La présence militaire britannique juste à côté du Venezuela suscite de vives inquiétudes -

La présence militaire britannique juste à côté du Venezuela suscite de vives inquiétudes

Une escalade inquiétante de la tension non seulement entre les États-Unis et le Venezuela, mais une autre force est signalée par le Morning Star, qui a confirmé que les marines et la marine britanniques mènent des exercices militaires à proximité du Venezuela.

fdgh.jpg

En prenant une mesure qui équivaut à reconnaître au hasard un membre de l’administration Trump comme « président officiel » et en envoyant des troupes britanniques pour soutenir cette personne par exemple, les États-Unis ont récemment fait quelque chose de radical.

Fin janvier, le président Trump a annoncé que Nicholas Maduro ne serait plus reconnu comme président du Venezuela. Au lieu de cela, ils ont choisi d’appuyer le chef de leur assemblée nationale qui a des liens avec l’hégémonie occidentale, en tant que président : José Guaido.

Il s’agit d’une déclaration ouverte d’appui au changement de régime, et maintenant, les alliés des États-Unis et de l’ensemble de la structure de pouvoir prennent aussi leurs positions.

Un énorme navire de débarquement de la Royal Fleet Auxiliary, le Mounts Bay, était à Miami pendant le Nouvel An avec un hélicoptère de la garde côtière américaine pour la première fois.

Le 21 janvier, il avait navigué vers le sud à seulement 50 milles de la côte vénézuélienne. Il a accosté sur une petite île des Caraïbes néerlandaises connue sous le nom de Curaçao, à Caracas Baii.

Ce n’est pas une raison que beaucoup connaissent, la Royal Navy prétend que le navire se lance dans une sorte de guerre internationale contre la drogue avec les États-Unis, une opération de  » démantèlement  » contre les stupéfiants avec le US Southern Command pour être précis. De toute évidence, les opérations semblent beaucoup plus étroitement liées à ce qui se passe actuellement au Venezuela.

Un autre facteur est que le Commandement du Sud des États-Unis serait spécifiquement la branche de l’armée chargée de mener toute attaque contre le Venezuela. La mission de lutte contre les stupéfiants n’est rien d’autre qu’une excuse boiteuse.

Pour rendre la situation plus tendue, les marines britanniques sont actuellement au Belize pour s’entraîner à la guerre de la jungle. Comme ils minimisent toujours l’importance de certaines actions, le ministère de la Défense a qualifié leur déploiement au Belize (anciennement connu sous le nom de Honduras britannique) de  » routine « .

L’étoile du matin a dirigé les reportages sur la question, soulignant que les forces  » y sont arrivées à la mi-janvier, alors que la Grande-Bretagne intensifiait sa campagne diplomatique et économique contre le président vénézuélien Nicolas Maduro « .

Le Belize est un territoire historiquement revendiqué par les Britanniques, et quand il est devenu « indépendant », ils n’ont naturellement pas abandonné certaines choses. Une base permanente britannique connue sous le nom de British Army Training Support Unit Belize est située à proximité de l’aéroport international du pays.

Des photos ont été prises qui montrent les marines britanniques en train de faire des exercices sur le champ de bataille, qui comprennent l’évacuation des blessés.

L’étoile du matin a fourni de plus amples détails sur leurs exercices militaires à l’intérieur et autour du Belize, mais il pourrait également être utile d’examiner cette situation dans le contexte de plusieurs autres exercices militaires qui ont eu lieu récemment.

À Los Angeles, en Californie, la ville a été « effrayée » par des exercices militaires très réalistes et troublants, jusqu’à la ville de Long Beach la semaine dernière.

Cela coïncidait directement avec les exercices d’hélicoptères Black Hawk par les militaires à Sydney, en Australie.

La différence dans la façon dont ces deux événements ont été présentés au public est très intéressante. Aux États-Unis, l’armée permettait essentiellement aux gens d’avoir peur et de ne pas savoir avec certitude qu’il s’agissait d’un exercice, et les médias se moquaient d’eux en laissant entendre que les gens étaient « effrayés ».

D’autre part, à Sydney, en Australie, les médias ont constamment rapporté que les exercices militaires étaient un beau spectacle, pour « garder Sydney à l’abri des airs », qualifiant les hélicoptères de « spectacle », les stations de nouvelles télévisées maintenant ce récit avec une cohérence hermétique. C’est-à-dire, le récit que, pour une raison quelconque, les gens devraient apprécier la scène comme si la vie n’était rien d’autre qu’un film et que les gens n’avaient rien à remettre en question du tout.

Traduit par Dr.Mo7oG

Source : ANONEWS

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

RSS