La SPA tire la sonnette d’alarme et demande que l’adoption soit autorisée pendant le confinement: des milliers d’animaux risquent l’euthanasie!

Le problème mis en avant par la SPA est que, bien qu’il soit stable, le nombre d’abandons est toujours présent et les refuges ne peuvent pas donner des animaux, étant donné qu’aller adopter un animal ne fait pas partie des déplacements nécessaires.

Illustration
Illustration – 123RF

Selon les informations de la VDN, des milliers d’animaux risquent d’être euthanasiés, la période de confinement ne permettant pas l’adoption alors que les abandons continuent d’être observés.

Il y a dix jours, la SPA alertait déjà sur la situation dans les refuges à cause du confinement. « On s’attendait à une situation cataclysmique mais elle n’a pas eu lieu. On est stable sur le nombre d’abandons des entrées de fourrières », confiait alors Jacques-Charles Fombonne, le président de la SPA. Même si le nombre d’abandons n’augmente pas, « comme on n’a pas d’adoptions nos refuges se remplissent », déplorait le président de la SPA.

« Une autorisation ministérielle »

Le problème, c’est que si les fourrières ne peuvent plus envoyer d’animaux dans ces structures, elles vont devoir les euthanasier, comme l’explique le président de la SPA dans une interview accordée à France Info. « Nous allons avoir des milliers d’animaux qui seront recueillis par la fourrière, que nous ne pourrons pas héberger et qui seront euthanasiés », indique-t-il.

Lundi 30 mars, Jacques-Charles Fombonne avait pris contact avec les autorités préfectorales pour solliciter une dérogation afin que les gens puissent venir adopter des animaux après les avoir choisis sur photo. En effet, la SPA a mis au point un système permettant de choisir des animaux sur le site Internet. Pour l’instant cette demande auprès des autorités n’a pas abouti. « Il faudrait une autorisation ministérielle pour permettre aux Français de venir jusqu’à nos refuges (…) Je m’engage, si on nous y autorise, à suivre une procédure extrêmement sécurisée », assure Jacques-Charles Fombonne. Selon lui, il suffirait d’ajouter la possibilité d’adopter un animal sur l’attestation de déplacement dérogatoire.

Source : SUDINFO.BE

Please follow and like us:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

RSS