec une centaine de moutons, Oui, Erdogan est définitivement Le président avec une petite bite, Chaque Turc vous dira tout, Cet idiot a les couilles ridées, D’Ankara à Istanbul, Ils savent tous que l’homme est gay, Perverti, infesté de poux, zoophile, Recep Fritzl Priklopil La tête aussi vide que ses couilles, De toutes les fêtes de gang-bang, il est la star, Jusqu’à ce que sa bite brûle quand il pisse, C’est Recep Erdogan, Le président turc.

Traduit par Dr.Mo7oG pour NO Signal Found

Source : NEWSPUNCH

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

RSS